Tous les articles par fannyboutinet

Maurizio Busca : « “Que de vertus, & de prospéritez” : la mise en recueil des Métamorphoses au XVIIe siècle » (28/11/2018, résumé)

            « Que de vertus, & de prospéritez / Bien au-delà des choses vray-semblables ! » s’exclame Benserade dès les tout premiers vers de ses Métamorphoses en rondeaux (1676), en rejoignant la foule de commentateurs et de traducteurs qui, depuis le Moyen âge, ont exalté la richesse de la matière ovidienne et des « moralités » qu’elle recèlerait, ainsi que la douceur, la facilité et la grâce du style et la virtuosité de la liaison des fabulae métamorphiques. Ce dernier élément, mis en exergue par Ovide lui-même dès l’incipit de son œuvre et relevé par nombre de ses commentateurs, a pourtant été presque systématiquement trahi dans les traductions françaises de la première modernité, dans lesquelles le texte ovidien est le plus souvent découpé en une série d’épisodes autonomes juxtaposés. Au XVIIe siècle, la pratique de lecture « par morceaux » des Métamorphoses aboutit même à l’émergence d’une pratique d’imitation de ces morceaux : dès la fin des années 1630, on assiste à la composition de nouvelles « métamorphoses » détachées, parfois publiées en recueil, fondées sur une poétique qui constitue une véritable « subversion de la grande poésie ovidienne » (Marie-Claire Chatelain). Les Métamorphoses elles-mêmes font l’objet de plusieurs réécritures intégrales en formes brèves (rondeaux, huitains ou quatrains) : dans ces cas, la continuité narrative du carmen perpetuum se dissout au profit d’une nouvelle unité, fondée sur l’homogénéité métrique et thématique des fragments.

            Si la pratique du découpage apparaît largement prépondérante dans le panorama des traductions des Métamorphoses aux XVIe et XVIIe siècles, on observe des différences considérables non seulement dans le choix des dispositifs employés pour séparer les fables sur la page, mais aussi dans la définition même des fables. Dans la Bible des poëtes publiée par Colard Mansion et par Antoine Vérard au tournant du XVIe siècle, le découpage est soumis aux nécessités de l’allégorèse, chaque unité narrative étant adaptée et isolée selon l’interprétation allégorique que le translateur souhaite en fournir : tout comme dans l’Ovide moralisé, le translateur « moralise sa propre translation » (Marc-René Jung). Dans le Grand Olympe des Hystoires poetiques (1532) et dans les traductions de Marot (1534-1543) et de Habert (1557), le travail du traducteur se confond avec celui du mythographe : une nouvelle segmentation du texte est mise en place afin d’attirer l’attention sur les données mythologiques utiles à la connaissance du monde des Anciens (attributs des dieux, géographie et cosmologie antiques, etc.). Ces nouvelles préoccupations apparaissent tout particulièrement chez Marot et Habert, dont le regard de traducteurs, par ailleurs, se confond avec celui de poètes soucieux de contribuer à la « décoration grande » (Marot) de la langue française, comme en témoignent les titres et les manchettes relevant la présence de « comparaisons » et de « plaisantes et belles descriptions » (Habert). La réécriture des Métamorphoses en huitains (Métaorphose figurée 1557), qui voit le jour dans un contexte culturel et éditorial fortement sensible à l’art des emblèmes, propose un troisième modèle de découpage destiné cependant à ne pas être reproduit ultérieurement. Des trois traductions parues au début du XVIIe siècle, à savoir celles de Massac père et fils (qui s’engagent sur la voie tracée par Habert), de Renouard (qui adopte la segmentation établie par Lactance Placide) et de l’anonyme rouennais publié par Reinsart (qui récupère le matériel iconographique de la Métamorphose figurée tout en l’accommodant au découpage de Renouard), c’est la deuxième qui imposera un modèle destiné à demeurer presque inchangé jusqu’au XVIIIe siècle. Chez Renouard, les fables ne fondent pas leur identité sur leur valeur de pré-texte au service de l’allégorie, ni sur l’intérêt des données mythographiques dont elles sont porteuses, mais sur le phénomène même de la transformation. La transformation s’avère un principe de classement susceptible de cadrer d’une façon satisfaisante une matière pourtant irréductible, et ce principe sera accueilli dans toutes les autres traductions parues dans le siècle qui a vu le titre vernaculaire de l’opus magnum d’Ovide se transformer de La métamorphose en Les métamorphoses (Du Ryer, 1655 ; Thomas Corneille,1669-1697 ; Martignac, 1697).

