Tous les articles par mcartron

Séminaire 2018-2019 : Présentation


Lire, recueillir, inscrire : recueils et anthologies (XVIe- XVIIIe siècle)
Séminaire doctoral de l’équipe du GADGES – IHRIM-Lyon3 (UMR 5317)

Le mercredi, de 16.00 à 18.00
Lyon 3, site des quais, 18 rue Chevreul, salle 306

Le séminaire doctoral de l’IHRIM-Lyon 3, organisé par le groupe de travail GADGES sous le titre Lire par morceaux. Lectures et lecteurs de recueils et d’anthologies a développé, pour l’année 2017-2018, trois axes de réflexion complémentaires sur ces objets littéraires singuliers : projets et prescriptions ; énonciation et disposition ; publics et publication (voir les archives dans les billets de ce carnet). Ces pistes conduisaient à envisager les recueils et les anthologies du point de vue des lecteurs et sous l’angle de la lecture. Elles ont permis de mettre en lumière la manière dont les gestes de collecte et de disposition des textes contribuent à configurer leurs appropriations. Elles nous ont de surcroît familiarisé.es avec l’implication de multiples acteurs et actrices dans la publication de ces objets éditoriaux composites. Aussi nous paraît-il logique, dans cette seconde phase de notre exploration, de nous intéresser aux opérations de « recueil » des textes (au sens actif du déverbal). Quelles en sont les modalités, au premier chef pratiques et matérielles, mais également intellectuelles ? Comment la logique de la sélection puis de la publication joue-t-elle sur la logique de la réception ? Pour tenter d’approfondir cette question, nous souhaiterions explorer les trois pistes suivantes :

Les intermédiaires de la publication : imprimeurs, libraires, auteurs, « compilateurs », voire collectionneurs ; qui sont les différents acteurs de la mise en recueil, et quel est leur rôle exact ? En quoi la diversité de ces intervenants révèle-t-elle la complexité de la forme recueil ?

Les fonctions de la mise en recueil : la logique présidant au geste de recueillir peut procéder d’un souci de conservation, relever d’une opération mémorielle (témoigner d’un événement, d’une querelle, d’une activité de groupe, par exemple), manifester la volonté de s’inscrire au sein d’une actualité, voire viser à donner consistance à cette actualité, au groupe ou à l’événement en question. Comment la mise en recueil modélise ou modalise-t-elle ce dont elle prétend témoigner ?

Recomposition, réemploi, réénonciation : dans le cas, fréquent, où les pièces collectées avaient déjà connu une première publication (imprimée ou manuscrite), jusqu’à quel point peut-on considérer que le recueil transforme le sens de la matière compilée ? Quel nouveau contexte construit-il, en quoi celui-ci modifie-t-il la portée initiale des pièces retenues et à quelle fin ? Dans une perspective théorique, on s’interrogera sur le recueil comme réénonciation, en soulignant le trouble qu’il introduit quant aux catégories d’auteur, d’origine et même de contexte.

24 octobre
Anne Réach Ngô (Université de Haute Alsace, IUF) : « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »
Julien Goeury (Université de Picardie Jules Verne) : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? »

21 novembre
Christophe Schuwey (Yale) & Nina Mueggler (Univ. Lyon 2 et Univ. de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

28 novembre
Céline Bohnert (Univ. de Reims) : « Lire les Métamorphoses par morceaux: quelques anthologies ovidiennes du XVIe siècle »
Maurizio Busca (IHRIM Lyon 3) : « “Que de vertus, & de prospéritez” : la mise en recueil des Métamorphoses au XVIIe siècle »

13 février
Louise Amazan (Réserve des livres rares, BnF, Paris) : « Une anthologie facétieuse parmi d’autres ? Les Joyeuses narrations advenues de nostre temps (Lyon, 1557) »
Romain Weber (Bibliothèque historique de la ville de Paris) : « Les recueils narratifs renaissance et baroque : typologie, caractéristiques, fabrication, usage »

6 mars
Isabelle Moreau (ENS de Lyon, IHRIM) : « Les opérations éditoriales autour de la réception des Essais de Montaigne à Port-Royal »

Susanna Seguin (Univ. Montpellier III, IUF, IHRIM) : « De la collection à la démonstration : pratiques de lecture et stratégies argumentatives dans les manuscrits philosophiques clandestins »

13 mars
Conférence de Patrick Dandrey, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, dans le cadre du cycle « Itinéraire d’un chercheur »

