Christelle Bahier-Porte : « L’esprit Moderne mis en recueil : Houdar de La Motte (XVIIIe-XIXe siècle) » (25/01/18)

« L’esprit Moderne mis en recueil : Houdar de La Motte (XVIIIe-XIXe siècle) »

Résumé

La problématique du recueil et de la mise en recueil est particulièrement opératoire pour aborder l’œuvre d’Antoine Houdar de La Motte. Ce dernier, célèbre pour son engagement dans la Querelle des Anciens et des Modernes et sa réécriture en vers de l’Iliade (1714), est aussi poète, auteur d’odes, de fables et de poésies mondaines, et auteur dramatique. Dès 1707, alors qu’il a acquis une certaine notoriété pour ses livrets d’opéra, il publie un recueil d’Odes qui remet le plus grand genre lyrique à la mode. Le recueil est conçu comme une véritable démonstration des talents du poète qui rêve alors d’entrer à l’Académie française et, déjà, un manifeste moderne en faveur de l’invention affirmée dans le Discours sur la poésie en général et sur l’ode en particulier liminaire et mis en pratique dans les poèmes. Le recueil sera régulièrement augmenté jusqu’en 1714. En 1719, il publie un recueil de cent fables, intitulé Fables nouvelles, dédié au roi Louis XV, organisé en cinq livres dont chacun est dédié à un des précepteurs du jeune Roi, et précédé d’un Discours théorique sur la fable. En 1730, il réunit ses cinq tragédies en un recueil et les fait précéder chacune d’un Discours théorique, dont l’ensemble constitue une véritable poétique moderne de la tragédie. On le voit, La Motte, par la constitution même de ses recueils, entend s’affirmer comme poète et poéticien, novateur et rénovateur des genres.

L’histoire littéraire a surtout retenu, outre le sursaut de la Querelle autour de l’Iliade, les propositions théoriques de La Motte ; le poète, et même l’auteur dramatique, est rapidement tombé en discrédit. L’articulation, pensée et mis en scène dans les recueils, entre théorie et pratique poétique est devenue partition. Dans les dernières années, ce sont les textes théoriques qui ont bénéficié de l’attention des critiques et ont été reconnus à leur juste mesure (édition de François Gevrey et Béatrice Guion, Les Raisons du sentiment. Textes critiques, Champion, 2002). C’est cette question de la réception de La Motte, poète et/ou théoricien, que j’ai finalement choisi de privilégier pour le séminaire. Je me fonderai sur deux recueils, le premier est une anthologie des œuvres poétiques (1767), relevant de la mode des Esprits qui sévit dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le second est un recueil des textes théoriques de l’auteur, paru près d’un siècle plus tard en 1859.

Le recueil, parce qu’il repose sur un geste anthologique de sélection d’une part et de re-composition d’autre part, donne indéniablement un sens nouveau à l’œuvre originale du poète dont il contribue à donner une image, qui pour La Motte s’inscrira durablement dans la critique. Par ailleurs, si les deux auteurs se fondent sur l’édition des œuvres de La Motte en onze volumes parue en 1754, 23 ans après sa mort, leur pratique du recueil n’est pas la même : le premier veut donner une « idée » de la poésie de La Motte par une opération drastique de sélection, le second donne l’intégralité des discours théoriques mais selon un plan qui lui est propre et avec une abondante annotation qui constitue tout à la fois un discours d’escorte et un guide de lecture, car la poésie et la prose de La Motte ne sont pas à mettre entre toutes les mains.

 

L’esprit des Poésies de M. de La Motte (1767)

 

Ce premier recueil relève du genre des « Esprits » que Sylvain Menant définit efficacement en ces termes : « anthologie ordonnée de l’œuvre et de la pensée d’un écrivain célèbre, au moins au moment où le livre est publié » (p. 1044). Le genre est à la mode dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : L’Esprit de Fontenelle (1744), L’Esprit de Voltaire (1759), L’Esprit de La Mothe le Vayer (1763), L’Esprit de Marivaux (1769).

L’auteur du recueil est Louis Théodore Hérissant (1743-1811), ancien avocat au Parlement de Paris, éditeur d’ouvrages historiques, auteur de discours et d’éloges et auteur de plusieurs recueils. C’est un admirateur de Boileau, de Racine et de Voltaire considérés comme les garants du bon goût (notamment dans le recueil Principes de style ou Observations sur l’art d’écrire recueillies des meilleurs auteurs, 1779).

