Anne Réach-Ngô, « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance.» (24/10/18 – Résumé)

« Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Envisagé d’un point de vue sériel et exhaustif, le corpus des Thresor de la Renaissance  – ces compilations qui rassemblent aussi bien des textes de médecine, de dévotion, de savoirs encyclopédiques que des écrits poétiques, narratifs ou épistolaires – constitue un observatoire fécond pour qui veut analyser la diversité des pratiques de sélection, d’agencement et de promotion des textes chargés de représenter la quintessence d’une époque dans un domaine donné. L’importance quantitative du corpus (environ 150 ouvrages, considérés dans leurs variantes éditoriales) fait en effet apparaître une diversité d’ouvrages, couvrant des domaines de savoirs et d’écriture très divers (médecine, religion, lettres), des formats éditoriaux (traité encyclopédique, atlas portatif, recueils de textes poétiques et narratifs), des types de livres très différents (allant du petit in-16 ou du livret de quelques pages au grand in-folio en plusieurs tomes). Cette diversité même est inhérente à l’objet même des Thresor et nécessite d’être appréhendée comme une donnée structurante. Un tel corpus permet également d’observer des phénomènes particulièrement intéressants de remise en circulation, c’est-à-dire de remise en usage et la réécriture des textes car les péritextes de ces Thresor s’accompagnent souvent d’une invitation à la thésaurisation des écrits et des savoirs, à destination des lecteurs, traducteurs, commentateurs, enseignants, qui sont invités à se réapproprier un matériau qui circule et se transforme au gré de ces diverses réappropriations.

À l’ouverture de ces manuels, traités, sommes, abrégés semble se dessiner un même discours péritextuel, articulé autour de références et mots-clés récurrents, qui tendent à apparenter à un même imaginaire textuel des écrits issus de pratiques intellectuelles et éditoriales pourtant fort différentes. Le corpus des Thresor est à cet égard tout à fait représentatif de la manière dont un même type de discours péritextuel peut concourir à constituer auprès des lecteurs de l’époque un type d’objet – un « genre éditorial » pourrait-on dire – qui suscitent des pratiques de lecture et des usages du livre bien identifiés. La reprise de lieux communs (l’acte de feuilleter, le geste de sélection, le rassemblement et l’unité conférée à la compilation, etc.) fait de ces péritextes le lieu d’élaboration d’un discours topique qui tend à élaborer une représentation concrétisante et relativement unifiée de l’appréhension des textes à la Renaissance (compiler serait « faire trésor »), fondée sur la circulation, le remaniement et la mise en usage des écrits, aussi bien dans leurs modes de production, de diffusion que de réception et de transmission à la postérité. Ainsi, le discours péritextuel des Thresor concourt à l’élaboration d’une rhétorique de la compilation assumée et valorisée en tant que telle, rhétorique elle-même fondée sur la compilation de lieux communs hérités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.