27 mars
Nora Viet (Université Clermont Auvergne, IHRIM) : « Compiler/codifier : la fabrique de la nouvelle dans le Parangon de nouvelles honnêtes et délectables (1531) »

Mathilde Morinet (Université de Nantes et Aix-Marseille) : « La compilation dans les récits de voyages (autour de Melchisédech Thévenot) »

10 avril
Aurélie Barre (Lyon 3, CIHAM) : « La fabrique de l’auteur : l’exemple des chansonniers occitans »
Alexandra Pénot (IHRIM-Lyon 3) : « Collecter pour instruire, réunir pour préserver : l’assemblage à l’œuvre dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet »

3 mai
Séance sur les recueils factices (14h-18h, Bibliothèque Diderot) avec Katell Lavéant (Univ. d’Utrecht), Hélène Lannier (Univ. Lyon 2) et Malcolm Walsby (Univ. de Rennes 2)

Conclusion du séminaire 2017-18, colloque Barbin

La fin de cette première année de séminaire a été marquée par l’organisation d’un colloque autour du Recueil Barbin (1692) objet exemplaire de l’ensemble de nos questionnements, sous le titre « Une histoire de la poésie par les ouvrages même des poètes »? Le Recueil Barbin. La publication de ses actes est en préparation pour l’automne 2018 dans la revue Les Cahiers du Gadges.

Présentation du colloque

Ce colloque international porte sur un recueil de poésie à la fois exemplaire pour les questions qu’il soulève, et d’une grande influence : le Recueil des plus belles pièces des Poètes français, tant anciens que modernes, avec l’histoire de leur vie, dit Recueil Barbin, paru en 5 volumes en 1692, attribué à Fontenelle. S’ouvrant sur Villon et s’achevant sur Benserade, ce recueil est souvent considéré comme la première véritable anthologie de la poésie française. Trois principaux axes de travail ont été retenus :

– Il s’agit d’une part d’envisager la dimension matérielle et éditoriale de l’entreprise, en resituant l’édition du recueil publié par le libraire-imprimeur Barbin au sein de l’économie des recueils collectifs, florissante durant tout le XVIIe siècle et en considérant les aspects juridiques et marchands de leur publication.

– D’autre part ce recueil comporte des enjeux sociaux, politiques et idéologiques, en tant que discours sur la poésie et son histoire. Que signalent de ce point de vue la sélection des auteurs, des textes, de leurs versions, ainsi que leur organisation dans les différents volumes ? quelle vision de la pratique de la poésie et de ce qu’est un poète promeuvent ces gestes éditoriaux, ainsi que les notices qui les accompagnent ?

– Enfin, l’attribution du recueil à Fontenelle pose deux séries de questions : premièrement, peut-on déceler un lien entre la production philosophiques de Fontenelle et les choix opérés dans le corpus de la poésie française ? deuxièmement l’orientation des textes d’accompagnement laisse-t-elle transparaître le scepticisme que Fontenelle manifestera dans l’exercice de ses fonctions de secrétaire de l’Académie des sciences ? dans cette optique le Recueil Barbin peut-il être considéré comme une étape de l’évolution intellectuelle du philosophe ?

Programme au format fascicule

PROGRAMME

Discutant : Alain Viala (Université d’Oxford)

Jeudi 3 mai 2018

9h15-10h : accueil

Session 1 / La fabrique du recueil (1)

10h-10h45 : Edwige Keller-Rahbé (Université Lumière-Lyon 2, IHRIM) et Miriam Speyer (Université de Caen) : « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques en vers du XVIIe siècle : législation et pratiques éditoriales »

10h45-11h15 : Christophe Schuwey (Université de Fribourg) :« Pratiques éditoriales et commerciales du Recueil Barbin »

11h30-12h : Sophie Audidière (Université de Bourgogne), « Autour de l’attribution à Fontenelle. L’appréhension des productions de l’esprit humain par l’intermédiaire de l’histoire : le Recueil Barbin »

12h10-14h : pause déjeuner

Session 2 / La fabrique du recueil (2)

14h-14h30 : Emmanuelle Mortgat-Longuet (Université Paris-Nanterre) : « De la vie des auteurs à la construction d’une histoire de la poésie française : le Recueil Barbin »

14h30-15h : Maxime Cartron (Université Jean Moulin-Lyon 3, IHRIM) : « Un corps fragmenté ? Hypothèses sur les extraits insérés dans les notices biographiques du Recueil Barbin »

15h15-15h30 : pause café

Session 2 / Parcours (1)