Le recueil qui doit donner « l’esprit » des poésies de La Motte affiche un « projet de lecture » qui peut sembler déconcertant et antinomique. Si la poésie de La Motte est jugée digne d’être lue, c’est au prix d’une sélection drastique et l’éloge ne va jamais sans distance critique. L’objectif de l’ouvrage est de « rapprocher sous un même point de vue et dans un volume portatif, ce qu’il y a de plus piquant dans les Poésies de M. de la Motte, » (p. 1), c’est une des raisons du succès des Esprits, mais aussi de « contribuer à former le goût de la Jeunesse. ». Toutefois, la lecture du paratexte du recueil invite à le considérer comme une anthologie sélective des meilleurs poèmes de La Motte qui peut « suppléer » à la lecture de l’ensemble de la production de l’auteur et comme une « école » de poésie, apte à « former la jeunesse »… par le contre-exemple.

On peut en prendre la mesure par la sélection opérée, notamment dans la section consacrée aux odes : vingt-trois odes sont retenues seulement, dans un ordre propre à l’éditeur du recueil qui tend à minorer l’originalité de la pratique poétique de La Motte en mettant l’accent sur les fonctions traditionnelles de l’ode (éloge politique, allégories mythologiques par exemple). En outre, les odes omises sont aussi significatives du projet du recueil, et donc de l’image qu’il entend donner du poète : l’engagement moderne de La Motte est ainsi considérablement atténué. Que ces omissions relèvent d’un véritable projet est confirmé par les strophes supprimées dans certaines odes, justifiées dans l’Avertissement par une moindre qualité poétique qui déparerait le recueil, mais souvent liées à l’engagement moderne de l’écrivain.

La sélection est drastique et orientée par un projet difficilement tenable : faire lire la poésie de La Motte, projet digne de « gens de lettres », tout en en soulignant les faiblesses de cette même poésie qui deviennent une « école » pour « la formation du goût de la jeunesse », mais une école de ce qu’il ne faut pas faire. Dans cette optique, non seulement l’auteur du recueil retranche certaines strophes, mais l’éditeur souligne également en italiques « les mots qui [lui] ont paru faibles, prosaïques, ou inutiles. » et précisé : « Ces apostilles, lorsqu’elles sont judicieuses, peuvent beaucoup contribuer à former le goût de la Jeunesse. ».

L’Esprit des poésies de M. de La Motte met en avant le poète, et la diversité de sa production, ce qui n’est pas fréquent. Le mot « Esprit », toutefois, s’il désigne une certaine forme de recueil à la mode, n’est pas tout à fait neutre appliqué à La Motte, ou même à Marivaux ou à Fontenelle. Les auteurs des « Esprit » de ces derniers d’ailleurs ont à cœur précisément de défendre cet « esprit » qui caractérise leurs auteurs et qui leur a valu bien des critiques, l’esprit tendant au « trop d’esprit ». Pas d’apologie en revanche pour La Motte, dont le recueil contribue, certes avec quelques nuances, à forger l’image du « mauvais » poète par une sorte de démonstration par l’exemple… qui ne doit pas être suivi.

 

Les paradoxes littéraires de La Motte, par B. Jullien, Hachette, 1859.

 

C’est précisément par des notations sur l’« esprit » d’Antoine Houdart de Lamotte que commence la préface du second recueil que je voulais étudier, Les Paradoxes littéraires de La Motte, paru en 1859. La Motte est présenté dès les premières lignes comme « un des esprits les plus fins et les plus ingénieux de son temps » (p. V). L’expression « de son temps » est importante puisque plus d’un siècle après sa mort : « Il est donc vrai qu’aujourd’hui le nom de Lamotte éveille plutôt l’idée d’un esprit poli, mais bizarre et presque renversé, que celui d’un homme vraiment distingué, qui dans son temps fit honneur au corps où il avait été admis, obtint même une célébrité très réelle, et dut la mériter puisqu’elle lui demeura quoique toujours contestée et débattue. » (p. V) Célèbre et reconnu dans son temps, notamment pour son engagement à l’Académie Française, l’esprit fin et ingénieux de La Motte évoque désormais la bizarrerie. Dans ce recueil, La Motte est présenté comme un audacieux critique mais piètre poète, incapable de « sentir » et donc d’exprimer les beautés de la poésie. Il offre toutefois, à condition d’être averti de la « singularité » de cet esprit, un « modèle de critique juste et délicate ».

Bernard Jullien (1798-1881), auteur du recueil, est grammairien et professeur de Lettres, il travaille pour la librairie Hachette et a collaboré à la rédaction du dictionnaire de Littré.

