Julien Goeury : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? » (24/10/18 – Résumé)

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Cette intervention se situe dans la continuité d’un double travail accompli sur les Blasons anatomiques du corps féminin : une édition critique de l’édition parisienne de 1543 (Paris, GF, 2016), ainsi qu’un double colloque organisé avec Th. Hunkeler entre Fribourg et Amiens, dont les actes viennent d’être publié chez Droz (Anatomie d’une anatomie. Nouvelles recherches sur les blasons anatomiques du corps féminin, Genève, Droz, 2018). Dans le cadre de ce séminaire, ma réflexion porte sur l’évidence trompeuse de ces dénominations de « blasons anatomiques », « blasons du corps féminin », ou bien encore de « blasons anatomiques du corps féminin », pour reprendre les trois dénominations concurrentes qui renvoient de toute façon dans l’esprit de ceux qui les utilisent au même corpus et je m’interrogerai sur les usages qu’on en fait à l’écrit (italiques, guillemets, majuscules ou non, etc.), sur ce qu’elles désignent, ou bien sont supposées désigner sous la plume de ceux qui les emploient : une série de poèmes, associés parce qu’il constituent un (petit) genre d’écrire, une série manuscrite ou imprimées, des recueils (anthologiques ou non ?), un collectif de recueils ? La question que j’ai voulu poser, c’est en réalité celle-ci : quand on se réfère en effet aux « blasons anatomiques », à quoi fait-on précisément référence ? Et le sait-on vraiment en réalité ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.