Antonin Godet, « Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes » (08/03/18)

Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes (1571-1578)

 Résumé

Qui est l’éditeur du Parnasse ?

La métaphore de l’artisanat est récurrente dans l’œuvre de Corrozet : désigné comme un laborieux esprit par M. d’Amboise dans la préface des Epistre vénériennes, ou comme ouvrier par Tamisier dans son ode dédicatoire du Parnasse ; Corrozet se désigne lui-même comme bon ouvrier, et orfèvre dans sa préface de l’Hécatomgraphie. Gilles est un véritable artisan du texte, il le manipule toujours : « J’ay voulu encercher et querir / Ce qui fut dict des gens de bon savoir / Le deguisant, pour mieulx le faire veoir » (Hécatomgraphie, 1540, « Aux bons espritz », vv. 24-28). Cette figure besogneuse est doublée de celle d’un simple d’esprit, lui qui, depuis ses débuts, se surnomme dès 1528 l’ « indigent de sapience » dans le Floralier.

Le Parnasse connaît deux phases deux phases d’édition successives. Le Parnasse de 1571 est la première œuvre éditée par Galiot après la mort de Gilles, qui espère visiblement assurer un succès de curiosité à sa librairie. Cette édition princeps saisit sans doute l’esprit de Gilles avec fidélité car, d’après le privilège du Parnasse, Galiot « a recouvré ung livre Intitulé Le Parnasse des Poëtes François modernes Contenant leurs plus Riches et Graves sentences discours description et doctes enseignemens. Recueilly par Feu Gilles Corrozet ». Gilles avait-il laissé un manuscrit inachevé ? une épreuve typographique ? Rien ne permet de l’affirmer totalement, mais l’hypothèse d’une trace bien constituée ne semble pas du tout impossible car Gilles semblait sur le point de publier son œuvre, ayant rédigé lui-même une adresse « Aux Poëtes François » tout à fait claire dans laquelle il précise la méthode et les enjeux de son Parnasse. De plus Galiot semble disposer d’une version très aboutie du Parnasse (« ung livre ») en devenir car il ne se prive pas de souligner toutes les difficultés qu’il a rencontrées pour éditer au même moment son « pendant » historiographique – « ce petit œuvre par brouillars et legers memoire espars çà et là confusément, et sans aucun ordre » – qu’est le Le Thresor des histoires de France édité qu’en 1583.

Il ne sera jamais démenti par Galiot que le Parnasse reste l’œuvre de Gilles, mais ces premières remarques montrent déjà que l’instance éditoriale est en quelque sorte subvertie, ou du moins hétérogène de par cette filiation assez particulière entre un père fondateur et un fils continuateur.

Quelques particularismes de la poétique du Parnasse des poètes françois modernes :

Les recueils polygraphiques des années précédentes insistent sur le divertissement du lecteur et la bigarrure des formes. Mais dans le Parnasse une préface explicative en prose définit un art poétique affichant le besoin d’expliquer sa méthode de compilation. C’est ici que Gilles distingue trois gestes poétiques très clairs : « Aussi ne trouverez estrange si vous rencontrez des vers ostez et sincopez en quelques lieux, et des demy vers liez à autres, et quelque fois des demy vers adjoutez du mien : car tout cela ay je fait pour mieux lier & joindre le sens de la poësie et des sentences. » Est immédiatement posée une poétique subversive, de bouleversement formel des textes au nom d’un impératif sémantique. Une quête de la conjointure du sens moral et du beau poétique est ainsi à l’œuvre, ce qui implique un art nécessaire de la retouche, du maçonnage des extraits pour qu’ils fassent sens selon les lieux communs sous lesquels ils sont classés.

Or, n’oublions pas que l’édition de 1578 ajoute 134 lieux communs de Galiot, qui n’a pas exactement suivi les mêmes principes que son père, et qui a vraiment tendance à s’en tenir à une approche que l’on pourrait qualifier de régulière, ou d’orthodoxe, dans ses principes de sélection. Ce constat rajoute un degré de subversion de plus aux règles préétablies par Gilles.

Cette communication se donne donc pour ambition de montrer comment se fabrique une anthologie à deux mains à la Renaissance, selon des principes divergents et complémentaires.

La fabrique du texte

Quelques principes d’édition réguliers peuvent être saisis à partir de l’identification systématique des sources :

  • L’usage des guillemets : ces marqueurs typographiques facilitaient la trouvaille des pièces et confirmaient la nature topique du propos ;
  • L’interversion de l’ordre des vers par rapport au poème d’origine ;
  • La réécriture du propos pour le moderniser ;
  • La réécriture du propos pour le moraliser ;
  • Soustraire des vers ;
  • Joindre et additionner des vers ;
  • Spécificité de Galiot : une « sélection orthodoxe », lisse, sans variante, au prélèvement fidèle sur le plan de la dispositio.

Tous ces gestes se conjuguent et ordonnent une démarche très personnelle et non systématique. Mais la dimension subversive des gestes éditoriaux du Parnasse ne s’arrête pas à la manipulation des vers eux-même afin qu’ils correspondent aux lieux sous lesquels il sont classés (lieux qui sont proprement l’invention des Corrozet) : il y a aussi une manipulation des sources citées.

