À propos

Ce carnet de recherches a pour objectif de diffuser les travaux du séminaire organisé dans le cadre de l’IHRIM Lyon 3 (CNRS, UMR 5337) par le groupe de travail du GADGES (Groupe d’Analyse des Genres et des Styles) sur la question «Lire par morceaux : lecteurs et lectures de recueils et d’anthologies, 16e-18e siècle» (voir le programme pour 2017-2018). Par le rapprochement, les découpages, choix et mises en forme des textes qu’ils opèrent, recueils et anthologies induisent des formes de circulation et d’appropriation des textes qui dynamisent l’espace littéraire en cours de formation à l’époque moderne. Qu’elles résultent de choix explicites ou non, ces opérations de sélection, découpage, agencement, agissent non seulement sur l’appréhension des écrits qui y sont rassemblés, mais aussi dans leurs modes de diffusion, le contexte du recueil les inscrivant dans des réseaux spécifiques et élargissant leur lectorat potentiel : le texte devient disponible à de nouveaux regards, de nouveaux emplois. L’étude de ces corpus est cruciale pour une époque où ils représentent une des formes privilégiées de circulation des textes. Elle est importante aussi car ces recueils et anthologies ont eu au fil du temps une grande influence sur la constitution des palmarès de meilleurs auteurs, les « classiques », les œuvres du « canon », et les catégories (groupes, mouvements esthétiques, etc.) à travers lesquels ces auteurs et ces œuvres sont perçues. La perspective adoptée comportera donc une dimension historiographique visant à saisir la manière dont ce type de collection a contribué en son temps à configurer l’espace littéraire, et dont elle détermine, sur le temps long, la postérité (scolaire notamment) des textes, des genres et des auteurs ainsi sélectionnés et valorisés. Trois principaux axes guideront nos réflexions :
– projets et prescriptions (les recueils et anthologies à visée programmatique ou idéologique ; les recueils littéraires dans l’institution scolaire) ;
– énonciation et disposition (les liens qui se tissent entre les extraits choisis, l’organisation interne des recueils et le discours qui, implicitement ou de manière latente, les relie entre eux) ;
– publics et publication (les circonstances ou les événements donnant lieu à la publication de recueil ; le recueil comme archive d’un collectif ; le rôle de ces livres dans la construction historiographique ou mémorielle de certains événements ou phénomènes historiques).
Ces travaux donneront lieu à un cycle de séminaires, à partir de septembre 2017 ainsi qu’à un colloque organisé les 3-4 mai 2018 autour du Recueil Barbin (1692) (voir l’appel à communication).
Ce séminaire est ouvert à tous et s’adresse particulièrement aux étudiants de master et de doctorat visant à renforcer leur formation autour de ces questions. Les séances de séminaire donneront lieu à des comptes-rendus mensuels publiés sur ce carnet, qui seront accompagnés de bibliographies et de liens visant à prolonger la réflexion qu’elles auront initiée. Le carnet donnera aussi lieu à la présentation d’études de cas résultant notamment de l’implication des étudiants de master et de doctorat dans le séminaire.