15h30-16h : Jean Vignes (Université Paris-Diderot) : « Deux minores de la Pléiade dans le Recueil Barbin : Baïf et Belleau »

16h10-16h40 : Emmanuel Buron (Université de Rennes) : « “Histoire de la poésie françoise” ou “recueil pour le temps present” ? la poésie du XVIe siècle au filtre du goût classique »

Vendredi 4 mai

9h-9h15 : accueil

Session 3 / Parcours (2)

9h15-9h45 : Michèle Rosellini (IHRIM-ENS de Lyon) : « Les poètes libertins dans le Recueil Barbin : une invisibilisation stratégique ? »

9h45-10h15 : Dimitri Albanese (Université Paris-Sorbonne) : « Des chansons à boire dans le Recueil Barbin : sous-genre de poésie libertine ou adaptation d’une sociabilité des tavernes ? »

10h30-10h45 : pause café

Session 4 / Modélisations (1)

10h45-11h15 : Dinah Ribard (EHESS) : « Le premier poète ouvrier. Le Recueil Barbin et le fait littéraire »

11h15-11h45 : Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski) : « L’héritage du Recueil Barbin au XVIIIe siècle »

Session 4 / Modélisations (2)

13h30-14h : Nicholas Dion (Université de Sherbrooke) : « Un recueil des plus belles élégies françaises ? Le Recueil Barbin en regard de l’évolution du genre élégiaque aux XVIIe et XVIIIe s. »

14h-14h30 : Béatrice Brottier (GRIHL) : « La représentation du genre de la poésie d’éloge dans le Recueil Barbin »

14h45-15h30 : Laurence Giavarini (Université de Bourgogne) et Mathilde Bombart (Université Jean Moulin-Lyon 3 – IHRIM) : «Chronologies et catégories de l’histoire du littéraire dans le Recueil Barbin »

15h45-16h : Conclusions par Alain Viala.

Antonin Godet, « Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes » (08/03/18)

Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes (1571-1578)

 Résumé

Qui est l’éditeur du Parnasse ?

La métaphore de l’artisanat est récurrente dans l’œuvre de Corrozet : désigné comme un laborieux esprit par M. d’Amboise dans la préface des Epistre vénériennes, ou comme ouvrier par Tamisier dans son ode dédicatoire du Parnasse ; Corrozet se désigne lui-même comme bon ouvrier, et orfèvre dans sa préface de l’Hécatomgraphie. Gilles est un véritable artisan du texte, il le manipule toujours : « J’ay voulu encercher et querir / Ce qui fut dict des gens de bon savoir / Le deguisant, pour mieulx le faire veoir » (Hécatomgraphie, 1540, « Aux bons espritz », vv. 24-28). Cette figure besogneuse est doublée de celle d’un simple d’esprit, lui qui, depuis ses débuts, se surnomme dès 1528 l’ « indigent de sapience » dans le Floralier.

Le Parnasse connaît deux phases deux phases d’édition successives. Le Parnasse de 1571 est la première œuvre éditée par Galiot après la mort de Gilles, qui espère visiblement assurer un succès de curiosité à sa librairie. Cette édition princeps saisit sans doute l’esprit de Gilles avec fidélité car, d’après le privilège du Parnasse, Galiot « a recouvré ung livre Intitulé Le Parnasse des Poëtes François modernes Contenant leurs plus Riches et Graves sentences discours description et doctes enseignemens. Recueilly par Feu Gilles Corrozet ». Gilles avait-il laissé un manuscrit inachevé ? une épreuve typographique ? Rien ne permet de l’affirmer totalement, mais l’hypothèse d’une trace bien constituée ne semble pas du tout impossible car Gilles semblait sur le point de publier son œuvre, ayant rédigé lui-même une adresse « Aux Poëtes François » tout à fait claire dans laquelle il précise la méthode et les enjeux de son Parnasse. De plus Galiot semble disposer d’une version très aboutie du Parnasse (« ung livre ») en devenir car il ne se prive pas de souligner toutes les difficultés qu’il a rencontrées pour éditer au même moment son « pendant » historiographique – « ce petit œuvre par brouillars et legers memoire espars çà et là confusément, et sans aucun ordre » – qu’est le Le Thresor des histoires de France édité qu’en 1583.

Il ne sera jamais démenti par Galiot que le Parnasse reste l’œuvre de Gilles, mais ces premières remarques montrent déjà que l’instance éditoriale est en quelque sorte subvertie, ou du moins hétérogène de par cette filiation assez particulière entre un père fondateur et un fils continuateur.

