Archives de catégorie : Billets

Journée d’études «Recueils factices : de la pratique de collection à la catégorie bibliographique» (03/05/2019)

Vendredi 3 mai – ENS site Descartes, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon, salle D 202

Programme fascicule

Lire le compte-rendu détaillé de la journée publié par Katell Lavéant (Univ. d’Utrecht) sur le carnet de la Société bibliographique de France

 

PRESENTATION

Cette journée d’étude porte sur la notion de « recueil factice » qui, bien que très couramment utilisée dans les catalogues de bibliothèque et les écrits bibliographiques pour désigner des livres de l’ancien régime, n’a donné lieu à aucune étude. L’expression de « recueil factice » désigne un volume relié dans lequel ont été agrégés des écrits (manuscrits ou imprimés) qui n’ont pas été produits ensemble et n’ont pas (a priori) été pensés pour être rassemblés. La constitution d’un recueil factice résulte d’opérations après coup, soit de gestes d’assemblage, de reliure, réalisés par des acteurs divers et souvent mal identifiés : collectionneurs et lecteurs, bibliothécaires, voire libraires. Cette journée vise à éclairer la fabrication de ce type de volume qui représentent un prisme essentiel de l’accès à bien des œuvres, en mettant en évidence les fonctions et les usages de ce type de volume, ainsi que les logiques intellectuelles et bibliographiques qui ont pu y présider.

Les principales questions qu’explorera la journée d’études seront les suivantes :

genèse et histoire de la catégorie bibliographique de « recueil factice » ; on s’intéressera notamment à la comparaison de traditions historiographiques différentes qui amènent ce type de recueil à être désigné en Allemagne sous le nom de « sammelband » et dans le monde anglo-saxon, sous celui de « miscellaneae » ;

typologie des principaux livres regroupés sous cette désignation ;

usages et fonctions : de quelles pratiques de lectures et rapport aux écrits témoignent les recueils factices ? quelles ont été leur influence sur la transmission des livres et la constitution d’un canon littéraire ?

Pour explorer ces problématiques, la journée est conçue en trois grands temps :

– un atelier autour de livres anciens mis à notre disposition par les bibliothèques partenaires ;

– une conférence de Malcolm Walsby, directeur d’un projet sur une forme de recueil factice courante dans l’Europe de la Renaissance, le « sammelband » (https://sammelband.hypotheses.org/) ;

– deux sessions autour de cas de recueils datant de la Renaissance et d’une période qui donné lieu à la constitution d’un très grand nombre de recueils factices, celle de la Fronde (1649-1652) où ce type de volume s’est vite imposé comme manière de thésauriser et de collectionner les pamphlets publiés.

PRE-PROGRAMME

9.00 : Ouverture et accueil

9.30 : Claire Giordanengo (Bibliothèque Diderot de Lyon) et Isabelle Vouilloux (Bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon), « La notion de recueil factice du côté des bibliothèques »

10h15 : Présentation de recueils de fonds anciens (Bibliothèque Diderot et UCLY) par Claire Giordanengo, Isabelle Vouilloux, Ambre Bonte (Lyon 3, CIHAM), Mathilde Bombart (Lyon 3, IHRIM), Michèle Clément (Lyon 2, IHRIM), Edwige Keller-Rahbé (Lyon 2, IHRIM), Céline Poughon (Lyon 3, IHRIM) et Michèle Rosellini (IHRIM Lyon 3)

11.30 : Conférence de Malcolm Walsby (Rennes)

Déjeuner au CROUS

1ère session : Collections (présidente de séance : Isabelle Garnier, Lyon 3-IHRIM)

14.00-14.45 : Katell Lavéant (Utrecht), « Les recueils factices dans les collections Evert Van de Poll et Huybert van Buchell (XVIe siècle, Bibliothèque Universitaire d’Utrecht) »

15.00-15.45 : Hélène Lannier (Lyon 2-Centre Gabriel Naudé), « Les recueils factices dans la bibliothèque du juriste lyonnais Benoît Court (av. 1495-ca. 1559) : un procédé de classification et de conservation »

2e session : Recueils de mazarinades (présidente de séance : Myriam Tsimbidy (Université de Bordeaux Montaigne, CEREC EA 4593 CLARE)

16.00-16.15 : Laura Bordes (Aix-Marseille Universités-CIELAM), « Les mazarinades de la Méjanes : un projet numérique »

16.00-16.45 : Laura Bordes (Aix-Marseille) et Mathilde Bombart (Lyon 3, IHRIM), « Enquête sur des recueils illustrés de mazarinades »

 

La journée est ouverte à tous. Une inscription préalable auprès des organisateurs est conseillée.

Contacts :

mathilde.bombart@univ-lyon3.fr

cartron.maxime@gmail.com

michele.rosellini@ens-lyon.fr

 

 

Susanna Seguin : «De la collection à la démonstration : pratiques de lecture et stratégies argumentatives dans les recueils de manuscrits clandestins » (06/03/2019, résumé)

Les recherches sur les manuscrits philosophiques clandestins n’ont cessé de se développer depuis la découverte du corpus, en 1912 : un ensemble de textes, pour la plupart anonymes ou diffusés sous des attributions douteuses, restés majoritairement inédits jusqu’à une date récente, largement diffusés en France, mais aussi en Europe, et dont le contenu prépare certains des arguments les plus polémiques des auteurs des Lumières : critique rationnelle de la religion, et surtout du catholicisme, à travers ses fondements métaphysiques et moraux, son histoire, son rapport au monde politique. Ces écrits confrontent le chercheur à la réalité matérielle de leur composition, de leur circulation et de leur réception dans le contexte particulier de l’histoire du livre et de la censure, et en particulier à l’existence de différents types de recueils, dont la nature doit être prise en compte de manière spécifique. Cette communication se propose d’analyser le cas très particulier des Extraits de lecture du Comte de Boulainvilliers, acteur majeur de l’univers clandestins : l’analyse du choix des textes, de la méthode critique adoptée dans leur rédaction et dans leur disposition dans l’ensemble, de leur circulation et de leur réception par d’autres lecteurs philosophes, permet de comprendre l’intérêt tout particulier de ce corpus. Les recueils de Boulainvilliers offrent en même temps un matériau critique, une stratégie argumentative et une méthode de lecture de grande portée dans le siècle des Lumières.

Bibliographie :
Voir les différents numéros de la revue La Lettre clandestine, Paris Garnier.
La plateforme numérique http://philosophie-clandestine.huma-num.fr offre un accès direct à l’ensemble du corpus (dont plusieurs transcriptions) ainsi qu’à une bibliographie complète.
Vous pouvez également vous abonner à notre carnet de recherche (http://philoclandes.hypotheses.org)


Maria Susana Seguin
Université Paul-Valéry Montpellier III
IHRIM – ENS de Lyon
Institut Universitaire de France

10/04/2019 – Aurélie Barre & Alexandra Penot

Aurélie Barre (Lyon 3, CIHAM) : « La fabrique de l’auteur : l’exemple des chansonniers occitans »
Alexandra Pénot (IHRIM-Lyon 3) : « Collecter pour instruire, réunir pour préserver : l’assemblage à l’œuvre dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet »

 

Cette séance aura lieu en salle Chevreul 307 (18 rue Chevreul Lyon 69007) de 16 à 18h.

27/03/2019 – Nora Viet ; Mathilde Morinet

Mercredi 27 mars 2019, aura lieu la prochaine séance du séminaire de l’IHRIM-Lyon3 GADGES sur « Lire, recueillir, inscrire : Recueils et anthologies ».

Lors de cette séance, Nora Viet (Université Clermont Auvergne-IHRIM) interviendra sur « Compiler/codifier : la fabrique de la nouvelle dans le Parangon de nouvelles honnêtes et délectables (1531) », et Mathilde Morinet (Université de Nantes et Aix Marseille) sur « La compilation dans les récits de voyage (autour de Melchisédech Thévenot) ».

Cette séance aura lieu en salle Chevreul 314 (18 rue Chevreul, 69007 Lyon) de 16 à 18h.

 

Céline Bohnert: « anthologies ovidiennes du XVIe siècle » (28/11/2018, Résumé) »

Lire les Métamorphoses par morceaux: quelques anthologies ovidiennes du XVIe siècle

Les Métamorphoses d’Ovide représentent un cas singulier pour l’étude des recueils et des anthologies. Le poème fut reçu depuis l’Antiquité à la fois comme le carmen perpetuumet comme un trésor dans lequel puiser : on observe une tension entre la dynamique unificatrice d’une œuvre pensée comme totalisante et supposée refléter dans ses propres métamorphoses l’ensemble du devenir universel, d’une part, et, d’autre part, la tendance centrifuge d’un texte éclaté en une myriade de courtes unités narratives – dont la délimitation, du reste, ne va pas de soi et relève d’une appropriation active de l’œuvre. Le Moyen Âge a accentué cette tension, en considérant le poème comme une matière à translater par la paraphrase et par le commentaire, pour lui faire dire ce qu’il recèle de vérité sous les espèces de la fiction. Les résumés de Jean de Garlande, de même que la paraphrase commentée de l’Ovide moralisé et ses différents avatars, ou encore, en Italie, la paraphrase commentée de Bonsignori (1377), éditée à partir de 1493, lèguent aux hommes de la Renaissance l’habitude d’une lecture anthologique des Métamorphoses.

L’argumentaire du séminaire invitait à réfléchir à la valeur du déverbal « recueil », avec tout ce qu’il suppose d’élaboration volontaire et d’intention, matérialisées dans l’objet intellectuel et concret ainsi produit : au fond, éditer les Métamorphoses, dans le choix d’une segmentation spécifique du texte, c’est déjà produire un recueil. Mais, par ailleurs, les éditeurs, poètes et graveurs du XVIe siècle ont produit des anthologies, des abrégés, des albums ovidiens sur lesquels j’ai choisi de me pencher pour cette séance.

Il s’est agi d’interroger les manipulations anthologiques qui sous-tendent la fabrique de ces Métamorphoses de poche et de cerner les intentions qui déterminent ce travail intellectuel et éditorial. Un point en particulier a retenu notre attention : la question de l’auctorialité. Si le recueil et l’anthologie ont pu être au XVIe siècle un laboratoire ouvert de la création, un outil éditorial pour dessiner un champ poétique, une instance de consécration d’une forme ou d’un auteur, par exemple, il semble que, dans le cas d’Ovide, la production d’anthologies ait distendu le lien entre l’auteur et l’œuvre. Défaire les Métamorphoses, en effet, c’est libérer une matière offerte à toutes les réappropriations et ainsi effacer l’emprunte directe d’Ovide sur le matériau mythologique. Les anthologies tirées des Métamorphoses ont joué un rôle important dans l’élaboration de la culture mythologique européenne, par effacement de l’auteur, évidement référentiel du nom : suivant une sorte de dés-énonciation, la mythologie dite ovidienne n’est plus exactement la mythologie d’Ovide.

Anthologies examinées :

  • Epitomés (dans leur édition conjointe à Bâle, 1538) :
  • Bartholomaei Bolognini Bononiensis Epitome elegiaca in Pub. Ouidii Nasonis Libros XV. Metamorphoseon.
  • Francisci Nigri Bassianis Epitome Sapphica in eosdem Pub. Ovidii Libros Metamorphoseon.
  • Item Io. Francisci Quintiani Stoæ Poetæ laureati Disticha elegiaca & quædam Sapphicaquoque in singulas Fabulas Metamorphoseos Ovidianæ
  • Anthologies en image : les deux versions de la Métamorphoses figurée
  • Bernard Salomon, La Métamorphose figurée, Lyon, Jean de Tournes, 1557.
  • Gabriele Simeoni,  La vita et metamorfoseo d’Ovidio, figurato & abbreviato in forma d’epigrammi, Lyon, Jean de Tournes, 1559.
  • De l’anthologie au recueil d’épigrammes : la Picta poesis ovidiana, Francfort sur le Main, 1580.

Séance du 13/02/2019

Université Lyon 3, Bâtiment Recherche –  18 rue Chevreul. Salle 206.

Louise Amazan (Réserve des livres rares, BnF, Paris) : « Une anthologie facétieuse parmi d’autres ? Les Joyeuses narrations advenues de nostre temps (Lyon, 1557) »

Romain Weber (Bibliothèque historique de la ville de Paris) : « Les recueils narratifs renaissance et baroque : typologie, caractéristiques, fabrication, usage »

Maurizio Busca : « “Que de vertus, & de prospéritez” : la mise en recueil des Métamorphoses au XVIIe siècle » (28/11/2018, résumé)

            « Que de vertus, & de prospéritez / Bien au-delà des choses vray-semblables ! » s’exclame Benserade dès les tout premiers vers de ses Métamorphoses en rondeaux (1676), en rejoignant la foule de commentateurs et de traducteurs qui, depuis le Moyen âge, ont exalté la richesse de la matière ovidienne et des « moralités » qu’elle recèlerait, ainsi que la douceur, la facilité et la grâce du style et la virtuosité de la liaison des fabulae métamorphiques. Ce dernier élément, mis en exergue par Ovide lui-même dès l’incipit de son œuvre et relevé par nombre de ses commentateurs, a pourtant été presque systématiquement trahi dans les traductions françaises de la première modernité, dans lesquelles le texte ovidien est le plus souvent découpé en une série d’épisodes autonomes juxtaposés. Au XVIIe siècle, la pratique de lecture « par morceaux » des Métamorphoses aboutit même à l’émergence d’une pratique d’imitation de ces morceaux : dès la fin des années 1630, on assiste à la composition de nouvelles « métamorphoses » détachées, parfois publiées en recueil, fondées sur une poétique qui constitue une véritable « subversion de la grande poésie ovidienne » (Marie-Claire Chatelain). Les Métamorphoses elles-mêmes font l’objet de plusieurs réécritures intégrales en formes brèves (rondeaux, huitains ou quatrains) : dans ces cas, la continuité narrative du carmen perpetuum se dissout au profit d’une nouvelle unité, fondée sur l’homogénéité métrique et thématique des fragments.

            Si la pratique du découpage apparaît largement prépondérante dans le panorama des traductions des Métamorphoses aux XVIe et XVIIe siècles, on observe des différences considérables non seulement dans le choix des dispositifs employés pour séparer les fables sur la page, mais aussi dans la définition même des fables. Dans la Bible des poëtes publiée par Colard Mansion et par Antoine Vérard au tournant du XVIe siècle, le découpage est soumis aux nécessités de l’allégorèse, chaque unité narrative étant adaptée et isolée selon l’interprétation allégorique que le translateur souhaite en fournir : tout comme dans l’Ovide moralisé, le translateur « moralise sa propre translation » (Marc-René Jung). Dans le Grand Olympe des Hystoires poetiques (1532) et dans les traductions de Marot (1534-1543) et de Habert (1557), le travail du traducteur se confond avec celui du mythographe : une nouvelle segmentation du texte est mise en place afin d’attirer l’attention sur les données mythologiques utiles à la connaissance du monde des Anciens (attributs des dieux, géographie et cosmologie antiques, etc.). Ces nouvelles préoccupations apparaissent tout particulièrement chez Marot et Habert, dont le regard de traducteurs, par ailleurs, se confond avec celui de poètes soucieux de contribuer à la « décoration grande » (Marot) de la langue française, comme en témoignent les titres et les manchettes relevant la présence de « comparaisons » et de « plaisantes et belles descriptions » (Habert). La réécriture des Métamorphoses en huitains (Métaorphose figurée 1557), qui voit le jour dans un contexte culturel et éditorial fortement sensible à l’art des emblèmes, propose un troisième modèle de découpage destiné cependant à ne pas être reproduit ultérieurement. Des trois traductions parues au début du XVIIe siècle, à savoir celles de Massac père et fils (qui s’engagent sur la voie tracée par Habert), de Renouard (qui adopte la segmentation établie par Lactance Placide) et de l’anonyme rouennais publié par Reinsart (qui récupère le matériel iconographique de la Métamorphose figurée tout en l’accommodant au découpage de Renouard), c’est la deuxième qui imposera un modèle destiné à demeurer presque inchangé jusqu’au XVIIIe siècle. Chez Renouard, les fables ne fondent pas leur identité sur leur valeur de pré-texte au service de l’allégorie, ni sur l’intérêt des données mythographiques dont elles sont porteuses, mais sur le phénomène même de la transformation. La transformation s’avère un principe de classement susceptible de cadrer d’une façon satisfaisante une matière pourtant irréductible, et ce principe sera accueilli dans toutes les autres traductions parues dans le siècle qui a vu le titre vernaculaire de l’opus magnum d’Ovide se transformer de La métamorphose en Les métamorphoses (Du Ryer, 1655 ; Thomas Corneille,1669-1697 ; Martignac, 1697).

Echo et Narcisse, Nicolas Poussin, 1627, Musée du Louvre

C. Schuwey & N. Mueggler: «De briques et de ciment» (21/11/2018, résumé)

Christophe Schuwey (Yale University) & Nina Mueggler (Université Lyon 2 et Université de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

Résumé :

Et s’il fallait envisager toute œuvre des XVIe et XVIIe siècles comme un recueil, c’est-à-dire, comme une collection d’unités minimales plus ou moins reliées entre elles ? C’est l’hypothèse qu’un large corpus de textes hétérogènes (recueil, pièce de théâtre, traité médical, épopée, roman, etc.) et plusieurs constats critiques (Jeanneret, Denis, Truchet, etc.) nous ont invités à explorer, afin d’en tester les enjeux, les limites et les implications théoriques. Certes, les ouvrages que nous envisageons présentent chacun des particularités propres : dans certains cas, l’assemblage est une affaire de support (plusieurs nouvelles juxtaposées dans un même volume), dans d’autres, de composition (des pièces insérées dans un récit-cadre) ; les morceaux, les “briques” – pour reprendre la métaphore du maçonnage, omniprésente dans les textes de l’époque – ne sont parfois que quelques mots, d’autres fois, des nouvelles entières ; mais ces différences ne doivent pas occulter un constat systématique : quel que soit le genre, quel que soit l’auteur, que l’on soit au XVIe ou XVIIe siècle, qu’il s’agisse de l’oeuvre elle-même ou du discours critique qui s’y rapporte, on parle des œuvres comme d’un ensemble de parties et ces discours recouvrent une réalité repérable dans l’ouvrage. Tout fonctionne comme si le squelette de chaque ouvrage, aussi fini, monolithique, monumental qu’il semble de prime abord, était toujours un recueil de matériaux divers, dont l’auteur ou l’éditeur auraient fait peu ou prou disparaître les coutures entre les éléments. En d’autres termes, entre un recueil de cas de conscience ou de questions d’amour et la Princesse de Clèves, il y aurait bien moins une différence de nature que de degré.

Afin de représenter cette réalité, nous avons proposé un continuum qui partait du cas le moins lié (recueil) à des exemples plus liés (p. ex., les romans). Il s’avère que la  liaison (ou son absence) est motivée par les différentes fonctions qu’elle revêt : elle décide du genre de l’ouvrage, elle en construit le sens et conditionne sa réception, et surtout, elle permet de le valoriser. Il existe en effet un discours topique, partiellement hérité de la rhétorique, qui relie la qualité de la liaison à la valeur d’un ouvrage et qui définit par conséquent celle de son auteur. Il apparaît également qu’aux côtés de la liaison, un autre critère peut valoriser l’ouvrage, à savoir, le choix des matériaux, qui s’incarne dans le “labeur” (terme récurrent) de sélection et/ou dans l’agencement soigneux des contenus.

L’ensemble de l’hypothèse revêt une charge heuristique et des implications théoriques considérables. La valeur accordée à la liaison semble en effet s’être transformée en véritable présupposé de la discipline littéraire, qui détermine de nombreux réflexes critiques : aujourd’hui encore, la littérarité de l’œuvre repose sur la qualité de sa construction. En outre, si la valeur de l’oeuvre détermine celle de son auteur, la valorisation de la lecture et de l’interprétation déterminent évidemment celle du critique, sélectionnant celui ou celle qui sera assez ingénieux·se pour faire une « belle lecture », assez attentif·ve pour découvrir ce plan d’ensemble caché aux yeux du vulgaire. C’est enfin une affaire d’écologie critique : plutôt que de formuler ce constat dans chaque genre et à chaque époque, peut-être est-il temps d’en faire un présupposé de toute lecture. La connaissance de cette construction et de consommation “par pièce” des ouvrages remet ainsi en cause la sacro-sainte « Unité » de l’œuvre, en nous invitant à réinterroger la construction, la mécanique et la lecture du texte. Elle implique de considérer plusieurs strates hiérarchisées dans le texte et in fine de regarder avec une suspicion salutaire les écho, paradoxes et lectures totalisantes que la critique s’amuse à percevoir.


Julien Goeury : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? » (24/10/18 – Résumé)

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Cette intervention se situe dans la continuité d’un double travail accompli sur les Blasons anatomiques du corps féminin : une édition critique de l’édition parisienne de 1543 (Paris, GF, 2016), ainsi qu’un double colloque organisé avec Th. Hunkeler entre Fribourg et Amiens, dont les actes viennent d’être publié chez Droz (Anatomie d’une anatomie. Nouvelles recherches sur les blasons anatomiques du corps féminin, Genève, Droz, 2018). Dans le cadre de ce séminaire, ma réflexion porte sur l’évidence trompeuse de ces dénominations de « blasons anatomiques », « blasons du corps féminin », ou bien encore de « blasons anatomiques du corps féminin », pour reprendre les trois dénominations concurrentes qui renvoient de toute façon dans l’esprit de ceux qui les utilisent au même corpus et je m’interrogerai sur les usages qu’on en fait à l’écrit (italiques, guillemets, majuscules ou non, etc.), sur ce qu’elles désignent, ou bien sont supposées désigner sous la plume de ceux qui les emploient : une série de poèmes, associés parce qu’il constituent un (petit) genre d’écrire, une série manuscrite ou imprimées, des recueils (anthologiques ou non ?), un collectif de recueils ? La question que j’ai voulu poser, c’est en réalité celle-ci : quand on se réfère en effet aux « blasons anatomiques », à quoi fait-on précisément référence ? Et le sait-on vraiment en réalité ?

