Céline Bohnert: « anthologies ovidiennes du XVIe siècle » (28/11/2018, Résumé) »

Lire les Métamorphoses par morceaux: quelques anthologies ovidiennes du XVIe siècle

Les Métamorphoses d’Ovide représentent un cas singulier pour l’étude des recueils et des anthologies. Le poème fut reçu depuis l’Antiquité à la fois comme le carmen perpetuumet comme un trésor dans lequel puiser : on observe une tension entre la dynamique unificatrice d’une œuvre pensée comme totalisante et supposée refléter dans ses propres métamorphoses l’ensemble du devenir universel, d’une part, et, d’autre part, la tendance centrifuge d’un texte éclaté en une myriade de courtes unités narratives – dont la délimitation, du reste, ne va pas de soi et relève d’une appropriation active de l’œuvre. Le Moyen Âge a accentué cette tension, en considérant le poème comme une matière à translater par la paraphrase et par le commentaire, pour lui faire dire ce qu’il recèle de vérité sous les espèces de la fiction. Les résumés de Jean de Garlande, de même que la paraphrase commentée de l’Ovide moralisé et ses différents avatars, ou encore, en Italie, la paraphrase commentée de Bonsignori (1377), éditée à partir de 1493, lèguent aux hommes de la Renaissance l’habitude d’une lecture anthologique des Métamorphoses.

L’argumentaire du séminaire invitait à réfléchir à la valeur du déverbal « recueil », avec tout ce qu’il suppose d’élaboration volontaire et d’intention, matérialisées dans l’objet intellectuel et concret ainsi produit : au fond, éditer les Métamorphoses, dans le choix d’une segmentation spécifique du texte, c’est déjà produire un recueil. Mais, par ailleurs, les éditeurs, poètes et graveurs du XVIe siècle ont produit des anthologies, des abrégés, des albums ovidiens sur lesquels j’ai choisi de me pencher pour cette séance.

Il s’est agi d’interroger les manipulations anthologiques qui sous-tendent la fabrique de ces Métamorphoses de poche et de cerner les intentions qui déterminent ce travail intellectuel et éditorial. Un point en particulier a retenu notre attention : la question de l’auctorialité. Si le recueil et l’anthologie ont pu être au XVIe siècle un laboratoire ouvert de la création, un outil éditorial pour dessiner un champ poétique, une instance de consécration d’une forme ou d’un auteur, par exemple, il semble que, dans le cas d’Ovide, la production d’anthologies ait distendu le lien entre l’auteur et l’œuvre. Défaire les Métamorphoses, en effet, c’est libérer une matière offerte à toutes les réappropriations et ainsi effacer l’emprunte directe d’Ovide sur le matériau mythologique. Les anthologies tirées des Métamorphoses ont joué un rôle important dans l’élaboration de la culture mythologique européenne, par effacement de l’auteur, évidement référentiel du nom : suivant une sorte de dés-énonciation, la mythologie dite ovidienne n’est plus exactement la mythologie d’Ovide.

Anthologies examinées :

  • Epitomés (dans leur édition conjointe à Bâle, 1538) :
  • Bartholomaei Bolognini Bononiensis Epitome elegiaca in Pub. Ouidii Nasonis Libros XV. Metamorphoseon.
  • Francisci Nigri Bassianis Epitome Sapphica in eosdem Pub. Ovidii Libros Metamorphoseon.
  • Item Io. Francisci Quintiani Stoæ Poetæ laureati Disticha elegiaca & quædam Sapphicaquoque in singulas Fabulas Metamorphoseos Ovidianæ
  • Anthologies en image : les deux versions de la Métamorphoses figurée
  • Bernard Salomon, La Métamorphose figurée, Lyon, Jean de Tournes, 1557.
  • Gabriele Simeoni,  La vita et metamorfoseo d’Ovidio, figurato & abbreviato in forma d’epigrammi, Lyon, Jean de Tournes, 1559.
  • De l’anthologie au recueil d’épigrammes : la Picta poesis ovidiana, Francfort sur le Main, 1580.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.