Manipuler les sources 

  1. Manipulation des noms annoncés : la liste annonce 32 noms de poètes cités en 1571 et 38 noms en 1578. Il s’avère que certains poètes annoncés ne sont pas cités (comme Pierre du Val), tandis que d’autres ne sont pas cités mais bien présents (comme De Boissières). On peut ainsi estimer à au moins 50 poètes présents dans l’anthologie en réalité.
  2. Par ailleurs, les gestes de référenciation des sources sont multiples :
  • La référence est précise dans une majorité des cas, lorsqu’il est fait référence à la Deploration de Robertet par exemple ;
  •  On trouve aussi un bon nombre d’abréviations précises comme Gab. Bouunin en la trag. de la Sol. ;
  • L’homonymie des titres n’est pas fiable : ainsi « Au Roy » peut renvoyer aussi bien à l’Epistre au Roy, par Marot estant Malade à Paris qu’aux Psaumes de David ;
  • L’anaphore des titres ne l’est pas toujours plus, la formule anaphorique « audit lieu » peut renvoyer le lecteur vers une mauvaise source comme ce fut le cas entre les fragments 340 et 341, qui ne sont issus ni de la même œuvre, ni du même auteur (l’un est Du Bellay et l’autre Marot) ;
  • Enfin, Corrozet use de l’allusion, il lui arrive de n’apporter aucune référence ou bien de l’opacifier en ne donnant par exemple que le nom de l’auteur, sans celui de l’œuvre et inversement. Cela était le cas ici pour les titres dans lesquels n’apparaît que « Cle. Marot ». On peut aussi noter le cas unique de Scève, qui n’est jamais cité mais dont le poème de la Saulsaye l’est quant à lui.

3. Un cas unique (?) de pillage : Corrozet puise aussi des séquences entières de lieux communs à partir d’autres recueils anthologiques comme dans le Recueil de Vraye poesie françoise de Rigaud paru en 1544 (rebaptisé Poésies facetieuses en 1559).

L’invention d’un nouveau modèle d’anthologie

Les allusions à l’Hélicon ou au Parnasse sont assez courantes chez les poètes, mais la naissance de l’antonomase pour désigner une sous-catégorie de l’anthologie (comme l’ont été les florilèges) est tout à fait nouvelle. Tamisier situe l’œuvre dans « les prez Hybleans», les « jardins Hesperides», le « Parnasse » où de « mesnageres avettes (…) succent tant de douceur, / Tant de miel et de saveur » ; tandis que Jaques Moysson évoque l’Hélicon dans son sonnet liminaire. Qu’ils fassent référence à des monts réels où le mythe du lieu de vie des Muses s’est greffé, comme dans le cas du mont Hélicon ou du mont Parnasse ; qu’ils fassent référence à des lieux mythiques comme le jardin des Hespérides, ces poètes se plaisent à souligner le lien étroit entre lieu de création (et donc de labeur) et lieu de récréation, qu’est le Parnasse des poètes françois modernes. Moysson insiste particulièrement sur les déïctiques pour montrer la situation dans laquelle sont recueillis les lieux communs de Corrozet « Tu vas icy Helicon et Parnasse / Et des neuf sœurs tu as icy le val / Tu as icy la fontaine au cheval / Et Corrozet et pour un second pegase / Tu oys icy Hippocrene qui jase (Moysson, « Sonnet à la France », Parnasse des poètes françois modernes, vv.1-5). L’ambition affichée est celle de faire du lieu commun un lieu aussi mythique. Le choix de ce titre est ainsi un geste décisif qui vise à établir métaphoriquement le lien entre l’ensemble des arts. Chaque poète est en quelque sorte représentant des Muses : la tragédie est représentée par Bounin, la comédie par Grévin ; la poésie épique par Ronsard et la poésie lyrique par Louis des Masures ; l’histoire par Du Bellay etc.

Un espace et un temps modernes

Le terme moderne est récurrent dans l’œuvre de Corrozet, éditeur de poètes contemporains, de son recueil des Blasons domestiques (1539) – qu’il décrit comme comme une « invention joyeuse, & moderne » -, au titre de l’Hecatomgraphie, qui annonce que l’œuvre contient une centaines de pièces « tant des Anciens que des modernes» ; jusqu’au titre même du Parnasse des poètes françois modernes (1571) bien sûr. Pour cela, l’éclectisme en matière de sélection des sources est de mise. Elle s’oriente vers un espace-temps contemporain. On peut ainsi dresser les bornes chronologiques des poètes cités : de Clément Marot, né en 1496 à Berard de Girard, mort en 1610 ; ou bien les bornes chronologiques des œuvres citées : La Deploration sur le trespas de feu messire Florymond Robertet vers 1529 aux Amours de Marc Antoine, & de Cleopatre de Belliard en 1578. Dans les deux cas, ces repères épousent parfaitement la totalité du XVIe siècle. Quant à la géographie de cette poésie nationale, le nombre des épithètes qui figurent dans la liste des noms de poètes présents dans le Parnasse suffit à montrer l’étendue du territoire de la poésie française.

Quelques conclusions :

Le Parnasse unit :

  • Un compilateur qui exhibe sa présence / un compilateur qui la masque ;
  • Un compilateur qui adopte une hybridité poétique et conjugue le lieu commun et la poésie / un compilateur qui se montre beaucoup plus régulier et orthodoxe ;
  • Un compilateur qui a une approche de poète / un compilateur qui a une approche commerciale (en introduisant des poètes du moment, y compris des poètes appartenant à des réseaux particulièrement différents tant sur le plan poétique, géographique, et temporel, que spirituel).

Antonin Godet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.