Anne Réach-Ngô, « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance.» (24/10/18 – Résumé)

« Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Envisagé d’un point de vue sériel et exhaustif, le corpus des Thresor de la Renaissance  – ces compilations qui rassemblent aussi bien des textes de médecine, de dévotion, de savoirs encyclopédiques que des écrits poétiques, narratifs ou épistolaires – constitue un observatoire fécond pour qui veut analyser la diversité des pratiques de sélection, d’agencement et de promotion des textes chargés de représenter la quintessence d’une époque dans un domaine donné. L’importance quantitative du corpus (environ 150 ouvrages, considérés dans leurs variantes éditoriales) fait en effet apparaître une diversité d’ouvrages, couvrant des domaines de savoirs et d’écriture très divers (médecine, religion, lettres), des formats éditoriaux (traité encyclopédique, atlas portatif, recueils de textes poétiques et narratifs), des types de livres très différents (allant du petit in-16 ou du livret de quelques pages au grand in-folio en plusieurs tomes). Cette diversité même est inhérente à l’objet même des Thresor et nécessite d’être appréhendée comme une donnée structurante. Un tel corpus permet également d’observer des phénomènes particulièrement intéressants de remise en circulation, c’est-à-dire de remise en usage et la réécriture des textes car les péritextes de ces Thresor s’accompagnent souvent d’une invitation à la thésaurisation des écrits et des savoirs, à destination des lecteurs, traducteurs, commentateurs, enseignants, qui sont invités à se réapproprier un matériau qui circule et se transforme au gré de ces diverses réappropriations.

À l’ouverture de ces manuels, traités, sommes, abrégés semble se dessiner un même discours péritextuel, articulé autour de références et mots-clés récurrents, qui tendent à apparenter à un même imaginaire textuel des écrits issus de pratiques intellectuelles et éditoriales pourtant fort différentes. Le corpus des Thresor est à cet égard tout à fait représentatif de la manière dont un même type de discours péritextuel peut concourir à constituer auprès des lecteurs de l’époque un type d’objet – un « genre éditorial » pourrait-on dire – qui suscitent des pratiques de lecture et des usages du livre bien identifiés. La reprise de lieux communs (l’acte de feuilleter, le geste de sélection, le rassemblement et l’unité conférée à la compilation, etc.) fait de ces péritextes le lieu d’élaboration d’un discours topique qui tend à élaborer une représentation concrétisante et relativement unifiée de l’appréhension des textes à la Renaissance (compiler serait « faire trésor »), fondée sur la circulation, le remaniement et la mise en usage des écrits, aussi bien dans leurs modes de production, de diffusion que de réception et de transmission à la postérité. Ainsi, le discours péritextuel des Thresor concourt à l’élaboration d’une rhétorique de la compilation assumée et valorisée en tant que telle, rhétorique elle-même fondée sur la compilation de lieux communs hérités.

Séminaire 2018-2019 : Présentation


Lire, recueillir, inscrire : recueils et anthologies (XVIe- XVIIIe siècle)
Séminaire doctoral de l’équipe du GADGES – IHRIM-Lyon3 (UMR 5317)

Le mercredi, de 16.00 à 18.00
Lyon 3, site des quais, 18 rue Chevreul, salle 306

Le séminaire doctoral de l’IHRIM-Lyon 3, organisé par le groupe de travail GADGES sous le titre Lire par morceaux. Lectures et lecteurs de recueils et d’anthologies a développé, pour l’année 2017-2018, trois axes de réflexion complémentaires sur ces objets littéraires singuliers : projets et prescriptions ; énonciation et disposition ; publics et publication (voir les archives dans les billets de ce carnet). Ces pistes conduisaient à envisager les recueils et les anthologies du point de vue des lecteurs et sous l’angle de la lecture. Elles ont permis de mettre en lumière la manière dont les gestes de collecte et de disposition des textes contribuent à configurer leurs appropriations. Elles nous ont de surcroît familiarisé.es avec l’implication de multiples acteurs et actrices dans la publication de ces objets éditoriaux composites. Aussi nous paraît-il logique, dans cette seconde phase de notre exploration, de nous intéresser aux opérations de « recueil » des textes (au sens actif du déverbal). Quelles en sont les modalités, au premier chef pratiques et matérielles, mais également intellectuelles ? Comment la logique de la sélection puis de la publication joue-t-elle sur la logique de la réception ? Pour tenter d’approfondir cette question, nous souhaiterions explorer les trois pistes suivantes :

Les intermédiaires de la publication : imprimeurs, libraires, auteurs, « compilateurs », voire collectionneurs ; qui sont les différents acteurs de la mise en recueil, et quel est leur rôle exact ? En quoi la diversité de ces intervenants révèle-t-elle la complexité de la forme recueil ?

Les fonctions de la mise en recueil : la logique présidant au geste de recueillir peut procéder d’un souci de conservation, relever d’une opération mémorielle (témoigner d’un événement, d’une querelle, d’une activité de groupe, par exemple), manifester la volonté de s’inscrire au sein d’une actualité, voire viser à donner consistance à cette actualité, au groupe ou à l’événement en question. Comment la mise en recueil modélise ou modalise-t-elle ce dont elle prétend témoigner ?

Recomposition, réemploi, réénonciation : dans le cas, fréquent, où les pièces collectées avaient déjà connu une première publication (imprimée ou manuscrite), jusqu’à quel point peut-on considérer que le recueil transforme le sens de la matière compilée ? Quel nouveau contexte construit-il, en quoi celui-ci modifie-t-il la portée initiale des pièces retenues et à quelle fin ? Dans une perspective théorique, on s’interrogera sur le recueil comme réénonciation, en soulignant le trouble qu’il introduit quant aux catégories d’auteur, d’origine et même de contexte.

24 octobre
Anne Réach Ngô (Université de Haute Alsace, IUF) : « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »
Julien Goeury (Université de Picardie Jules Verne) : « Recueils ou anthologies ? De quoi les Blasons anatomiques du corps féminin sont-ils le nom ? »

21 novembre
Christophe Schuwey (Yale) & Nina Mueggler (Univ. Lyon 2 et Univ. de Fribourg) : « De briques et de ciment : la littérature au prisme du recueil »

28 novembre
Céline Bohnert (Univ. de Reims) : « Lire les Métamorphoses par morceaux: quelques anthologies ovidiennes du XVIe siècle »
Maurizio Busca (IHRIM Lyon 3) : « “Que de vertus, & de prospéritez” : la mise en recueil des Métamorphoses au XVIIe siècle »

13 février
Louise Amazan (Réserve des livres rares, BnF, Paris) : « Une anthologie facétieuse parmi d’autres ? Les Joyeuses narrations advenues de nostre temps (Lyon, 1557) »
Romain Weber (Bibliothèque historique de la ville de Paris) : « Les recueils narratifs renaissance et baroque : typologie, caractéristiques, fabrication, usage »

6 mars
Isabelle Moreau (ENS de Lyon, IHRIM) : « Les opérations éditoriales autour de la réception des Essais de Montaigne à Port-Royal »

Susanna Seguin (Univ. Montpellier III, IUF, IHRIM) : « De la collection à la démonstration : pratiques de lecture et stratégies argumentatives dans les manuscrits philosophiques clandestins »

13 mars
Conférence de Patrick Dandrey, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, dans le cadre du cycle « Itinéraire d’un chercheur »

27 mars
Nora Viet (Université Clermont Auvergne, IHRIM) : « Compiler/codifier : la fabrique de la nouvelle dans le Parangon de nouvelles honnêtes et délectables (1531) »

Mathilde Morinet (Université de Nantes et Aix-Marseille) : « La compilation dans les récits de voyages (autour de Melchisédech Thévenot) »

10 avril
Aurélie Barre (Lyon 3, CIHAM) : « La fabrique de l’auteur : l’exemple des chansonniers occitans »
Alexandra Pénot (IHRIM-Lyon 3) : « Collecter pour instruire, réunir pour préserver : l’assemblage à l’œuvre dans le Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, Ryme et Romans (1581) de Claude Fauchet »

3 mai
Séance sur les recueils factices (14h-18h, Bibliothèque Diderot) avec Katell Lavéant (Univ. d’Utrecht), Hélène Lannier (Univ. Lyon 2) et Malcolm Walsby (Univ. de Rennes 2)

Conclusion du séminaire 2017-18, colloque Barbin

La fin de cette première année de séminaire a été marquée par l’organisation d’un colloque autour du Recueil Barbin (1692) objet exemplaire de l’ensemble de nos questionnements, sous le titre « Une histoire de la poésie par les ouvrages même des poètes »? Le Recueil Barbin. La publication de ses actes est en préparation pour l’automne 2018 dans la revue Les Cahiers du Gadges.

Présentation du colloque

Ce colloque international porte sur un recueil de poésie à la fois exemplaire pour les questions qu’il soulève, et d’une grande influence : le Recueil des plus belles pièces des Poètes français, tant anciens que modernes, avec l’histoire de leur vie, dit Recueil Barbin, paru en 5 volumes en 1692, attribué à Fontenelle. S’ouvrant sur Villon et s’achevant sur Benserade, ce recueil est souvent considéré comme la première véritable anthologie de la poésie française. Trois principaux axes de travail ont été retenus :

– Il s’agit d’une part d’envisager la dimension matérielle et éditoriale de l’entreprise, en resituant l’édition du recueil publié par le libraire-imprimeur Barbin au sein de l’économie des recueils collectifs, florissante durant tout le XVIIe siècle et en considérant les aspects juridiques et marchands de leur publication.

– D’autre part ce recueil comporte des enjeux sociaux, politiques et idéologiques, en tant que discours sur la poésie et son histoire. Que signalent de ce point de vue la sélection des auteurs, des textes, de leurs versions, ainsi que leur organisation dans les différents volumes ? quelle vision de la pratique de la poésie et de ce qu’est un poète promeuvent ces gestes éditoriaux, ainsi que les notices qui les accompagnent ?

– Enfin, l’attribution du recueil à Fontenelle pose deux séries de questions : premièrement, peut-on déceler un lien entre la production philosophiques de Fontenelle et les choix opérés dans le corpus de la poésie française ? deuxièmement l’orientation des textes d’accompagnement laisse-t-elle transparaître le scepticisme que Fontenelle manifestera dans l’exercice de ses fonctions de secrétaire de l’Académie des sciences ? dans cette optique le Recueil Barbin peut-il être considéré comme une étape de l’évolution intellectuelle du philosophe ?

Programme au format fascicule

PROGRAMME

Discutant : Alain Viala (Université d’Oxford)

Jeudi 3 mai 2018

9h15-10h : accueil

Session 1 / La fabrique du recueil (1)

10h-10h45 : Edwige Keller-Rahbé (Université Lumière-Lyon 2, IHRIM) et Miriam Speyer (Université de Caen) : « Les privilèges de librairie des recueils polygraphiques en vers du XVIIe siècle : législation et pratiques éditoriales »

10h45-11h15 : Christophe Schuwey (Université de Fribourg) :« Pratiques éditoriales et commerciales du Recueil Barbin »

11h30-12h : Sophie Audidière (Université de Bourgogne), « Autour de l’attribution à Fontenelle. L’appréhension des productions de l’esprit humain par l’intermédiaire de l’histoire : le Recueil Barbin »

12h10-14h : pause déjeuner

Session 2 / La fabrique du recueil (2)

14h-14h30 : Emmanuelle Mortgat-Longuet (Université Paris-Nanterre) : « De la vie des auteurs à la construction d’une histoire de la poésie française : le Recueil Barbin »

14h30-15h : Maxime Cartron (Université Jean Moulin-Lyon 3, IHRIM) : « Un corps fragmenté ? Hypothèses sur les extraits insérés dans les notices biographiques du Recueil Barbin »

15h15-15h30 : pause café

Session 2 / Parcours (1)

15h30-16h : Jean Vignes (Université Paris-Diderot) : « Deux minores de la Pléiade dans le Recueil Barbin : Baïf et Belleau »

16h10-16h40 : Emmanuel Buron (Université de Rennes) : « “Histoire de la poésie françoise” ou “recueil pour le temps present” ? la poésie du XVIe siècle au filtre du goût classique »

Vendredi 4 mai

9h-9h15 : accueil

Session 3 / Parcours (2)

9h15-9h45 : Michèle Rosellini (IHRIM-ENS de Lyon) : « Les poètes libertins dans le Recueil Barbin : une invisibilisation stratégique ? »

9h45-10h15 : Dimitri Albanese (Université Paris-Sorbonne) : « Des chansons à boire dans le Recueil Barbin : sous-genre de poésie libertine ou adaptation d’une sociabilité des tavernes ? »

10h30-10h45 : pause café

Session 4 / Modélisations (1)

10h45-11h15 : Dinah Ribard (EHESS) : « Le premier poète ouvrier. Le Recueil Barbin et le fait littéraire »

11h15-11h45 : Kim Gladu (Université du Québec à Rimouski) : « L’héritage du Recueil Barbin au XVIIIe siècle »

Session 4 / Modélisations (2)

13h30-14h : Nicholas Dion (Université de Sherbrooke) : « Un recueil des plus belles élégies françaises ? Le Recueil Barbin en regard de l’évolution du genre élégiaque aux XVIIe et XVIIIe s. »

14h-14h30 : Béatrice Brottier (GRIHL) : « La représentation du genre de la poésie d’éloge dans le Recueil Barbin »

14h45-15h30 : Laurence Giavarini (Université de Bourgogne) et Mathilde Bombart (Université Jean Moulin-Lyon 3 – IHRIM) : «Chronologies et catégories de l’histoire du littéraire dans le Recueil Barbin »

15h45-16h : Conclusions par Alain Viala.

Antonin Godet, « Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes » (08/03/18)

Oser l’anthologie : Gilles et Galiot Corrozet éditeurs du Parnasse des poètes françois modernes (1571-1578)

 Résumé

Qui est l’éditeur du Parnasse ?

La métaphore de l’artisanat est récurrente dans l’œuvre de Corrozet : désigné comme un laborieux esprit par M. d’Amboise dans la préface des Epistre vénériennes, ou comme ouvrier par Tamisier dans son ode dédicatoire du Parnasse ; Corrozet se désigne lui-même comme bon ouvrier, et orfèvre dans sa préface de l’Hécatomgraphie. Gilles est un véritable artisan du texte, il le manipule toujours : « J’ay voulu encercher et querir / Ce qui fut dict des gens de bon savoir / Le deguisant, pour mieulx le faire veoir » (Hécatomgraphie, 1540, « Aux bons espritz », vv. 24-28). Cette figure besogneuse est doublée de celle d’un simple d’esprit, lui qui, depuis ses débuts, se surnomme dès 1528 l’ « indigent de sapience » dans le Floralier.

Le Parnasse connaît deux phases deux phases d’édition successives. Le Parnasse de 1571 est la première œuvre éditée par Galiot après la mort de Gilles, qui espère visiblement assurer un succès de curiosité à sa librairie. Cette édition princeps saisit sans doute l’esprit de Gilles avec fidélité car, d’après le privilège du Parnasse, Galiot « a recouvré ung livre Intitulé Le Parnasse des Poëtes François modernes Contenant leurs plus Riches et Graves sentences discours description et doctes enseignemens. Recueilly par Feu Gilles Corrozet ». Gilles avait-il laissé un manuscrit inachevé ? une épreuve typographique ? Rien ne permet de l’affirmer totalement, mais l’hypothèse d’une trace bien constituée ne semble pas du tout impossible car Gilles semblait sur le point de publier son œuvre, ayant rédigé lui-même une adresse « Aux Poëtes François » tout à fait claire dans laquelle il précise la méthode et les enjeux de son Parnasse. De plus Galiot semble disposer d’une version très aboutie du Parnasse (« ung livre ») en devenir car il ne se prive pas de souligner toutes les difficultés qu’il a rencontrées pour éditer au même moment son « pendant » historiographique – « ce petit œuvre par brouillars et legers memoire espars çà et là confusément, et sans aucun ordre » – qu’est le Le Thresor des histoires de France édité qu’en 1583.

Il ne sera jamais démenti par Galiot que le Parnasse reste l’œuvre de Gilles, mais ces premières remarques montrent déjà que l’instance éditoriale est en quelque sorte subvertie, ou du moins hétérogène de par cette filiation assez particulière entre un père fondateur et un fils continuateur.

Quelques particularismes de la poétique du Parnasse des poètes françois modernes :

Les recueils polygraphiques des années précédentes insistent sur le divertissement du lecteur et la bigarrure des formes. Mais dans le Parnasse une préface explicative en prose définit un art poétique affichant le besoin d’expliquer sa méthode de compilation. C’est ici que Gilles distingue trois gestes poétiques très clairs : « Aussi ne trouverez estrange si vous rencontrez des vers ostez et sincopez en quelques lieux, et des demy vers liez à autres, et quelque fois des demy vers adjoutez du mien : car tout cela ay je fait pour mieux lier & joindre le sens de la poësie et des sentences. » Est immédiatement posée une poétique subversive, de bouleversement formel des textes au nom d’un impératif sémantique. Une quête de la conjointure du sens moral et du beau poétique est ainsi à l’œuvre, ce qui implique un art nécessaire de la retouche, du maçonnage des extraits pour qu’ils fassent sens selon les lieux communs sous lesquels ils sont classés.

Or, n’oublions pas que l’édition de 1578 ajoute 134 lieux communs de Galiot, qui n’a pas exactement suivi les mêmes principes que son père, et qui a vraiment tendance à s’en tenir à une approche que l’on pourrait qualifier de régulière, ou d’orthodoxe, dans ses principes de sélection. Ce constat rajoute un degré de subversion de plus aux règles préétablies par Gilles.

Cette communication se donne donc pour ambition de montrer comment se fabrique une anthologie à deux mains à la Renaissance, selon des principes divergents et complémentaires.

La fabrique du texte

Quelques principes d’édition réguliers peuvent être saisis à partir de l’identification systématique des sources :

  • L’usage des guillemets : ces marqueurs typographiques facilitaient la trouvaille des pièces et confirmaient la nature topique du propos ;
  • L’interversion de l’ordre des vers par rapport au poème d’origine ;
  • La réécriture du propos pour le moderniser ;
  • La réécriture du propos pour le moraliser ;
  • Soustraire des vers ;
  • Joindre et additionner des vers ;
  • Spécificité de Galiot : une « sélection orthodoxe », lisse, sans variante, au prélèvement fidèle sur le plan de la dispositio.

Tous ces gestes se conjuguent et ordonnent une démarche très personnelle et non systématique. Mais la dimension subversive des gestes éditoriaux du Parnasse ne s’arrête pas à la manipulation des vers eux-même afin qu’ils correspondent aux lieux sous lesquels il sont classés (lieux qui sont proprement l’invention des Corrozet) : il y a aussi une manipulation des sources citées.

Manipuler les sources 

  1. Manipulation des noms annoncés : la liste annonce 32 noms de poètes cités en 1571 et 38 noms en 1578. Il s’avère que certains poètes annoncés ne sont pas cités (comme Pierre du Val), tandis que d’autres ne sont pas cités mais bien présents (comme De Boissières). On peut ainsi estimer à au moins 50 poètes présents dans l’anthologie en réalité.
  2. Par ailleurs, les gestes de référenciation des sources sont multiples :
  • La référence est précise dans une majorité des cas, lorsqu’il est fait référence à la Deploration de Robertet par exemple ;
  •  On trouve aussi un bon nombre d’abréviations précises comme Gab. Bouunin en la trag. de la Sol. ;
  • L’homonymie des titres n’est pas fiable : ainsi « Au Roy » peut renvoyer aussi bien à l’Epistre au Roy, par Marot estant Malade à Paris qu’aux Psaumes de David ;
  • L’anaphore des titres ne l’est pas toujours plus, la formule anaphorique « audit lieu » peut renvoyer le lecteur vers une mauvaise source comme ce fut le cas entre les fragments 340 et 341, qui ne sont issus ni de la même œuvre, ni du même auteur (l’un est Du Bellay et l’autre Marot) ;
  • Enfin, Corrozet use de l’allusion, il lui arrive de n’apporter aucune référence ou bien de l’opacifier en ne donnant par exemple que le nom de l’auteur, sans celui de l’œuvre et inversement. Cela était le cas ici pour les titres dans lesquels n’apparaît que « Cle. Marot ». On peut aussi noter le cas unique de Scève, qui n’est jamais cité mais dont le poème de la Saulsaye l’est quant à lui.

3. Un cas unique (?) de pillage : Corrozet puise aussi des séquences entières de lieux communs à partir d’autres recueils anthologiques comme dans le Recueil de Vraye poesie françoise de Rigaud paru en 1544 (rebaptisé Poésies facetieuses en 1559).

L’invention d’un nouveau modèle d’anthologie

Les allusions à l’Hélicon ou au Parnasse sont assez courantes chez les poètes, mais la naissance de l’antonomase pour désigner une sous-catégorie de l’anthologie (comme l’ont été les florilèges) est tout à fait nouvelle. Tamisier situe l’œuvre dans « les prez Hybleans», les « jardins Hesperides», le « Parnasse » où de « mesnageres avettes (…) succent tant de douceur, / Tant de miel et de saveur » ; tandis que Jaques Moysson évoque l’Hélicon dans son sonnet liminaire. Qu’ils fassent référence à des monts réels où le mythe du lieu de vie des Muses s’est greffé, comme dans le cas du mont Hélicon ou du mont Parnasse ; qu’ils fassent référence à des lieux mythiques comme le jardin des Hespérides, ces poètes se plaisent à souligner le lien étroit entre lieu de création (et donc de labeur) et lieu de récréation, qu’est le Parnasse des poètes françois modernes. Moysson insiste particulièrement sur les déïctiques pour montrer la situation dans laquelle sont recueillis les lieux communs de Corrozet « Tu vas icy Helicon et Parnasse / Et des neuf sœurs tu as icy le val / Tu as icy la fontaine au cheval / Et Corrozet et pour un second pegase / Tu oys icy Hippocrene qui jase (Moysson, « Sonnet à la France », Parnasse des poètes françois modernes, vv.1-5). L’ambition affichée est celle de faire du lieu commun un lieu aussi mythique. Le choix de ce titre est ainsi un geste décisif qui vise à établir métaphoriquement le lien entre l’ensemble des arts. Chaque poète est en quelque sorte représentant des Muses : la tragédie est représentée par Bounin, la comédie par Grévin ; la poésie épique par Ronsard et la poésie lyrique par Louis des Masures ; l’histoire par Du Bellay etc.

Un espace et un temps modernes

Le terme moderne est récurrent dans l’œuvre de Corrozet, éditeur de poètes contemporains, de son recueil des Blasons domestiques (1539) – qu’il décrit comme comme une « invention joyeuse, & moderne » -, au titre de l’Hecatomgraphie, qui annonce que l’œuvre contient une centaines de pièces « tant des Anciens que des modernes» ; jusqu’au titre même du Parnasse des poètes françois modernes (1571) bien sûr. Pour cela, l’éclectisme en matière de sélection des sources est de mise. Elle s’oriente vers un espace-temps contemporain. On peut ainsi dresser les bornes chronologiques des poètes cités : de Clément Marot, né en 1496 à Berard de Girard, mort en 1610 ; ou bien les bornes chronologiques des œuvres citées : La Deploration sur le trespas de feu messire Florymond Robertet vers 1529 aux Amours de Marc Antoine, & de Cleopatre de Belliard en 1578. Dans les deux cas, ces repères épousent parfaitement la totalité du XVIe siècle. Quant à la géographie de cette poésie nationale, le nombre des épithètes qui figurent dans la liste des noms de poètes présents dans le Parnasse suffit à montrer l’étendue du territoire de la poésie française.

Quelques conclusions :

Le Parnasse unit :

  • Un compilateur qui exhibe sa présence / un compilateur qui la masque ;
  • Un compilateur qui adopte une hybridité poétique et conjugue le lieu commun et la poésie / un compilateur qui se montre beaucoup plus régulier et orthodoxe ;
  • Un compilateur qui a une approche de poète / un compilateur qui a une approche commerciale (en introduisant des poètes du moment, y compris des poètes appartenant à des réseaux particulièrement différents tant sur le plan poétique, géographique, et temporel, que spirituel).

Antonin Godet

 

Christelle Bahier-Porte : « L’esprit Moderne mis en recueil : Houdar de La Motte (XVIIIe-XIXe siècle) » (25/01/18)

« L’esprit Moderne mis en recueil : Houdar de La Motte (XVIIIe-XIXe siècle) »

Résumé

La problématique du recueil et de la mise en recueil est particulièrement opératoire pour aborder l’œuvre d’Antoine Houdar de La Motte. Ce dernier, célèbre pour son engagement dans la Querelle des Anciens et des Modernes et sa réécriture en vers de l’Iliade (1714), est aussi poète, auteur d’odes, de fables et de poésies mondaines, et auteur dramatique. Dès 1707, alors qu’il a acquis une certaine notoriété pour ses livrets d’opéra, il publie un recueil d’Odes qui remet le plus grand genre lyrique à la mode. Le recueil est conçu comme une véritable démonstration des talents du poète qui rêve alors d’entrer à l’Académie française et, déjà, un manifeste moderne en faveur de l’invention affirmée dans le Discours sur la poésie en général et sur l’ode en particulier liminaire et mis en pratique dans les poèmes. Le recueil sera régulièrement augmenté jusqu’en 1714. En 1719, il publie un recueil de cent fables, intitulé Fables nouvelles, dédié au roi Louis XV, organisé en cinq livres dont chacun est dédié à un des précepteurs du jeune Roi, et précédé d’un Discours théorique sur la fable. En 1730, il réunit ses cinq tragédies en un recueil et les fait précéder chacune d’un Discours théorique, dont l’ensemble constitue une véritable poétique moderne de la tragédie. On le voit, La Motte, par la constitution même de ses recueils, entend s’affirmer comme poète et poéticien, novateur et rénovateur des genres.

L’histoire littéraire a surtout retenu, outre le sursaut de la Querelle autour de l’Iliade, les propositions théoriques de La Motte ; le poète, et même l’auteur dramatique, est rapidement tombé en discrédit. L’articulation, pensée et mis en scène dans les recueils, entre théorie et pratique poétique est devenue partition. Dans les dernières années, ce sont les textes théoriques qui ont bénéficié de l’attention des critiques et ont été reconnus à leur juste mesure (édition de François Gevrey et Béatrice Guion, Les Raisons du sentiment. Textes critiques, Champion, 2002). C’est cette question de la réception de La Motte, poète et/ou théoricien, que j’ai finalement choisi de privilégier pour le séminaire. Je me fonderai sur deux recueils, le premier est une anthologie des œuvres poétiques (1767), relevant de la mode des Esprits qui sévit dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le second est un recueil des textes théoriques de l’auteur, paru près d’un siècle plus tard en 1859.

Le recueil, parce qu’il repose sur un geste anthologique de sélection d’une part et de re-composition d’autre part, donne indéniablement un sens nouveau à l’œuvre originale du poète dont il contribue à donner une image, qui pour La Motte s’inscrira durablement dans la critique. Par ailleurs, si les deux auteurs se fondent sur l’édition des œuvres de La Motte en onze volumes parue en 1754, 23 ans après sa mort, leur pratique du recueil n’est pas la même : le premier veut donner une « idée » de la poésie de La Motte par une opération drastique de sélection, le second donne l’intégralité des discours théoriques mais selon un plan qui lui est propre et avec une abondante annotation qui constitue tout à la fois un discours d’escorte et un guide de lecture, car la poésie et la prose de La Motte ne sont pas à mettre entre toutes les mains.

 

L’esprit des Poésies de M. de La Motte (1767)

 

Ce premier recueil relève du genre des « Esprits » que Sylvain Menant définit efficacement en ces termes : « anthologie ordonnée de l’œuvre et de la pensée d’un écrivain célèbre, au moins au moment où le livre est publié » (p. 1044). Le genre est à la mode dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : L’Esprit de Fontenelle (1744), L’Esprit de Voltaire (1759), L’Esprit de La Mothe le Vayer (1763), L’Esprit de Marivaux (1769).

L’auteur du recueil est Louis Théodore Hérissant (1743-1811), ancien avocat au Parlement de Paris, éditeur d’ouvrages historiques, auteur de discours et d’éloges et auteur de plusieurs recueils. C’est un admirateur de Boileau, de Racine et de Voltaire considérés comme les garants du bon goût (notamment dans le recueil Principes de style ou Observations sur l’art d’écrire recueillies des meilleurs auteurs, 1779).

Le recueil qui doit donner « l’esprit » des poésies de La Motte affiche un « projet de lecture » qui peut sembler déconcertant et antinomique. Si la poésie de La Motte est jugée digne d’être lue, c’est au prix d’une sélection drastique et l’éloge ne va jamais sans distance critique. L’objectif de l’ouvrage est de « rapprocher sous un même point de vue et dans un volume portatif, ce qu’il y a de plus piquant dans les Poésies de M. de la Motte, » (p. 1), c’est une des raisons du succès des Esprits, mais aussi de « contribuer à former le goût de la Jeunesse. ». Toutefois, la lecture du paratexte du recueil invite à le considérer comme une anthologie sélective des meilleurs poèmes de La Motte qui peut « suppléer » à la lecture de l’ensemble de la production de l’auteur et comme une « école » de poésie, apte à « former la jeunesse »… par le contre-exemple.

On peut en prendre la mesure par la sélection opérée, notamment dans la section consacrée aux odes : vingt-trois odes sont retenues seulement, dans un ordre propre à l’éditeur du recueil qui tend à minorer l’originalité de la pratique poétique de La Motte en mettant l’accent sur les fonctions traditionnelles de l’ode (éloge politique, allégories mythologiques par exemple). En outre, les odes omises sont aussi significatives du projet du recueil, et donc de l’image qu’il entend donner du poète : l’engagement moderne de La Motte est ainsi considérablement atténué. Que ces omissions relèvent d’un véritable projet est confirmé par les strophes supprimées dans certaines odes, justifiées dans l’Avertissement par une moindre qualité poétique qui déparerait le recueil, mais souvent liées à l’engagement moderne de l’écrivain.

