Maxime Cartron : « Mémoire, oubli et invention historiographique des recueils collectifs du XVIIe siècle dans l’anthologie poétique (1961-2009) ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017

Les anthologies de poésie française du XVIIe siècle composées aux XXe et XXIe siècles semblent au premier chef constituer des réservoirs de textes, dans lesquels chacun pourrait puiser à sa guise. Dans cette perspective, quel rôle assignent-elles aux recueils collectifs du XVIIe siècle, leurs devanciers ? S’il semble à première vue que les anthologies les oublient, ne citent-elles pas pourtant, directement ou indirectement, à partir d’eux ? Ne seraient-ils pas en somme des recueils collectifs de seconde main ou au second degré ? L’anthologie offrirait ainsi une oscillation entre une visée historique et/ou critique et un projet esthétique nouveau pouvant lui-même être tributaire d’un but théorique, voire idéologique et/ou politique.

Nous étudions dans cette communication la représentation des recueils collectifs par le discours anthologique, afin de mettre en place les conditions d’analyse des constantes de compilation et de canonisation, perceptibles entre les deux interfaces.

Le premier trait saillant relevant de l’usage des recueils collectifs par les anthologies est la tendance à les utiliser comme des outils d’appui historique, comme des documents de travail aidant à mieux comprendre la période poétique étudiée. Mais plus qu’un simple document de travail, le recueil collectif est pour l’anthologiste une preuve critique : il entre dans le cadre d’une démarche qui se veut historienne (bien qu’il ne soit pas étudié pour lui-même, mais soit pris comme source transparente de textes) le recueil collectif est garant d’un choix anthologique établi en pleine connaissance de cause (G. Mathieu-Castellani) et se mue par-là en source permettant de (re)trouver et de compiler les textes représentatifs de la poésie du temps.

Partant, le recueil collectif serait en somme un modèle pour l’anthologie « moderne », modèle à imiter car il constitue le reflet d’un « moment » réactivant une mémoire culturelle. C’est l’anthologie comme prototype ; comme modèle original d’une démarche historienne indissoluble d’un projet esthétique (M. Jeanneret).

Cependant, les anthologies construisent une fiction de lecture : les bibliographies (en particulier celle d’A. Niderst, la plus étoffée) font de l’anthologie la mémoire des événements littéraires vers lesquels ils font signe : un travail critique qui par sa tentation du miroir se veut la reconstruction « moderne », l’adaptation fidèle des recueils collectifs (M. Jeanneret et T. Cave).

Citer d’après un recueil collectif, c’est donner corps à un projet historien mais c’est aussi (A. Blanchard) subordonner ce dernier au projet esthétique en réagençant l’ordre des textes. Cette tendance s’oppose à celle qui consiste à créer une anamorphose du recueil collectif (R. Picard), à exhiber une archéologie délivrant à l’anthologie la même valeur critique et historique qu’aux recueils collectifs.

En définitive, les anthologies citent-elles les textes dans une optique proprement historique (parce qu’ils plaisaient au public du temps) ou dans le but de présenter un choix relevant de nouveaux critères, notamment esthétiques ? Le tropisme baroque influe fatalement sur le choix des textes, et il conviendrait, pour prolonger l’analyse, de réfléchir plus précisément aux procédés de reprise des textes en prenant en considération l’interférence dans la réception causée par l’influence de Jean Rousset, lui-même anthologiste et propagateur de la notion de baroque littéraire.

Maxime Cartron, Université Jean Moulin-Lyon 3, IHRIM

Citer ce billet: "Maxime Cartron : « Mémoire, oubli et invention historiographique des recueils collectifs du XVIIe siècle dans l’anthologie poétique (1961-2009) ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/11/2017, https://recueils.hypotheses.org/188.

Miriam Speyer : « Du “ramas de diverses poësies” au “recueil des plus belles pièces”. Dynamiques de compilation, dynamiques de canonisation dans les recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017

Au XVIIe siècle, le recueil collectif se présente comme le miroir de la production poétique du moment de son impression. Mais c’est aussi la forme du recueil qui va devenir, vers la fin du siècle, le réceptacle de ces pièces poétiques (d’époques différentes) que l’on souhaite transmettre à la postérité. En partant de cette tension, cette communication se propose alors d’interroger en quel sens le recueil collectif de poésies, de lieu de compilation, peut aussi devenir un lieu de consécration, que celle-ci soit immédiate ou différée.

I. Ces recueils qui ont fait l’actualité…

Si l’on comprend le recueil comme un lieu, certains parmi eux sont en fait plus fréquentables que d’autres. Il y a ainsi certains titres de recueils (de véritables « enseignes de papier », comme l’a formulé Christophe Schuwey) qui semblent particulièrement avoir retenu l’attention du public. Pour le milieu du siècle, on pense bien sûr aux Poésies choisies de Charles de Sercy. Il suffit de « consulter ces Livres-là, écrit C. Sorel, pour voir qui sont ceux qui font bien des Vers aujourd’hui » (La Bibliothèque française). Quant au début du siècle, ont marqué les esprits les divers recueils de Toussaint du Bray (Délices de la poésie française ou recueil des plus beaux vers de ce temps). Ce sont ainsi ces compilations dont les discours du temps recommandent la lecture, ou même la réutilisation de pièces dans d’autres contextes.

