Séminaire 2018-2019 : Présentation


Lire, recueillir, inscrire : recueils et anthologies (XVIe- XVIIIe siècle)
Séminaire doctoral de l’équipe du GADGES – IHRIM-Lyon3 (UMR 5317)

Le mercredi, de 16.00 à 18.00
Lyon 3, site des quais, 18 rue Chevreul, salle 306

Le séminaire doctoral de l’IHRIM-Lyon 3, organisé par le groupe de travail GADGES sous le titre Lire par morceaux. Lectures et lecteurs de recueils et d’anthologies a développé, pour l’année 2017-2018, trois axes de réflexion complémentaires sur ces objets littéraires singuliers : projets et prescriptions ; énonciation et disposition ; publics et publication (voir les archives dans les billets de ce carnet). Ces pistes conduisaient à envisager les recueils et les anthologies du point de vue des lecteurs et sous l’angle de la lecture. Elles ont permis de mettre en lumière la manière dont les gestes de collecte et de disposition des textes contribuent à configurer leurs appropriations. Elles nous ont de surcroît familiarisé.es avec l’implication de multiples acteurs et actrices dans la publication de ces objets éditoriaux composites. Aussi nous paraît-il logique, dans cette seconde phase de notre exploration, de nous intéresser aux opérations de « recueil » des textes (au sens actif du déverbal). Quelles en sont les modalités, au premier chef pratiques et matérielles, mais également intellectuelles ? Comment la logique de la sélection puis de la publication joue-t-elle sur la logique de la réception ? Pour tenter d’approfondir cette question, nous souhaiterions explorer les trois pistes suivantes :

Les intermédiaires de la publication : imprimeurs, libraires, auteurs, « compilateurs », voire collectionneurs ; qui sont les différents acteurs de la mise en recueil, et quel est leur rôle exact ? En quoi la diversité de ces intervenants révèle-t-elle la complexité de la forme recueil ?

Les fonctions de la mise en recueil : la logique présidant au geste de recueillir peut procéder d’un souci de conservation, relever d’une opération mémorielle (témoigner d’un événement, d’une querelle, d’une activité de groupe, par exemple), manifester la volonté de s’inscrire au sein d’une actualité, voire viser à donner consistance à cette actualité, au groupe ou à l’événement en question. Comment la mise en recueil modélise ou modalise-t-elle ce dont elle prétend témoigner ?

Recomposition, réemploi, réénonciation : dans le cas, fréquent, où les pièces collectées avaient déjà connu une première publication (imprimée ou manuscrite), jusqu’à quel point peut-on considérer que le recueil transforme le sens de la matière compilée ? Quel nouveau contexte construit-il, en quoi celui-ci modifie-t-il la portée initiale des pièces retenues et à quelle fin ? Dans une perspective théorique, on s’interrogera sur le recueil comme réénonciation, en soulignant le trouble qu’il introduit quant aux catégories d’auteur, d’origine et même de contexte.

24 octobre
Anne Réach Ngô (Université de Haute Alsace, IUF) : « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »
Julien Goeury (Université de Picardie Jules Verne) : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? »

21 novembre
Christophe Schuwey (Yale) & Nina Mueggler (Univ. Lyon 2 et Univ. de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

28 novembre
Céline Bohnert (Univ. de Reims) : « Lire les Métamorphoses par morceaux: quelques anthologies ovidiennes du XVIe siècle »
Maurizio Busca (IHRIM Lyon 3) : « “Que de vertus, & de prospéritez” : la mise en recueil des Métamorphoses au XVIIe siècle »

13 février
Louise Amazan (Réserve des livres rares, BnF, Paris) : « Une anthologie facétieuse parmi d’autres ? Les Joyeuses narrations advenues de nostre temps (Lyon, 1557) »
Romain Weber (Bibliothèque historique de la ville de Paris) : « Les recueils narratifs renaissance et baroque : typologie, caractéristiques, fabrication, usage »

6 mars
Isabelle Moreau (ENS de Lyon, IHRIM) : « Les opérations éditoriales autour de la réception des Essais de Montaigne à Port-Royal »

Susanna Seguin (Univ. Montpellier III, IUF, IHRIM) : « De la collection à la démonstration : pratiques de lecture et stratégies argumentatives dans les manuscrits philosophiques clandestins »

13 mars
Conférence de Patrick Dandrey, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, dans le cadre du cycle « Itinéraire d’un chercheur »

27 mars
Nora Viet (Université Clermont Auvergne, IHRIM) : « Compiler/codifier : la fabrique de la nouvelle dans le Parangon de nouvelles honnêtes et délectables (1531) »

Mathilde Morinet (Université de Nantes et Aix-Marseille) : « La compilation dans les récits de voyages (autour de Melchisédech Thévenot) »

10 avril
Aurélie Barre (Lyon 3, CIHAM) : « La fabrique de l’auteur : l’exemple des chansonniers occitans »
Alexandra Pénot (IHRIM-Lyon 3) : « Collecter pour instruire, réunir pour préserver : l’assemblage à l’œuvre dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet »

3 mai
Séance sur les recueils factices (14h-18h, Bibliothèque Diderot) avec Katell Lavéant (Univ. d’Utrecht), Hélène Lannier (Univ. Lyon 2) et Malcolm Walsby (Univ. de Rennes 2)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.