La sélection est drastique et orientée par un projet difficilement tenable : faire lire la poésie de La Motte, projet digne de « gens de lettres », tout en en soulignant les faiblesses de cette même poésie qui deviennent une « école » pour « la formation du goût de la jeunesse », mais une école de ce qu’il ne faut pas faire. Dans cette optique, non seulement l’auteur du recueil retranche certaines strophes, mais l’éditeur souligne également en italiques « les mots qui [lui] ont paru faibles, prosaïques, ou inutiles. » et précisé : « Ces apostilles, lorsqu’elles sont judicieuses, peuvent beaucoup contribuer à former le goût de la Jeunesse. ».

L’Esprit des poésies de M. de La Motte met en avant le poète, et la diversité de sa production, ce qui n’est pas fréquent. Le mot « Esprit », toutefois, s’il désigne une certaine forme de recueil à la mode, n’est pas tout à fait neutre appliqué à La Motte, ou même à Marivaux ou à Fontenelle. Les auteurs des « Esprit » de ces derniers d’ailleurs ont à cœur précisément de défendre cet « esprit » qui caractérise leurs auteurs et qui leur a valu bien des critiques, l’esprit tendant au « trop d’esprit ». Pas d’apologie en revanche pour La Motte, dont le recueil contribue, certes avec quelques nuances, à forger l’image du « mauvais » poète par une sorte de démonstration par l’exemple… qui ne doit pas être suivi.

 

Les paradoxes littéraires de La Motte, par B. Jullien, Hachette, 1859.

 

C’est précisément par des notations sur l’« esprit » d’Antoine Houdart de Lamotte que commence la préface du second recueil que je voulais étudier, Les Paradoxes littéraires de La Motte, paru en 1859. La Motte est présenté dès les premières lignes comme « un des esprits les plus fins et les plus ingénieux de son temps » (p. V). L’expression « de son temps » est importante puisque plus d’un siècle après sa mort : « Il est donc vrai qu’aujourd’hui le nom de Lamotte éveille plutôt l’idée d’un esprit poli, mais bizarre et presque renversé, que celui d’un homme vraiment distingué, qui dans son temps fit honneur au corps où il avait été admis, obtint même une célébrité très réelle, et dut la mériter puisqu’elle lui demeura quoique toujours contestée et débattue. » (p. V) Célèbre et reconnu dans son temps, notamment pour son engagement à l’Académie Française, l’esprit fin et ingénieux de La Motte évoque désormais la bizarrerie. Dans ce recueil, La Motte est présenté comme un audacieux critique mais piètre poète, incapable de « sentir » et donc d’exprimer les beautés de la poésie. Il offre toutefois, à condition d’être averti de la « singularité » de cet esprit, un « modèle de critique juste et délicate ».

Bernard Jullien (1798-1881), auteur du recueil, est grammairien et professeur de Lettres, il travaille pour la librairie Hachette et a collaboré à la rédaction du dictionnaire de Littré.

Les objectifs du recueil :

Comme pour les Esprits de la fin du siècle précédent, il s’agit de sortir de l’oubli les textes de La Motte et de les extraire de l’ensemble de ces œuvres. Les destinataires premiers sont les « littérateurs de profession » qui peuvent tirer profit des propositions théoriques du critique, en revanche la « multitude de vers » est d’emblée discréditée. La Motte est ainsi présenté dans la préface comme un critique pionnier qui mérite de trouver une place dans l’histoire littéraire française, et même l’histoire de la critique, alors en constitution au mitan du XIXe siècle : il a le « mérite d’avoir, plus de cent ans à l’avance remué les questions qu’on nous a réchauffées à la fin du premier quart de ce siècle » (p. VIII).

Outre cet aspect historique, le « recueil de ces discours » doit, comme celui d’Hérissant, être « utile à l’instruction des jeunes gens » (Préface) il a d’ailleurs été composé sous l’impulsion de la « société des méthodes d’enseignement ». Et c’est cette vocation didactique qui a dicté la composition du recueil.

Les textes sont donnés en intégralité non sans avertissement quant au style « ingénieux » de l’écrivain. Mais le lecteur n’avancera pas dans cette lecture périlleuse sans un guide de lecture très ferme, puisque les textes sont abondamment annotés : chaque discours est précédé d’une brève notice et de nombreuses notes de bas de page. Et de fait, c’est bien en professeur, « régent de collège » pour reprendre l’expression de Voltaire sur Anne Dacier que Jullien commente les discours de La Motte, approuvant, désapprouvant, corrigeant, commentant.

De cet ensemble, se dégage deux lignes de force qui entérinent durablement l’image de l’écrivain, homme à « paradoxes » :

  • la distinction entre le « philosophe » et l’artiste

Le choix de Jullien de ne proposer que les textes théoriques s’explique parce que ces derniers sont « novateurs » certes mais aussi parce que la poésie de La Motte est illisible et cela durablement : « On sait que La Motte a fait des odes : il en a même fait beaucoup ; et toutes sont aujourd’hui justement oubliées, tant il était loin d’avoir aucune des qualités qui font le poète lyrique. […] et l’on peut être certain que l’avenir ne modifiera pas cet arrêt d’un siècle entier ». (p. 78)

C’est une des sources essentielles du « paradoxe » : La Motte, qui s’est prétendu poète et critique, est pourtant incapable de sentir et exprimer la poésie. Ainsi, La Motte est-il régulièrement qualifié de « métaphysicien », de « philosophe » qui raisonne dans son cabinet, capable d’analyses très justes mais tendant également au sophisme et au raffinement excessif.

  • « Un modèle de critique juste et délicate » (p. 149)

Jullien loue ainsi la liberté d’examen et l’indépendance d’esprit du critique, ainsi que la courtoisie et la politesse qui définit la critique de La Motte. Ces dernières étaient déjà louées par les contemporains du poète, par opposition à l’agressivité et l’acrimonie de Dacier. Ces éloges participent toutefois de la construction d’une image, elle aussi durable, du critique moderne : on loue sa politesse, son urbanité « exquise » mais le fond même de la critique est discrédité.

 

Le modèle offert à la jeunesse par le recueil est ainsi lui-même éminemment paradoxal et rejoint ce que nous avons pu voir pour l’Esprit de Hérissant : les écrits de La Motte méritent d’être lus, peuvent s’inscrire dans l’histoire littéraire nationale en train de se constituer, et même constituer une « école » pour la formation du goût de la jeunesse. Il faut pourtant se prémunir de leur « singularité » et autre « métaphysique obscure », et ne pas être dupe de leur « ingéniosité ». C’est là alors le rôle du genre du recueil, qui repose sur ce geste de sélection et autorise un discours d’escorte qui donnera un sens (direction et signification) nouveau à l’œuvre décriée. La mise en regard des deux recueils, malgré le siècle qui les sépare, matérialise en outre la partition durable de la critique sur La Motte : le poète, dont on se complaît à souligner les « faiblesses » et le théoricien qui peut être audacieux et novateur. Une partition similaire existe pour l’œuvre de Fontenelle. Un des enjeux de la critique actuelle et de rendre à ces écrivains « Modernes » (Perrault, La Motte, Fontenelle, Marivaux…) leur identité de poète et de critique/théoricien/philosophe et de montrer combien l’articulation entre pratique littéraire et réflexion est essentielle pour comprendre leur démarche et leur « singularité », si dérangeante.

Christelle Bahier-Porte