Les objectifs du recueil :

Comme pour les Esprits de la fin du siècle précédent, il s’agit de sortir de l’oubli les textes de La Motte et de les extraire de l’ensemble de ces œuvres. Les destinataires premiers sont les « littérateurs de profession » qui peuvent tirer profit des propositions théoriques du critique, en revanche la « multitude de vers » est d’emblée discréditée. La Motte est ainsi présenté dans la préface comme un critique pionnier qui mérite de trouver une place dans l’histoire littéraire française, et même l’histoire de la critique, alors en constitution au mitan du XIXe siècle : il a le « mérite d’avoir, plus de cent ans à l’avance remué les questions qu’on nous a réchauffées à la fin du premier quart de ce siècle » (p. VIII).

Outre cet aspect historique, le « recueil de ces discours » doit, comme celui d’Hérissant, être « utile à l’instruction des jeunes gens » (Préface) il a d’ailleurs été composé sous l’impulsion de la « société des méthodes d’enseignement ». Et c’est cette vocation didactique qui a dicté la composition du recueil.

Les textes sont donnés en intégralité non sans avertissement quant au style « ingénieux » de l’écrivain. Mais le lecteur n’avancera pas dans cette lecture périlleuse sans un guide de lecture très ferme, puisque les textes sont abondamment annotés : chaque discours est précédé d’une brève notice et de nombreuses notes de bas de page. Et de fait, c’est bien en professeur, « régent de collège » pour reprendre l’expression de Voltaire sur Anne Dacier que Jullien commente les discours de La Motte, approuvant, désapprouvant, corrigeant, commentant.

De cet ensemble, se dégage deux lignes de force qui entérinent durablement l’image de l’écrivain, homme à « paradoxes » :

  • la distinction entre le « philosophe » et l’artiste

Le choix de Jullien de ne proposer que les textes théoriques s’explique parce que ces derniers sont « novateurs » certes mais aussi parce que la poésie de La Motte est illisible et cela durablement : « On sait que La Motte a fait des odes : il en a même fait beaucoup ; et toutes sont aujourd’hui justement oubliées, tant il était loin d’avoir aucune des qualités qui font le poète lyrique. […] et l’on peut être certain que l’avenir ne modifiera pas cet arrêt d’un siècle entier ». (p. 78)

C’est une des sources essentielles du « paradoxe » : La Motte, qui s’est prétendu poète et critique, est pourtant incapable de sentir et exprimer la poésie. Ainsi, La Motte est-il régulièrement qualifié de « métaphysicien », de « philosophe » qui raisonne dans son cabinet, capable d’analyses très justes mais tendant également au sophisme et au raffinement excessif.

  • « Un modèle de critique juste et délicate » (p. 149)

Jullien loue ainsi la liberté d’examen et l’indépendance d’esprit du critique, ainsi que la courtoisie et la politesse qui définit la critique de La Motte. Ces dernières étaient déjà louées par les contemporains du poète, par opposition à l’agressivité et l’acrimonie de Dacier. Ces éloges participent toutefois de la construction d’une image, elle aussi durable, du critique moderne : on loue sa politesse, son urbanité « exquise » mais le fond même de la critique est discrédité.

 

Le modèle offert à la jeunesse par le recueil est ainsi lui-même éminemment paradoxal et rejoint ce que nous avons pu voir pour l’Esprit de Hérissant : les écrits de La Motte méritent d’être lus, peuvent s’inscrire dans l’histoire littéraire nationale en train de se constituer, et même constituer une « école » pour la formation du goût de la jeunesse. Il faut pourtant se prémunir de leur « singularité » et autre « métaphysique obscure », et ne pas être dupe de leur « ingéniosité ». C’est là alors le rôle du genre du recueil, qui repose sur ce geste de sélection et autorise un discours d’escorte qui donnera un sens (direction et signification) nouveau à l’œuvre décriée. La mise en regard des deux recueils, malgré le siècle qui les sépare, matérialise en outre la partition durable de la critique sur La Motte : le poète, dont on se complaît à souligner les « faiblesses » et le théoricien qui peut être audacieux et novateur. Une partition similaire existe pour l’œuvre de Fontenelle. Un des enjeux de la critique actuelle et de rendre à ces écrivains « Modernes » (Perrault, La Motte, Fontenelle, Marivaux…) leur identité de poète et de critique/théoricien/philosophe et de montrer combien l’articulation entre pratique littéraire et réflexion est essentielle pour comprendre leur démarche et leur « singularité », si dérangeante.

Christelle Bahier-Porte

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *