C. Schuwey & N. Mueggler: «De briques et de ciment» (21/11/2018, résumé)

Christophe Schuwey (Yale University) & Nina Mueggler (Université Lyon 2 et Université de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

Résumé :

Et s’il fallait envisager toute œuvre des XVIe et XVIIe siècles comme un recueil, c’est-à-dire, comme une collection d’unités minimales plus ou moins reliées entre elles ? C’est l’hypothèse qu’un large corpus de textes hétérogènes (recueil, pièce de théâtre, traité médical, épopée, roman, etc.) et plusieurs constats critiques (Jeanneret, Denis, Truchet, etc.) nous ont invités à explorer, afin d’en tester les enjeux, les limites et les implications théoriques. Certes, les ouvrages que nous envisageons présentent chacun des particularités propres : dans certains cas, l’assemblage est une affaire de support (plusieurs nouvelles juxtaposées dans un même volume), dans d’autres, de composition (des pièces insérées dans un récit-cadre) ; les morceaux, les “briques” – pour reprendre la métaphore du maçonnage, omniprésente dans les textes de l’époque – ne sont parfois que quelques mots, d’autres fois, des nouvelles entières ; mais ces différences ne doivent pas occulter un constat systématique : quel que soit le genre, quel que soit l’auteur, que l’on soit au XVIe ou XVIIe siècle, qu’il s’agisse de l’oeuvre elle-même ou du discours critique qui s’y rapporte, on parle des œuvres comme d’un ensemble de parties et ces discours recouvrent une réalité repérable dans l’ouvrage. Tout fonctionne comme si le squelette de chaque ouvrage, aussi fini, monolithique, monumental qu’il semble de prime abord, était toujours un recueil de matériaux divers, dont l’auteur ou l’éditeur auraient fait peu ou prou disparaître les coutures entre les éléments. En d’autres termes, entre un recueil de cas de conscience ou de questions d’amour et la Princesse de Clèves, il y aurait bien moins une différence de nature que de degré.

Afin de représenter cette réalité, nous avons proposé un continuum qui partait du cas le moins lié (recueil) à des exemples plus liés (p. ex., les romans). Il s’avère que la  liaison (ou son absence) est motivée par les différentes fonctions qu’elle revêt : elle décide du genre de l’ouvrage, elle en construit le sens et conditionne sa réception, et surtout, elle permet de le valoriser. Il existe en effet un discours topique, partiellement hérité de la rhétorique, qui relie la qualité de la liaison à la valeur d’un ouvrage et qui définit par conséquent celle de son auteur. Il apparaît également qu’aux côtés de la liaison, un autre critère peut valoriser l’ouvrage, à savoir, le choix des matériaux, qui s’incarne dans le “labeur” (terme récurrent) de sélection et/ou dans l’agencement soigneux des contenus.

L’ensemble de l’hypothèse revêt une charge heuristique et des implications théoriques considérables. La valeur accordée à la liaison semble en effet s’être transformée en véritable présupposé de la discipline littéraire, qui détermine de nombreux réflexes critiques : aujourd’hui encore, la littérarité de l’œuvre repose sur la qualité de sa construction. En outre, si la valeur de l’oeuvre détermine celle de son auteur, la valorisation de la lecture et de l’interprétation déterminent évidemment celle du critique, sélectionnant celui ou celle qui sera assez ingénieux·se pour faire une « belle lecture », assez attentif·ve pour découvrir ce plan d’ensemble caché aux yeux du vulgaire. C’est enfin une affaire d’écologie critique : plutôt que de formuler ce constat dans chaque genre et à chaque époque, peut-être est-il temps d’en faire un présupposé de toute lecture. La connaissance de cette construction et de consommation “par pièce” des ouvrages remet ainsi en cause la sacro-sainte « Unité » de l’œuvre, en nous invitant à réinterroger la construction, la mécanique et la lecture du texte. Elle implique de considérer plusieurs strates hiérarchisées dans le texte et in fine de regarder avec une suspicion salutaire les écho, paradoxes et lectures totalisantes que la critique s’amuse à percevoir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.