Quelques particularismes de la poétique du Parnasse des poètes françois modernes :

Les recueils polygraphiques des années précédentes insistent sur le divertissement du lecteur et la bigarrure des formes. Mais dans le Parnasse une préface explicative en prose définit un art poétique affichant le besoin d’expliquer sa méthode de compilation. C’est ici que Gilles distingue trois gestes poétiques très clairs : « Aussi ne trouverez estrange si vous rencontrez des vers ostez et sincopez en quelques lieux, et des demy vers liez à autres, et quelque fois des demy vers adjoutez du mien : car tout cela ay je fait pour mieux lier & joindre le sens de la poësie et des sentences. » Est immédiatement posée une poétique subversive, de bouleversement formel des textes au nom d’un impératif sémantique. Une quête de la conjointure du sens moral et du beau poétique est ainsi à l’œuvre, ce qui implique un art nécessaire de la retouche, du maçonnage des extraits pour qu’ils fassent sens selon les lieux communs sous lesquels ils sont classés.

Or, n’oublions pas que l’édition de 1578 ajoute 134 lieux communs de Galiot, qui n’a pas exactement suivi les mêmes principes que son père, et qui a vraiment tendance à s’en tenir à une approche que l’on pourrait qualifier de régulière, ou d’orthodoxe, dans ses principes de sélection. Ce constat rajoute un degré de subversion de plus aux règles préétablies par Gilles.

Cette communication se donne donc pour ambition de montrer comment se fabrique une anthologie à deux mains à la Renaissance, selon des principes divergents et complémentaires.

La fabrique du texte

Quelques principes d’édition réguliers peuvent être saisis à partir de l’identification systématique des sources :

  • L’usage des guillemets : ces marqueurs typographiques facilitaient la trouvaille des pièces et confirmaient la nature topique du propos ;
  • L’interversion de l’ordre des vers par rapport au poème d’origine ;
  • La réécriture du propos pour le moderniser ;
  • La réécriture du propos pour le moraliser ;
  • Soustraire des vers ;
  • Joindre et additionner des vers ;
  • Spécificité de Galiot : une « sélection orthodoxe », lisse, sans variante, au prélèvement fidèle sur le plan de la dispositio.

Tous ces gestes se conjuguent et ordonnent une démarche très personnelle et non systématique. Mais la dimension subversive des gestes éditoriaux du Parnasse ne s’arrête pas à la manipulation des vers eux-même afin qu’ils correspondent aux lieux sous lesquels il sont classés (lieux qui sont proprement l’invention des Corrozet) : il y a aussi une manipulation des sources citées.

Manipuler les sources 

  1. Manipulation des noms annoncés : la liste annonce 32 noms de poètes cités en 1571 et 38 noms en 1578. Il s’avère que certains poètes annoncés ne sont pas cités (comme Pierre du Val), tandis que d’autres ne sont pas cités mais bien présents (comme De Boissières). On peut ainsi estimer à au moins 50 poètes présents dans l’anthologie en réalité.
  2. Par ailleurs, les gestes de référenciation des sources sont multiples :
  • La référence est précise dans une majorité des cas, lorsqu’il est fait référence à la Deploration de Robertet par exemple ;
  •  On trouve aussi un bon nombre d’abréviations précises comme Gab. Bouunin en la trag. de la Sol. ;
  • L’homonymie des titres n’est pas fiable : ainsi « Au Roy » peut renvoyer aussi bien à l’Epistre au Roy, par Marot estant Malade à Paris qu’aux Psaumes de David ;
  • L’anaphore des titres ne l’est pas toujours plus, la formule anaphorique « audit lieu » peut renvoyer le lecteur vers une mauvaise source comme ce fut le cas entre les fragments 340 et 341, qui ne sont issus ni de la même œuvre, ni du même auteur (l’un est Du Bellay et l’autre Marot) ;
  • Enfin, Corrozet use de l’allusion, il lui arrive de n’apporter aucune référence ou bien de l’opacifier en ne donnant par exemple que le nom de l’auteur, sans celui de l’œuvre et inversement. Cela était le cas ici pour les titres dans lesquels n’apparaît que « Cle. Marot ». On peut aussi noter le cas unique de Scève, qui n’est jamais cité mais dont le poème de la Saulsaye l’est quant à lui.