Jean-Pierre Camus, romancier prolifique mais qui se considère peu doué pour l’écriture de vers, n’hésite alors pas à se servir de ces recueils comme des prêts-à-citer de qualité pour enrichir ses romans. Dans l’« Éloge des histoires dévotes » qui clôt l’Agathonphile (1623), il explique que les pièces poétiques importantes proviennent « de cette corne d’abondance le Recueil des plus beaux vers de ce temps » qui contiendrait « les plus belles fleurs qu’oncques [son] œil ait apperceuës en aucun parterre ».

II. Le choix des auteurs : le recueil collectif comme ensemble de monographies ?

Quoiqu’il s’agisse de publications polygraphiques (contenant aussi pièces anonymes), les noms des auteurs hantent les recueils collectifs ainsi que les discours qu’on tient à leur sujet. Puisque certains noms permettent d’attirer le lecteur, ils apparaissent ainsi sur certaines pages de titre des recueils. Au cours du premier XVIIe siècle se distinguent progressivement trois noms : Du Perron, Bertaut et, un peu plus tard, Malherbe. Ce sont ces trois noms que cite J.-P. Camus (Iphigène, 1625) ou encore P. de Deimier (L’Académie de l’art poëtique, 1610) qui les érige, ipso facto, en modèles dès leur vivant.

À ce sujet, les premiers regards rétrospectifs sur la période ne présentent guère de différences. Les listes de noms qu’établissent par exemple M. de Scudéry, C. Sorel ou encore la première anthologie de la poésie française, le « Recueil Barbin » (1692) présentent systématiquement ces trois « stars ». Dans celles-ci, sans surprise, l’importance de Malherbe se voit de plus en plus accentuée, alors que la présence des deux autres s’amenuise.

Dans ces listes, les trois noms sont suivis de Racan, de Lingendes, Maynard ou encore Motin. Tous ces poètes sont présents, et massivement dans beaucoup de recueils collectifs de leur temps, dont la série des Délices de la poésie française ou recueil des plus beaux vers (T. du Bray). À part Maynard, aucun de ses auteurs n’a fait l’objet d’une monographie au XVIIe siècle.

Force est ainsi de constater l’influence des recueils collectifs sur la constitution d’un canon de poètes au XVIIe siècle, et avant tout le primat exercé par T. du Bray, dont les recueils, composés d’une succession de recueils d’auteur, ont marqué durablement le paysage littéraire. Il apparaît alors que certains noms (de recueils, de libraires, d’auteurs) se distinguent, non seulement en leur temps, mais sur le moyen terme (du moins).

 

III. Des « tubes »… : du hit-parade au best of

Les recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle réunissent a priori les compositions poétiques récentes. S’ils publient des inédits, leur répertoire ne se renouvelle jamais entièrement d’un recueil à l’autre. L’impression à cette époque étant onéreuse, il paraît vraisemblable que l’on privilégie la réimpression des pièces à succès. Puisque celles-ci correspondent ainsi à ces poèmes qui ont le plus fréquemment été réédités, une approche quantitative permet alors de les isoler.

Sans surprise, les « stars » Du Perron, Bertaut et Malherbe sont bien évidemment bien représentés parmi ces « tubes » du premier XVIIe siècle. Mais apparaissent ainsi aussi des pièces et des noms que la postérité va oublier, comme Raoul Callier et sa chanson « Auprès des beaux yeux de Philis… », véritable succès du début du siècle, car imprimée dans nombre de recueils collectifs de poésies ou de recueils de chansons de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Plus frappant encore, elle est insérée dans les Histoires memorables, & tragiques de François de Rosset dès 1615, qui y fait explicitement état de sa notoriété.

Le regard rétrospectif opère ainsi des déplacements, parfois importants, le choix de certaines pièces dans le « Recueil Barbin » l’illustre exemplairement :

– exclusion de toutes les pièces religieuses du Cardinal Du Perron, alors que celles-ci font partie des plus récurrentes au début du siècle…

– les trois pièces retenues pour Motin (une élégie et deux pièces strophiques en octosyllabes) présentent celui-ci comme un précurseur des poètes galants, dont le répertoire, sérieux et ludique, se rapproche de celui de poètes contemporains comme La Fontaine et Benserade, vers irréguliers en moins…

Même si le best-of se distingue dans le détail du hit-parade d’époque, le recueil collectif apparaît donc bien comme un lieu où s’accomplit une consécration du moins pour les auteurs. Le recueil polygraphique est ainsi le lieu par excellence où se forge une étiquette d’auteur, où un nom se voit doté d’un renom qui est susceptible retenu par la postérité. Celle-ci est toutefois libre de reconstruire à son gré la figure derrière le nom, les discours rétrospectifs de la fin du XVIIe siècle en témoignent exemplairement.

Miriam Speyer, Université de Caen

Citer ce billet: "Miriam Speyer : « Du “ramas de diverses poësies” au “recueil des plus belles pièces”. Dynamiques de compilation, dynamiques de canonisation dans les recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/11/2017, https://recueils.hypotheses.org/185.