Flavie Kerautret, « Mêler « chansons folastres et prologues ». Bruscambille à Rouen (1610-1612) ». Résumé de la communication du 19/10/17

Cette communication étudie des « recueils mêlés », unissant des prologues scéniques (auxquels sera accolé plus tard le nom de Bruscambille) et des chansons licencieuses. Ces recueils se présentent comme des publications collectives rassemblant des objets de différentes natures, dont le point commun est qu’ils sont donnés comme la mise à l’écrit d’une action orale antérieure – l’intense activité éditoriale et théâtrale rouennaise constituant un milieu de développement favorable. Ils témoignent d’un phénomène de réemploi : cette stratégie éditoriale vise à récupérer des prologues ayant eu du succès à Paris (où ils avaient déjà connu une édition imprimée) et à les introduire dans des recueils de chansons déjà bien implantés dans le milieu éditorial rouennais.

Quel(s) projet(s) les rapprochements contextuels, thématiques, idéologiques de ces formes brèves entremêlées suscitent-elles ? On envisage ces « recueils mêlés » comme des cas qui rendent visible la densité de circulation des chansons et autres airs de cour dans le premier tiers du XVIIᵉ siècle. Les en-têtes génériques des chansons mises en recueils leur donnent souvent des désignations floues voire interchangeables. Il s’agit donc de ne pas cloisonner artificiellement ce mélange, qui est bien pensé comme tel.

La connexion entre ces deux types de corpus a priori étrangers, prologues et chansons, provoque une contamination : l’enjeu comique, qui est d’abord celui des prologues, devient également celui des chansons qui sont sélectionnées en fonction de ce critère. Le nom de Bruscambille n’est pas encore affiché dans ces recueils rouennais : on distingue là davantage la recherche d’un entrelacement des corpus qu’un effet de notoriété d’auteur ou d’éditeur. On relève également un phénomène de brouillage : déjà-vu et nouveauté s’entrecroisent, en raison, soit d’un entrepillage des éditeurs, soit d’un recours à des sources différentes de la part de ceux-ci. Quoi qu’il en soit, le phénomène d’échange des textes d’un recueil à l’autre est très net (par exemple l’éditeur Adrian de Launay se plaint de l’usurpation d’un de ses recueils).


Les recueils de chansons sont aussi des répertoires de paroles pouvant être chantées, et donc partagées, par le biais d’appropriations oralisées. Ces chansons sont-elles destinées à des cercles ou à des compagnies les connaissant déjà ? Ou bien sont-elles lues silencieusement, ou interprétées sur d’autres airs ? On peut en tous les cas y voir des catalogues à usages pratiques dans lesquels les lecteurs peuvent circuler via la table des matières – ce qui permet d’ouvrir aussi des hypothèses nouvelles sur le sens et les formes d’appropriation des prologues de Bruscambille, des écrits dont les usages et le contexte même de création restent encore pour nous assez mystérieux.

Ces recueils travaillent une « matière partagée » : la valeur du recueil est dans l’agencement des textes plus que dans ces textes eux-mêmes (puisque finalement peu d’entre eux étaient inédits). De plus, il n’y a dans ces livres pas ou peu d’indications qui pourraient faire office de protocole de réception (préface, avis, etc.). On peut émettre l’hypothèse que ces recueils hybrides ont une valeur expérimentale pour leurs éditeurs qui y testeraient le succès possible d’un auteur, d’une forme, etc.. On peut aussi y voir une tentative de rassembler des morceaux subsidiaires, des débris issus de représentations théâtrales.

Ces livres se présentent comme une porte d’entrée pour une étude des pratiques éditoriales de mise en recueil car la systématique du réemploi y est rendue visible : la dynamique et la densité de la circulation des productions, dont les imprimés ne seraient qu’un mode de transmission parmi d’autres s’y dévoile de façon frappante.

Flavie Kerautret (Université Paris-Nanterre).

Citer ce billet: "Flavie Kerautret, « Mêler « chansons folastres et prologues ». Bruscambille à Rouen (1610-1612) ». Résumé de la communication du 19/10/17," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 23/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/147.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.