Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17

Jean de Piochet a vécu dans la deuxième moitié du XVIe siècle et jusqu’au premier tiers du XVIIe à Chambéry. Descendant de bourgeois anoblis, docteur en droit, lieutenant du capitaine de la ville, père de 18 enfants, il est le cousin du poète Marc-Claude de Buttet, lui-même en relation avec plusieurs gloires poétiques du temps, comme Ronsard. Piochet a réuni une bibliothèque de plus de 500 ouvrages, nombre considérable pour l’époque.

Guillaume Peureux présente dans cette séance trois objets ayant appartenu à cette vaste bibliothèque :

– son « livre de raison », où il notait, parmi ses comptes ou les cours des prix du froment par exemple, les titres des livres prêtés (« livres a recouvrer »), et un « rolle et denombrement de mes livres […] en l’an 1578 » (ce manuscrit de plusieurs milliers de pages est conservé aux Archives départementale de Savoie et a été numérisé) ;

– un ensemble d’exemplaires imprimés de Ronsard annotés de la main de Piochet ;

– un recueil manuscrit de la main de Piochet et présenté comme rassemblant des textes « non imprimez » (id est, des inédits et des textes retranchés des éditions ronsardiennes).

Le « rôle » livré par le livre de raison a permis au collectionneur et bibliophile Jean-Paul Barbier-Mueller de reconstituer le contenu de la bibliothèque de Piochet : bibliothèque variée, importante, qui laisse entrevoir un intérêt particulier pour les libelles des ligueurs. On peut, à partir de cet indice, prêter au propriétaire un tropisme catholique militant, d’autant que, dans son goût pour Ronsard, il semble privilégier les discours anti-protestants.

Les trois objets extraits de cette bibliothèque relèvent de l’activité de « recueil » en ses diverses modalités : collecte d’informations destinée à servir d’aide-mémoire, enregistrement de traces de lecture (recueil de commentaires), copie de sauvegarde de textes en danger d’être perdus. Recouvrant ces multiples opérations, le mot de « recueil » désigne aussi bien le geste d’assemblage que l’artefact, entre anthologie et sanctuaire.

G. Peureux s’attache tout particulièrement aux volumes de Ronsard annotés par Piochet et au recueil qu’il a constitué, considérant dans ces deux objets les traces d’un processus de mainmise du lecteur-commentateur sur l’œuvre du poète. Ces traces sont des deux sortes :

1) Les marques de possession que Piochet appose aux exemplaires de Ronsard qu’il se procure : nom, devises, dates, citations latines, et même un sonnet manuscrit en l’honneur de la Franciade signé par son cousin Buttet, ce qui laisse entrevoir l’intention de faire valoir un milieu familial cultivé et introduit.

2) Les marginalia : Piochet a collationné des variantes qu’on peut supposer auctoriales, mais aussi apporté des corrections de son cru, en fonction de son idée de la justesse poétique. La poésie se prête à ce type d’intervention (gymnastique du vers incitative ?), et la poésie lyrique en particulier semble appeler un investissement esthétique et idéologique (ce qui explique sans doute les commentaires anti-protestants en marge du Discours sur les misères de ce temps).

Enfin, G. Peureux présente le « Recueil de plusieurs compositions de P. de Ronsard, gentilhomme vendômois, non imprimées », manuscrit qui prolonge la démarche d’annotation par une démarche de collection et de sélection. Volume entièrement fabriqué à la main dès 1573, composé selon la forme éditoriale du recueil, avec préface, épigrammes, etc. Il contient des inédits, mais aussi des textes que Ronsard a fait disparaître de ses éditions ultérieures. Les usages et la destination de ce recueil restent incertaines. Était-il destiné à la publication imprimée ? Ou seulement à une circulation restreinte ? Son propos de réunir des pièces que l’imprimé ne prenait pas ou plus en charge ouvre l’hypothèse qu’il joue le rôle d’un sanctuaire. Quoi qu’il en soit, l’objet est bien une anthologie (au sens d’ensemble de pièces choisies) qui soutient un projet esthétique et idéologique à la gloire du poète, mais produit aussi l’image d’un Piochet lettré, averti et bien placé, capable de rivaliser avec, par exemple, le commentateur Marc-Antoine Muret, dans une forme de proximité avec Ronsard, qui passe, non par la fréquentation personnelle, mais par l’appropriation scripturaire.

Ce que l’on peut ainsi saisir grâce à ces archives exceptionnelles, c’est le point d’interface, représenté par le travail de Piochet, entre l’activité de recueillir comme pratique de lecture, et la constitution d’un ensemble de textes choisis et rassemblés selon un propos qui les projette vers une nouvelle circulation, un nouveau sens, qu’est le recueil en tant qu’objet.

Guillaume Peureux, Université  Paris-Nanterre

Citer ce billet: "Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/152.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *