Introduction du séminaire (M. Bombart, M. Cartron et M. Rosellini)

Première séance : jeudi 21 septembre 2017 (14h-16h30)

Rappel du programme 2017-2018

Résumé de l’exposé introductif présenté en trois parties et à trois voix par Michèle Rosellini, Maxime Cartron, Mathilde Bombart.

1) Définitions, perspectives historiques et génériques

L’anthologie est une forme éditoriale d’actualité. Non seulement comme outil pédagogique (voir la pérennité du « Lagarde et Michard » dans le cursus scolaire) et condensé de littérature pour le grand public (p. ex. Un été avec Montaigne d’A. Compagnon en 2013), mais comme objet d’étude. La monographie d’E. Fraisse (Les anthologies en France, 1997), le numéro spécial de Voix et Images (De l’anthologie, J. Everett et S. Marcotte, dir., 2010) et le récent collectif dirigé par C. Bohnert et F. Gevrey (L’Anthologie. Histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au XXIe siècle, 2014) nous fournissent une définition théorique de l’anthologie : recueil de textes d’un ou de plusieurs auteurs, déjà publiés, incluant (dans une bien moindre proportion) des textes d’accompagnements (notices, tableaux, bibliographies, etc.). Bien qu’appartenant au vaste ensemble des recueils, l’anthologie en est un cas singulier, le plus apte à être circonscrit par une définition précise et stable du fait de sa visée patrimoniale (ce qui légitime la distinction de deux objets : « recueils et anthologies » dans le titre du séminaire). Le recueil adopte des formes multiples qui ne se laissent pas réduire à une définition. Sous l’Ancien Régime, le recueil est un mode de publication dynamique de formes littéraires nouvelles (recueil de poésies comme équivalent des revues actuelles) ainsi qu’un agent de diffusion de normes linguistiques et esthétiques. Aussi sommes-nous incités à analyser le phénomène littéraire du recueil (incluant le cas particulier de l’anthologie) non pas comme un objet statique mais comme un processus dynamique engageant plusieurs étapes (de la collecte des textes à leur publication) et un réseau d’acteurs travaillant en collaboration.

L’enquête lexicographique, constitutive de l’approche historique du processus, confirme le lien entre l’évolution sémantique du verbe « recueillir » et l’émergence du substantif « recueil » dans la langue classique. Le terme n’existe pas en français moderne, et son besoin s’en fait d’autant moins sentir que les humanistes disposent d’une multitude de désignations métaphoriques empruntées à la botanique (florilège, fleurs du bien dire, bouquet de l’éloquence, marguerites françaises, etc.) qui témoignent de l’origine scolaire (héritage de la formation de l’orateur dans l’Antiquité) du geste de collecte de citations (que l’impression permet de publier sous le titre de Polyanthea). À la même époque, les emplois du verbe « recueillir » relèvent de la vie pratique (on recueille un voyageur, un bien, un profit, des voix, les débris d’un naufrage…). Inversement, l’extension sémantique du verbe à des acceptions morales (tirer profit d’un discours, d’un sermon, d’une lecture) et intellectuelles (ramasser, compiler…des vers, des sentences, des ouvrages) coïncide, dans les dictionnaires de la fin du XVIIe siècle, avec l’apparition du substantif « recueil » au sens de « collection, ramas » d’objet curieux ou de textes mémorables. Le Dictionnaire de l’Académie (1694) réduit même le terme à une unique définition : « assemblage de diverses productions d’esprit ». Le terme est si hégémonique qu’il peut s’appliquer à des compilations qui tiennent plutôt de l’anthologie, comme le Recueil des plus belles pièces des Poètes français tant anciens que modernes, depuis Villon jusques à Benserade (connu sous le nom de « Recueil Barbin »), objet hybride auquel nous consacrerons un colloque les 3 et 4 mai 2018.

Le recueil est lié au genre : certains genres n’existent que sous la forme du recueil (poésies, nouvelles, contes facétieux, histoires tragiques, fables, lettres, essais, dialogues), et le recueil a la capacité de créer des genres inédits (maximes, aphorismes, poèmes en prose, etc.). L’invention d’une nouvelle forme de recueil équivaut à la refondation d’un genre, comme on le voit avec les Fables choisies et mises en vers de La Fontaine (1668). Les changements de titre d’un recueil au cours de son histoire éditoriale contribuent à modifier son inscription générique : ainsi les Réflexions ou sentences et maximes morales (1665) se détachent de la tradition humaniste des recueils de sententiae en devenant les Maximes de La Rochefoucauld. Un même processus d’émancipation coïncide avec une construction progressive d’auctorialité dans la promotion de « remarques » de La Bruyère : présentées dans la première édition comme des exercices de style anonymes publiés en annexe à la traduction des Caractères de Théophraste, elles constituent au fil des rééditions augmentées un recueil autonome et assumé : « les Caractères de La Bruyère ». Les anthologies rétrospectives visent à découper autrement l’histoire littéraire en faisant émerger un genre inédit : la poésie baroque pour Rousset, l’humour noir pour Breton.