Echo et Narcisse, Nicolas Poussin, 1627, Musée du Louvre

C. Schuwey & N. Mueggler: «De briques et de ciment» (21/11/2018, résumé)

Christophe Schuwey (Yale University) & Nina Mueggler (Université Lyon 2 et Université de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

Résumé :

Et s’il fallait envisager toute œuvre des XVIe et XVIIe siècles comme un recueil, c’est-à-dire, comme une collection d’unités minimales plus ou moins reliées entre elles ? C’est l’hypothèse qu’un large corpus de textes hétérogènes (recueil, pièce de théâtre, traité médical, épopée, roman, etc.) et plusieurs constats critiques (Jeanneret, Denis, Truchet, etc.) nous ont invités à explorer, afin d’en tester les enjeux, les limites et les implications théoriques. Certes, les ouvrages que nous envisageons présentent chacun des particularités propres : dans certains cas, l’assemblage est une affaire de support (plusieurs nouvelles juxtaposées dans un même volume), dans d’autres, de composition (des pièces insérées dans un récit-cadre) ; les morceaux, les “briques” – pour reprendre la métaphore du maçonnage, omniprésente dans les textes de l’époque – ne sont parfois que quelques mots, d’autres fois, des nouvelles entières ; mais ces différences ne doivent pas occulter un constat systématique : quel que soit le genre, quel que soit l’auteur, que l’on soit au XVIe ou XVIIe siècle, qu’il s’agisse de l’oeuvre elle-même ou du discours critique qui s’y rapporte, on parle des œuvres comme d’un ensemble de parties et ces discours recouvrent une réalité repérable dans l’ouvrage. Tout fonctionne comme si le squelette de chaque ouvrage, aussi fini, monolithique, monumental qu’il semble de prime abord, était toujours un recueil de matériaux divers, dont l’auteur ou l’éditeur auraient fait peu ou prou disparaître les coutures entre les éléments. En d’autres termes, entre un recueil de cas de conscience ou de questions d’amour et la Princesse de Clèves, il y aurait bien moins une différence de nature que de degré.

Afin de représenter cette réalité, nous avons proposé un continuum qui partait du cas le moins lié (recueil) à des exemples plus liés (p. ex., les romans). Il s’avère que la  liaison (ou son absence) est motivée par les différentes fonctions qu’elle revêt : elle décide du genre de l’ouvrage, elle en construit le sens et conditionne sa réception, et surtout, elle permet de le valoriser. Il existe en effet un discours topique, partiellement hérité de la rhétorique, qui relie la qualité de la liaison à la valeur d’un ouvrage et qui définit par conséquent celle de son auteur. Il apparaît également qu’aux côtés de la liaison, un autre critère peut valoriser l’ouvrage, à savoir, le choix des matériaux, qui s’incarne dans le “labeur” (terme récurrent) de sélection et/ou dans l’agencement soigneux des contenus.

L’ensemble de l’hypothèse revêt une charge heuristique et des implications théoriques considérables. La valeur accordée à la liaison semble en effet s’être transformée en véritable présupposé de la discipline littéraire, qui détermine de nombreux réflexes critiques : aujourd’hui encore, la littérarité de l’œuvre repose sur la qualité de sa construction. En outre, si la valeur de l’oeuvre détermine celle de son auteur, la valorisation de la lecture et de l’interprétation déterminent évidemment celle du critique, sélectionnant celui ou celle qui sera assez ingénieux·se pour faire une « belle lecture », assez attentif·ve pour découvrir ce plan d’ensemble caché aux yeux du vulgaire. C’est enfin une affaire d’écologie critique : plutôt que de formuler ce constat dans chaque genre et à chaque époque, peut-être est-il temps d’en faire un présupposé de toute lecture. La connaissance de cette construction et de consommation “par pièce” des ouvrages remet ainsi en cause la sacro-sainte « Unité » de l’œuvre, en nous invitant à réinterroger la construction, la mécanique et la lecture du texte. Elle implique de considérer plusieurs strates hiérarchisées dans le texte et in fine de regarder avec une suspicion salutaire les écho, paradoxes et lectures totalisantes que la critique s’amuse à percevoir.