3. Un cas unique (?) de pillage : Corrozet puise aussi des séquences entières de lieux communs à partir d’autres recueils anthologiques comme dans le Recueil de Vraye poesie françoise de Rigaud paru en 1544 (rebaptisé Poésies facetieuses en 1559).

L’invention d’un nouveau modèle d’anthologie

Les allusions à l’Hélicon ou au Parnasse sont assez courantes chez les poètes, mais la naissance de l’antonomase pour désigner une sous-catégorie de l’anthologie (comme l’ont été les florilèges) est tout à fait nouvelle. Tamisier situe l’œuvre dans « les prez Hybleans», les « jardins Hesperides», le « Parnasse » où de « mesnageres avettes (…) succent tant de douceur, / Tant de miel et de saveur » ; tandis que Jaques Moysson évoque l’Hélicon dans son sonnet liminaire. Qu’ils fassent référence à des monts réels où le mythe du lieu de vie des Muses s’est greffé, comme dans le cas du mont Hélicon ou du mont Parnasse ; qu’ils fassent référence à des lieux mythiques comme le jardin des Hespérides, ces poètes se plaisent à souligner le lien étroit entre lieu de création (et donc de labeur) et lieu de récréation, qu’est le Parnasse des poètes françois modernes. Moysson insiste particulièrement sur les déïctiques pour montrer la situation dans laquelle sont recueillis les lieux communs de Corrozet « Tu vas icy Helicon et Parnasse / Et des neuf sœurs tu as icy le val / Tu as icy la fontaine au cheval / Et Corrozet et pour un second pegase / Tu oys icy Hippocrene qui jase (Moysson, « Sonnet à la France », Parnasse des poètes françois modernes, vv.1-5). L’ambition affichée est celle de faire du lieu commun un lieu aussi mythique. Le choix de ce titre est ainsi un geste décisif qui vise à établir métaphoriquement le lien entre l’ensemble des arts. Chaque poète est en quelque sorte représentant des Muses : la tragédie est représentée par Bounin, la comédie par Grévin ; la poésie épique par Ronsard et la poésie lyrique par Louis des Masures ; l’histoire par Du Bellay etc.

Un espace et un temps modernes

Le terme moderne est récurrent dans l’œuvre de Corrozet, éditeur de poètes contemporains, de son recueil des Blasons domestiques (1539) – qu’il décrit comme comme une « invention joyeuse, & moderne » -, au titre de l’Hecatomgraphie, qui annonce que l’œuvre contient une centaines de pièces « tant des Anciens que des modernes» ; jusqu’au titre même du Parnasse des poètes françois modernes (1571) bien sûr. Pour cela, l’éclectisme en matière de sélection des sources est de mise. Elle s’oriente vers un espace-temps contemporain. On peut ainsi dresser les bornes chronologiques des poètes cités : de Clément Marot, né en 1496 à Berard de Girard, mort en 1610 ; ou bien les bornes chronologiques des œuvres citées : La Deploration sur le trespas de feu messire Florymond Robertet vers 1529 aux Amours de Marc Antoine, & de Cleopatre de Belliard en 1578. Dans les deux cas, ces repères épousent parfaitement la totalité du XVIe siècle. Quant à la géographie de cette poésie nationale, le nombre des épithètes qui figurent dans la liste des noms de poètes présents dans le Parnasse suffit à montrer l’étendue du territoire de la poésie française.

Quelques conclusions :

Le Parnasse unit :

  • Un compilateur qui exhibe sa présence / un compilateur qui la masque ;
  • Un compilateur qui adopte une hybridité poétique et conjugue le lieu commun et la poésie / un compilateur qui se montre beaucoup plus régulier et orthodoxe ;
  • Un compilateur qui a une approche de poète / un compilateur qui a une approche commerciale (en introduisant des poètes du moment, y compris des poètes appartenant à des réseaux particulièrement différents tant sur le plan poétique, géographique, et temporel, que spirituel).

Antonin Godet

 

Nicolas Réquédat : « Les téléologies de Jean Racine » (30/11/17-résumé)

 

Résumé de la communication du 30 novembre 2017

En quoi le courant critique sainte-beuvien sur lequel se fondent les anthologies Lagarde et Michard – courant qui porte une grande importance à l’impact qu’ont eu la vie et le caractère de l’auteur sur son œuvre – a-t-il eu, par sa façon de penser la littérature, des conséquences cruciales sur la représentation de l’œuvre de Racine  ? En quoi faire de Racine non plus une personne mais un personnage a pu avoir un impact sur la transmission de l’œuvre elle-même ? Pourquoi l’action de transformer Racine en personnage a-t-elle conduit à en faire le classique par excellence ?

La question est d’autant plus importante que le « Lagarde et Michard » a connu un grand succès dans la seconde moitié du XXe siècle, et qu’il reste encore aujourd’hui un repère important pour concevoir la littérature.

De fait, nombre de professeurs actuels dans le secondaire ont été formé avec ces manuels, ou du moins les ont utilisés comme complément, à la faculté ou en classe préparatoire. Le nombre actuel d’ouvrages publiés est difficile à estimer, mais il est certain que le tirage de la totalité des tomes de l’anthologie Lagarde et Michard représente un des records de l’édition pédagogique en France. Dans les années 1980, l’éditeur Bordas annonçait déjà avoir franchi le cap des 20 millions d’exemplaires. Ces manuels ne sont plus prescrits dans le secondaire à partir de 1992, mais ils demeurent cependant un « usuel » de référence.

Cette conférence s’est attachée à montrer le lien entre approche psychologique de l’auteur et téléologie de son œuvre, entre l’école Sainte-Beuvienne et l’adoubement définitif de Racine comme classique suprême. Racine est présenté dans le Lagarde et Michard comme l’auteur par excellence du “siècle de Louis XIV” : de même que ce siècle est voué par une illusion rétrospective à devenir “le siècle du classicisme”, Jean y est voué à devenir Racine.

Dès lors nous avons pu voir que dans ce “siècle de Louis XIV” dressé comme un théâtre où se croisent les personnages illustres, la psychologisation des classiques mène à adhérer à leur discours. En invitant l’élève-lecteur à savourer le spectacle des grands personnages du XVIIe siècle et à écouter ce qu’ils ont à dire sur leur temps, l’anthologie se méprend sur la nature d’une parole auctoriale toujours en quête de légitimité, toujours stratège.

Finalement, prendre l’auteur au mot comme l’a fait l’anthologie Lagarde et Michard a mené à essentialiser l’œuvre de Racine.
Malgré une ambition affichée des auteurs d’éviter de présenter un siècle figé en image d’Epinal, on se retrouve in fine avec une représentation téléologique du siècle : tout mène au classicisme, apogée ultime et nécessaire. De même, Racine apparaît comme le point d’orgue du « parfait équilibre classique ».

Certes l’attrait pour la psychologie des grands personnages dans le Lagarde et Michard s’inscrit dans une école de pensée que l’on pourrait qualifier de sainte-beuvienne : l’homme est l’œuvre. Mais plus profondément, il s’agit aussi d’une posture pédagogique : écrire le roman du XVIIe siècle c’est donner au jeune lecteur-élève des clefs pour plus rapidement embrasser l’état d’esprit de cet époque, le Zeitgeist. C’est aussi lui donner des images qui, pour reprendre l’expression d’autres manuels des années 1950, “frappent les jeunes esprits et leurs donnent des exemples”. Bref, l’anecdote est utile à la mémorisation et à l’implication de l’élève. Mais ce choix s’est finalement révélé un écueil, puisqu’en voulant être au plus près des auteurs classiques, André Lagarde et Laurent Michard sont surtout restés au plus près de leur discours sans distinguer radicalement le rhétorique du psychologique : cette approche, que l’on pourrait qualifier de romantique, fait finalement manquer à l’élève la contingence de la condition classique, tout absorbé qu’il est par le roman du siècle de Louis XIV.

C’est une des grandes problématiques de l’anthologie qui se pose ici : compiler des extrait, c’est déjà tenir un discours sur ces extraits (même en ôtant l’appareil critique). En dernière instance, c’est d’ailleurs toujours le même discours qui est tenu : ces extraits méritent d’être compilés, méritent d’être choisis, transmis. En intégrant les passages moins connus de Mithridate et de Bajazet, les auteurs n’ont pas permis au lecteur d’appréhender une autre facette du classique : ils ont rendu classiques ces extraits, au sens étymologique (”enseigné dans les classes”). Parce qu’ils ont inscrit ces extraits dans un ordre, une nécessité, ils les ont enlevés à leur contingence.

Dès lors, comment retrouver dans l’extrait la vitalité et la contingence de l’œuvre, tout en tenant un propos intéressant et mémorisable pour les élèves ? En premier lieu, en étant conscient des imaginaires qui nous ont construits et en interrogeant sans cesse les structures dans lesquelles nous situons les textes qui nous ont été transmis.