Le recueil imposant aux divers genres qu’il configure sa propre logique, on est amené à se demander s’il n’est pas lui même un archi-genre, voire un genre hypertextuel. Sans réduire les dispositifs et agencements variés qui le constituent à des règles ou des principes, on peut du moins observer qu’ils jouent de la tension entre continu et discontinu, motivé et aléatoire. Ce qui, néanmoins le sauve de l’hétérogénéité chaotique, c’est sa tendance à l’unité. Ce qui conduit A. Viala à avancer qu’un recueil « peut colliger à peu près n’importe quoi pour peu que son projet théorique soit assez fort pour fonder son unité » (« Éléments pour une poétique historique du recueil », 1998, p. 22). Aussi peut-on envisager de faire une poétique du recueil, à condition de tenir compte du décalage entre les pratiques effectives (fabrique et réception des recueils) et les valeurs symboliques (illustration de la langue, du genre, etc.). C’est la dimension des usages des recueils en tension avec leurs images qui va nous permettre d’explorer le point de vue que nous adoptons : celui de la lecture et des lecteurs.

2) La lecture programmée par le recueil : prescriptions et dispositifs énonciatifs

L’anthologie et le recueil sont intrinsèquement, par le choix de textes qu’ils opèrent et le discours d’accompagnement qu’ils produisent, des projets de lecture. Ils manifestent la dimension critique de toute lecture, contribuant ainsi à nous la faire percevoir comme une pratique dynamique, susceptible d’évoluer en fonction des modes de présentation et des supports d’inscription des textes.

Les recueils oscillent entre tendance à l’exhaustivité (vers l’œuvre complète) et souci de représentativité (incarné par l’anthologie). Dans tous les cas ils se construisent comme des fictions de totalité, invitant les lecteurs à « lire moins pour lire plus », ce qui est le principe de l’anthologie, soucieuse d’offrir un échantillonnage qui incite le lecteur à découvrir par lui-même les œuvres que celle-ci cite. On peut donc dire que le recueil trie et recompose afin d’orienter la lecture et d’inclure le lecteur dans un processus continu de mise en forme du savoir sur un objet. L’anthologie oriente ce processus vers le classement, que sous-tend une hiérarchie : un « ordre des livres » (Chartier) déterminé par un « ordre du discours » (Foucault). La composition, étayée par le péritexte, aménage un espace théâtralisé où se déploie un programme de lecture destiné à appâter le lecteur ; l’usage des déictiques et des présentatifs y contribue (« Voici Maynard, Jean Ogier de Gombauld, Claude Malleville ; voici l’original Savinien Cyrano de Bergerac… » annonçaient J.-C. Lambert et F. Mizrachi dans leur Anthologie de la poésie préclassique en France, 1966, p. 143).

Le lecteur visé par le recueil est donc lui-même programmé par son dispositif, à l’instar du « narrataire » défini par Rousset, comme « lecteur sélectionné, […] celui sur qui le texte devrait avoir l’effet souhaité » (Problèmes actuels de la lecture, p. 25). Il s’agit pour lui d’épouser le patron de lecture qui lui est proposé, pour saisir pleinement la notion ou le cadre qui fédèrent les textes. Celui-ci peut-être restrictif, comme dans le cas des recueils de la collection Le libertinage du xviie siècle réunis par F. Lachèvre, qui se refuse à publier les pièces les plus obscènes, alors même que leur mode de diffusion en leur temps fût le recueil collectif. Il escamote ainsi « l’effet de recueil » originel, qui solidarisait expérience de lecture et expérience érotique, en « initiant un passage à l’acte érotique » (G. Peureux, Corps et interprétations (XVIe-XVIIe siècle), 2012, p. 121).

La discontinuité des textes réunis dans un recueil ou une anthologie peut être envisagée comme un activateur de lecture plutôt que comme un obstacle, selon le principe que L. Dällenbach applique à l’absence de liaison des ouvrages fragmentaires : « c’est précisément ce lieu que la lecture investit pour jeter des ponts, contracter des alliances, réévaluer prospectivement ou rétrospectivement l’un ou l’autre segments disjoints, opérer leur soudure – en un mot : pour enchaîner et frayer une voie au sens » (Problèmes actuels de la lecture, p. 35). En effet c’est la disposition des textes (et non leur choix) qui détermine des effets de lecture, permettant, selon les cas, d’instaurer diverses continuités narratives, de former des symétries, en diptyque ou autre, d’opérer des mises en série. Les notices biographiques incitent souvent le lecteur a interpréter le défilé des textes comme le déroulé métaphorique de la vie de l’auteur, une sorte de doublet fictionnel ou rhétorique. Dès le XVIe siècle, les lecteurs de canzionere recomposaient à partir de l’agencement des pièces poétique la continuité (et les péripéties) d’un parcours amoureux. Mais dans les genres non biographiques, la disposition propose généralement deux modes alternatifs de lecture : linéaire ou discontinue, la première misant sur la cohérence narrative du recueil, la seconde privilégiant la liberté du lecteur (voir Barthes sur La Rochefoucauld, Nouveaux essais critiques, 1972 et M. Escola sur La Bruyère, Rhétorique du discontinu, 2001).

L’adresse au lecteur, explicite ou implicite, pose la question de l’auteur qui interagit avec celui-ci : le compilateur est-il un auteur à proprement parler, est-il un critique qui s’efface derrière les auteurs qu’il cite ? Lui-même adopte souvent la posture d’auteur premier, ou d’archi-auteur, comme Rousset escamotant les noms des poètes dans la table des matières de son anthologie au profit exclusif des titres des pièces citées. Son statut est toutefois hybride car il ne compose pas les textes qu’il réunit. Le recueil (principalement dans le cas de l’anthologie) épouse cette hybridité en proposant, en même temps qu’un dévoilement des textes, un dévoilement de l’intimité de son concepteur qui invite à la lecture biographique détournée. Ainsi la perspective de la lecture repose en l’élargissant la question du recueil comme pratique.

3) Usages : collecte, conservation et collection

Du point de vue du rapport à la lecture, le recueil est à la jonction entre les pratiques de lecture de celui ou ceux qui le composent (le simple choix des textes en dérive) et la lecture qu’il vise à susciter chez ceux qui vont l’avoir entre les mains. Deux aspects de la question du recueil sont à explorer dans cette perspective : celui lié à son usage comme collecte, articulé à ses fonctions de conservation ; celui qui met en jeu des actions de publication : publication de sources ou d’archives dont il faut interroger le sens et les effets.

Collecter, c’est rassembler des pièces éparses, qui avaient (en général) déjà été publiées (à l’oral, via le manuscrit ou l’imprimé) dans un but de préservation : tel est l’argument de la préface du Recueil de quelques pièces curieuses concernant la philosophie de Monsieur Descartes (dû à Bayle) ; mais, comme l’a montré Dinah Ribard, la publication de ces pièces contribue à créer l’événement de la controverse, à lui donner une visibilité par l’établissement d’un corpus, d’une chronologie, etc.

Corollairement, un recueil peut donner visibilité à un groupe cohérent dont il se prétend l’émanation. On en a un exemple fameux avec le Recueil des plus beaux vers de Messieurs De Malherbe, Racan, Monfuron, Maynard, Boisrobert […] et autres des plus fameux Esprits de la cour, publié par le libraire Toussaint Du Bray à partir de 1626 : si l’on regarde de près la liste des auteurs, il paraît difficile de les identifier tous comme des « escholiers » de Malherbe ; or le publicateur (est-ce le libraire lui-même) effectue un coup de force en prétendant regrouper toutes les pièces (en l’occurrence déjà publiées) sous l’égide d’une esthétique cohérente (celle de la modernité poétique et linguistique malherbienne), propageant ici l’idée d’une « école » qui n’a de fait jamais existé. On remarque aussi dans la page de titre la mention de la « cour » lieu du pouvoir royal et de la distinction sociale et esthétique : d’autres recueils usent d’une telle recommandation, afin de donner au lecteur les pièces rassemblées comme des témoignages de l’activité de petites sociétés choisies, dont ils se feraient les miroirs, et comme les « archives » (pour reprendre la notion développée par Delphine Denis dans Le Parnasse galant, 2001).

L’examen du péritexte du fameux « Recueil Sercy » publié en plusieurs éditions successives au milieu du xviie siècle permet d’éclairer la nature de ces archives. La table des matières n’énumère que des bagatelles hétérogènes (allégories, historiettes, jeux, pastiches) dont le seul intérêt est de donner l’image d’une création collective spontanée : il s’agit de représenter l’archive d’une dynamique énonciative, le miroir non d’une œuvre, d’un genre ou d’un courant, mais d’un groupe, d’une sociabilité, que le lecteur est invité à reproduire en imitant les pièces proposées, comme si lire le recueil permettait de s’agréger à cette société distinguée.