Julien Goeury : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? » (24/10/18 – Résumé)

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Cette intervention se situe dans la continuité d’un double travail accompli sur les Blasons anatomiques du corps féminin : une édition critique de l’édition parisienne de 1543 (Paris, GF, 2016), ainsi qu’un double colloque organisé avec Th. Hunkeler entre Fribourg et Amiens, dont les actes viennent d’être publié chez Droz (Anatomie d’une anatomie. Nouvelles recherches sur les blasons anatomiques du corps féminin, Genève, Droz, 2018). Dans le cadre de ce séminaire, ma réflexion porte sur l’évidence trompeuse de ces dénominations de « blasons anatomiques », « blasons du corps féminin », ou bien encore de « blasons anatomiques du corps féminin », pour reprendre les trois dénominations concurrentes qui renvoient de toute façon dans l’esprit de ceux qui les utilisent au même corpus et je m’interrogerai sur les usages qu’on en fait à l’écrit (italiques, guillemets, majuscules ou non, etc.), sur ce qu’elles désignent, ou bien sont supposées désigner sous la plume de ceux qui les emploient : une série de poèmes, associés parce qu’il constituent un (petit) genre d’écrire, une série manuscrite ou imprimées, des recueils (anthologiques ou non ?), un collectif de recueils ? La question que j’ai voulu poser, c’est en réalité celle-ci : quand on se réfère en effet aux « blasons anatomiques », à quoi fait-on précisément référence ? Et le sait-on vraiment en réalité ?

Anne Réach-Ngô, « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance.» (24/10/18 – Résumé)

« Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Envisagé d’un point de vue sériel et exhaustif, le corpus des Thresor de la Renaissance  – ces compilations qui rassemblent aussi bien des textes de médecine, de dévotion, de savoirs encyclopédiques que des écrits poétiques, narratifs ou épistolaires – constitue un observatoire fécond pour qui veut analyser la diversité des pratiques de sélection, d’agencement et de promotion des textes chargés de représenter la quintessence d’une époque dans un domaine donné. L’importance quantitative du corpus (environ 150 ouvrages, considérés dans leurs variantes éditoriales) fait en effet apparaître une diversité d’ouvrages, couvrant des domaines de savoirs et d’écriture très divers (médecine, religion, lettres), des formats éditoriaux (traité encyclopédique, atlas portatif, recueils de textes poétiques et narratifs), des types de livres très différents (allant du petit in-16 ou du livret de quelques pages au grand in-folio en plusieurs tomes). Cette diversité même est inhérente à l’objet même des Thresor et nécessite d’être appréhendée comme une donnée structurante. Un tel corpus permet également d’observer des phénomènes particulièrement intéressants de remise en circulation, c’est-à-dire de remise en usage et la réécriture des textes car les péritextes de ces Thresor s’accompagnent souvent d’une invitation à la thésaurisation des écrits et des savoirs, à destination des lecteurs, traducteurs, commentateurs, enseignants, qui sont invités à se réapproprier un matériau qui circule et se transforme au gré de ces diverses réappropriations.

À l’ouverture de ces manuels, traités, sommes, abrégés semble se dessiner un même discours péritextuel, articulé autour de références et mots-clés récurrents, qui tendent à apparenter à un même imaginaire textuel des écrits issus de pratiques intellectuelles et éditoriales pourtant fort différentes. Le corpus des Thresor est à cet égard tout à fait représentatif de la manière dont un même type de discours péritextuel peut concourir à constituer auprès des lecteurs de l’époque un type d’objet – un « genre éditorial » pourrait-on dire – qui suscitent des pratiques de lecture et des usages du livre bien identifiés. La reprise de lieux communs (l’acte de feuilleter, le geste de sélection, le rassemblement et l’unité conférée à la compilation, etc.) fait de ces péritextes le lieu d’élaboration d’un discours topique qui tend à élaborer une représentation concrétisante et relativement unifiée de l’appréhension des textes à la Renaissance (compiler serait « faire trésor »), fondée sur la circulation, le remaniement et la mise en usage des écrits, aussi bien dans leurs modes de production, de diffusion que de réception et de transmission à la postérité. Ainsi, le discours péritextuel des Thresor concourt à l’élaboration d’une rhétorique de la compilation assumée et valorisée en tant que telle, rhétorique elle-même fondée sur la compilation de lieux communs hérités.