Nicolas Réquédat, Académie d’Amiens

 

 

Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17

Jean de Piochet a vécu dans la deuxième moitié du XVIe siècle et jusqu’au premier tiers du XVIIe à Chambéry. Descendant de bourgeois anoblis, docteur en droit, lieutenant du capitaine de la ville, père de 18 enfants, il est le cousin du poète Marc-Claude de Buttet, lui-même en relation avec plusieurs gloires poétiques du temps, comme Ronsard. Piochet a réuni une bibliothèque de plus de 500 ouvrages, nombre considérable pour l’époque.

Guillaume Peureux présente dans cette séance trois objets ayant appartenu à cette vaste bibliothèque :

– son « livre de raison », où il notait, parmi ses comptes ou les cours des prix du froment par exemple, les titres des livres prêtés (« livres a recouvrer »), et un « rolle et denombrement de mes livres […] en l’an 1578 » (ce manuscrit de plusieurs milliers de pages est conservé aux Archives départementale de Savoie et a été numérisé) ;

– un ensemble d’exemplaires imprimés de Ronsard annotés de la main de Piochet ;

– un recueil manuscrit de la main de Piochet et présenté comme rassemblant des textes « non imprimez » (id est, des inédits et des textes retranchés des éditions ronsardiennes).

Le « rôle » livré par le livre de raison a permis au collectionneur et bibliophile Jean-Paul Barbier-Mueller de reconstituer le contenu de la bibliothèque de Piochet : bibliothèque variée, importante, qui laisse entrevoir un intérêt particulier pour les libelles des ligueurs. On peut, à partir de cet indice, prêter au propriétaire un tropisme catholique militant, d’autant que, dans son goût pour Ronsard, il semble privilégier les discours anti-protestants.

Les trois objets extraits de cette bibliothèque relèvent de l’activité de « recueil » en ses diverses modalités : collecte d’informations destinée à servir d’aide-mémoire, enregistrement de traces de lecture (recueil de commentaires), copie de sauvegarde de textes en danger d’être perdus. Recouvrant ces multiples opérations, le mot de « recueil » désigne aussi bien le geste d’assemblage que l’artefact, entre anthologie et sanctuaire.

G. Peureux s’attache tout particulièrement aux volumes de Ronsard annotés par Piochet et au recueil qu’il a constitué, considérant dans ces deux objets les traces d’un processus de mainmise du lecteur-commentateur sur l’œuvre du poète. Ces traces sont des deux sortes :

1) Les marques de possession que Piochet appose aux exemplaires de Ronsard qu’il se procure : nom, devises, dates, citations latines, et même un sonnet manuscrit en l’honneur de la Franciade signé par son cousin Buttet, ce qui laisse entrevoir l’intention de faire valoir un milieu familial cultivé et introduit.

2) Les marginalia : Piochet a collationné des variantes qu’on peut supposer auctoriales, mais aussi apporté des corrections de son cru, en fonction de son idée de la justesse poétique. La poésie se prête à ce type d’intervention (gymnastique du vers incitative ?), et la poésie lyrique en particulier semble appeler un investissement esthétique et idéologique (ce qui explique sans doute les commentaires anti-protestants en marge du Discours sur les misères de ce temps).

Enfin, G. Peureux présente le « Recueil de plusieurs compositions de P. de Ronsard, gentilhomme vendômois, non imprimées », manuscrit qui prolonge la démarche d’annotation par une démarche de collection et de sélection. Volume entièrement fabriqué à la main dès 1573, composé selon la forme éditoriale du recueil, avec préface, épigrammes, etc. Il contient des inédits, mais aussi des textes que Ronsard a fait disparaître de ses éditions ultérieures. Les usages et la destination de ce recueil restent incertaines. Était-il destiné à la publication imprimée ? Ou seulement à une circulation restreinte ? Son propos de réunir des pièces que l’imprimé ne prenait pas ou plus en charge ouvre l’hypothèse qu’il joue le rôle d’un sanctuaire. Quoi qu’il en soit, l’objet est bien une anthologie (au sens d’ensemble de pièces choisies) qui soutient un projet esthétique et idéologique à la gloire du poète, mais produit aussi l’image d’un Piochet lettré, averti et bien placé, capable de rivaliser avec, par exemple, le commentateur Marc-Antoine Muret, dans une forme de proximité avec Ronsard, qui passe, non par la fréquentation personnelle, mais par l’appropriation scripturaire.