Il convient cependant de se méfier de l’impression documentaire que donne le recueil, de se faire prendre à l’illusion de miroir qu’il se présente, dont l’action la plus repérable, et souvent à long terme, consiste à faire croire au groupe, à l’école, voire à l’événement (querelle, célébration, etc.) : c’est là un des plus puissants « effets recueil », pour reprendre une expression de Guillaume Peureux.

Cette production de croyance explique l’usage des recueils par des institutions qui se mettent ainsi en représentation : voir les recueils de pièces prononcées à l’Académie française publiés à partir de 1671, date à laquelle s’institutionnalise l’éloge du roi.

Les livres rassemblant ces pièces, par nature « modulaires », présentent nécessairement une structure ouverte, qui se manifeste par deux fonctionnements importants : la réédition augmentée et la publication de « suites ». Par là, les recueils sont susceptibles de s’adapter aux révolutions esthétiques ou aux circonstances politiques, comme le montre l’évolution du « Recueil Faret » dont la deuxième édition, en 1634, fait une place à Richelieu (déjà son dédicataire dans la première édition de 1627) qui manifeste la prise en compte de l’évolution du rôle politique de ce dernier, depuis sa complète victoire sur ses opposants lors de la « Journée des Dupes » en 1630. Ainsi, comme l’a observé H.-J. Martin, les recueils collectifs constituent l’archéologie des revues littéraires. De fait, entre ces recueils et les premiers périodiques (Mercure françois, créé en 1611, Mercure galant, créé en 1672), il y a peu de différence formelle et tous deux se présentent comme ce que nous identifions à des livres, plus qu’à des journaux (voir les travaux récents de C. Schuwey, prolongeant ceux de J. Sgard). Toutefois, Charles Sercy, libraire éditeur puissant et bénéficiant d’appuis dans la sphère du pouvoir royal, s’empare des bénéfices de la régularité en obtenant un privilège de 15 ans pour l’ensemble des pièces qu’il publiera dans son recueil et pour chacune d’entre elles (qui ne sont pas nommées). Il illustre ainsi l’importance de la figure du libraire collecteur (voir plus haut).

La mention de la « curiosité » (rareté des pièces et attrait pour le lecteur) dans les avis des libraires engage la question de la préservation et la problématique de la collection. C’est grâce à des curieux et des collectionneurs que nous pouvons avoir aujourd’hui connaissance de nombreux pamphlets du temps de la Ligue, de la Fronde, de l’époque des Lumières, ou encore de pièces libertines jamais imprimées. Le geste de recueillir n’est pas neutre à l’origine, et pose encore la question du classement ultérieur, par des conservateurs des bibliothèques ayant hérité de ces collections. Cas exemplaire (et spectaculaire) du recueil constitué par Pierre de L’Estoile : Les Figures et drôleries de la Ligue (plus de 300 pièces collationnées et reliées par lui-même en 4 volumes in folio, classés chronologiquement et annotés). Autres exemples : le Recueil constitué à la fin du XVIIe siècle par Jean-Nicolas Tralage (neveu du lieutenant général de police La Reynie, spécialisé dans la police du livre), de gravures, affiches, programmes, et pièces de théâtre ; le « Recueil Conrart », où l’homme de lettres et secrétaire perpétuel de l’Académie française a fait copier de multiples poèmes, lettres, pièces juridiques, constituant par là (en 13 volume) l’archive de la vie littéraire du temps. La problématique soulevée par ces recueils recoupe celle des anthologies : tout comme celles-ci portent en elles-mêmes des catégories qui informent l’écriture de l’histoire littéraire, ces recueils constituent des filtres non neutres donnant accès aux écrits et événements du passé, dont ils portent eux-mêmes la trace.

Recueils et anthologies : ce que les deux formes de compilation ont en commun, c’est de contribuer, en leur temps et dans le nôtre, à former l’idée même de littérature, comme espace de production et d’appropriation des textes, partie prenante de la fabrique d’une culture instituée et identifiable comme telle. C’est là ce qui nous semble fonder l’intérêt de la réflexion théorique et historique sur ces objets pour les mastérant.e.s et doctorant.e.s en formation, même non spécialistes de la littérature d’Ancien Régime.

Documents complémentaires

Documents d’accompagnement

Bibliographie des études mentionnées ou utilisées

Citer ce billet: "Introduction du séminaire (M. Bombart, M. Cartron et M. Rosellini)," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 06/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/60.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.