Ce que l’on peut ainsi saisir grâce à ces archives exceptionnelles, c’est le point d’interface, représenté par le travail de Piochet, entre l’activité de recueillir comme pratique de lecture, et la constitution d’un ensemble de textes choisis et rassemblés selon un propos qui les projette vers une nouvelle circulation, un nouveau sens, qu’est le recueil en tant qu’objet.

Guillaume Peureux, Université  Paris-Nanterre

Citer ce billet: "Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/152.

Flavie Kerautret, « Mêler « chansons folastres et prologues ». Bruscambille à Rouen (1610-1612) ». Résumé de la communication du 19/10/17

Cette communication étudie des « recueils mêlés », unissant des prologues scéniques (auxquels sera accolé plus tard le nom de Bruscambille) et des chansons licencieuses. Ces recueils se présentent comme des publications collectives rassemblant des objets de différentes natures, dont le point commun est qu’ils sont donnés comme la mise à l’écrit d’une action orale antérieure – l’intense activité éditoriale et théâtrale rouennaise constituant un milieu de développement favorable. Ils témoignent d’un phénomène de réemploi : cette stratégie éditoriale vise à récupérer des prologues ayant eu du succès à Paris (où ils avaient déjà connu une édition imprimée) et à les introduire dans des recueils de chansons déjà bien implantés dans le milieu éditorial rouennais.

Quel(s) projet(s) les rapprochements contextuels, thématiques, idéologiques de ces formes brèves entremêlées suscitent-elles ? On envisage ces « recueils mêlés » comme des cas qui rendent visible la densité de circulation des chansons et autres airs de cour dans le premier tiers du XVIIᵉ siècle. Les en-têtes génériques des chansons mises en recueils leur donnent souvent des désignations floues voire interchangeables. Il s’agit donc de ne pas cloisonner artificiellement ce mélange, qui est bien pensé comme tel.

La connexion entre ces deux types de corpus a priori étrangers, prologues et chansons, provoque une contamination : l’enjeu comique, qui est d’abord celui des prologues, devient également celui des chansons qui sont sélectionnées en fonction de ce critère. Le nom de Bruscambille n’est pas encore affiché dans ces recueils rouennais : on distingue là davantage la recherche d’un entrelacement des corpus qu’un effet de notoriété d’auteur ou d’éditeur. On relève également un phénomène de brouillage : déjà-vu et nouveauté s’entrecroisent, en raison, soit d’un entrepillage des éditeurs, soit d’un recours à des sources différentes de la part de ceux-ci. Quoi qu’il en soit, le phénomène d’échange des textes d’un recueil à l’autre est très net (par exemple l’éditeur Adrian de Launay se plaint de l’usurpation d’un de ses recueils).


Les recueils de chansons sont aussi des répertoires de paroles pouvant être chantées, et donc partagées, par le biais d’appropriations oralisées. Ces chansons sont-elles destinées à des cercles ou à des compagnies les connaissant déjà ? Ou bien sont-elles lues silencieusement, ou interprétées sur d’autres airs ? On peut en tous les cas y voir des catalogues à usages pratiques dans lesquels les lecteurs peuvent circuler via la table des matières – ce qui permet d’ouvrir aussi des hypothèses nouvelles sur le sens et les formes d’appropriation des prologues de Bruscambille, des écrits dont les usages et le contexte même de création restent encore pour nous assez mystérieux.

Ces recueils travaillent une « matière partagée » : la valeur du recueil est dans l’agencement des textes plus que dans ces textes eux-mêmes (puisque finalement peu d’entre eux étaient inédits). De plus, il n’y a dans ces livres pas ou peu d’indications qui pourraient faire office de protocole de réception (préface, avis, etc.). On peut émettre l’hypothèse que ces recueils hybrides ont une valeur expérimentale pour leurs éditeurs qui y testeraient le succès possible d’un auteur, d’une forme, etc.. On peut aussi y voir une tentative de rassembler des morceaux subsidiaires, des débris issus de représentations théâtrales.

Ces livres se présentent comme une porte d’entrée pour une étude des pratiques éditoriales de mise en recueil car la systématique du réemploi y est rendue visible : la dynamique et la densité de la circulation des productions, dont les imprimés ne seraient qu’un mode de transmission parmi d’autres s’y dévoile de façon frappante.

Flavie Kerautret (Université Paris-Nanterre).

Citer ce billet: "Flavie Kerautret, « Mêler « chansons folastres et prologues ». Bruscambille à Rouen (1610-1612) ». Résumé de la communication du 19/10/17," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 23/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/147.