Nicolas Réquédat : « Les téléologies de Jean Racine » (30/11/17-résumé)

 

Résumé de la communication du 30 novembre 2017

En quoi le courant critique sainte-beuvien sur lequel se fondent les anthologies Lagarde et Michard – courant qui porte une grande importance à l’impact qu’ont eu la vie et le caractère de l’auteur sur son œuvre – a-t-il eu, par sa façon de penser la littérature, des conséquences cruciales sur la représentation de l’œuvre de Racine  ? En quoi faire de Racine non plus une personne mais un personnage a pu avoir un impact sur la transmission de l’œuvre elle-même ? Pourquoi l’action de transformer Racine en personnage a-t-elle conduit à en faire le classique par excellence ?

La question est d’autant plus importante que le « Lagarde et Michard » a connu un grand succès dans la seconde moitié du XXe siècle, et qu’il reste encore aujourd’hui un repère important pour concevoir la littérature.

De fait, nombre de professeurs actuels dans le secondaire ont été formé avec ces manuels, ou du moins les ont utilisés comme complément, à la faculté ou en classe préparatoire. Le nombre actuel d’ouvrages publiés est difficile à estimer, mais il est certain que le tirage de la totalité des tomes de l’anthologie Lagarde et Michard représente un des records de l’édition pédagogique en France. Dans les années 1980, l’éditeur Bordas annonçait déjà avoir franchi le cap des 20 millions d’exemplaires. Ces manuels ne sont plus prescrits dans le secondaire à partir de 1992, mais ils demeurent cependant un « usuel » de référence.

Cette conférence s’est attachée à montrer le lien entre approche psychologique de l’auteur et téléologie de son œuvre, entre l’école Sainte-Beuvienne et l’adoubement définitif de Racine comme classique suprême. Racine est présenté dans le Lagarde et Michard comme l’auteur par excellence du “siècle de Louis XIV” : de même que ce siècle est voué par une illusion rétrospective à devenir “le siècle du classicisme”, Jean y est voué à devenir Racine.

Dès lors nous avons pu voir que dans ce “siècle de Louis XIV” dressé comme un théâtre où se croisent les personnages illustres, la psychologisation des classiques mène à adhérer à leur discours. En invitant l’élève-lecteur à savourer le spectacle des grands personnages du XVIIe siècle et à écouter ce qu’ils ont à dire sur leur temps, l’anthologie se méprend sur la nature d’une parole auctoriale toujours en quête de légitimité, toujours stratège.

Finalement, prendre l’auteur au mot comme l’a fait l’anthologie Lagarde et Michard a mené à essentialiser l’œuvre de Racine.
Malgré une ambition affichée des auteurs d’éviter de présenter un siècle figé en image d’Epinal, on se retrouve in fine avec une représentation téléologique du siècle : tout mène au classicisme, apogée ultime et nécessaire. De même, Racine apparaît comme le point d’orgue du « parfait équilibre classique ».

Certes l’attrait pour la psychologie des grands personnages dans le Lagarde et Michard s’inscrit dans une école de pensée que l’on pourrait qualifier de sainte-beuvienne : l’homme est l’œuvre. Mais plus profondément, il s’agit aussi d’une posture pédagogique : écrire le roman du XVIIe siècle c’est donner au jeune lecteur-élève des clefs pour plus rapidement embrasser l’état d’esprit de cet époque, le Zeitgeist. C’est aussi lui donner des images qui, pour reprendre l’expression d’autres manuels des années 1950, “frappent les jeunes esprits et leurs donnent des exemples”. Bref, l’anecdote est utile à la mémorisation et à l’implication de l’élève. Mais ce choix s’est finalement révélé un écueil, puisqu’en voulant être au plus près des auteurs classiques, André Lagarde et Laurent Michard sont surtout restés au plus près de leur discours sans distinguer radicalement le rhétorique du psychologique : cette approche, que l’on pourrait qualifier de romantique, fait finalement manquer à l’élève la contingence de la condition classique, tout absorbé qu’il est par le roman du siècle de Louis XIV.

C’est une des grandes problématiques de l’anthologie qui se pose ici : compiler des extrait, c’est déjà tenir un discours sur ces extraits (même en ôtant l’appareil critique). En dernière instance, c’est d’ailleurs toujours le même discours qui est tenu : ces extraits méritent d’être compilés, méritent d’être choisis, transmis. En intégrant les passages moins connus de Mithridate et de Bajazet, les auteurs n’ont pas permis au lecteur d’appréhender une autre facette du classique : ils ont rendu classiques ces extraits, au sens étymologique (”enseigné dans les classes”). Parce qu’ils ont inscrit ces extraits dans un ordre, une nécessité, ils les ont enlevés à leur contingence.

Dès lors, comment retrouver dans l’extrait la vitalité et la contingence de l’œuvre, tout en tenant un propos intéressant et mémorisable pour les élèves ? En premier lieu, en étant conscient des imaginaires qui nous ont construits et en interrogeant sans cesse les structures dans lesquelles nous situons les textes qui nous ont été transmis.

Nicolas Réquédat, Académie d’Amiens

 

 

Delphine Reguig : « Boileau auteur de recueil » (30/11/17-résumé)

Les Œuvres diverses de 1674 : Boileau auteur de recueil

Résumé de la communication du 30 novembre 2017

 

« Lire par morceaux » : la pratique de la lecture anthologique de Boileau a prévalu dans l’usage scolaire et institutionnel que l’on a fait de l’auteur. Mais Boileau comme auteur entretient un rapport poétique avec la forme du recueil. La discontinuité et l’hétérogénéité apparentes du recueil comptent, chez Boileau, parmi les artifices avec lesquels sa fantaisie sollicite l’acuité lectrice. Nous avons donc proposé d’observer les effets d’organisation, plus ou moins saillants, que Boileau soumet à son lecteur invité à lire le recueil non pas comme un tout (au sens d’organisme fini) mais comme un ensemble (au sens de dispositif signifiant). C’est l’une des manières pour Boileau d’être poète que de produire des « effets » de recueil à rebours de l’arbitraire avec lequel la succession des pièces s’affiche dans ses choix éditoriaux successifs.

L’histoire éditoriale des « pièces » de Boileau (pour éviter de parler d’œuvre), ne commence par la forme du recueil que de manière apparemment accidentelle en 1666 (publication chez Barbin du premier recueil des Satires) et s’achève (de son vivant toutefois) à l’autre extrémité de la carrière du poète avec l’édition dite « favorite » de 1701, conférant au recueil un rôle essentiel dans un processus patrimonial. Entre l’accident et le monument, la précipitation et la fossilisation, l’édition de 1674 présente un cas de réflexion particulièrement intéressant sur la structure du recueil. L’ensemble éditorial intitulé Œuvres diverses du Sieur D*** avec le Traité du Sublime ou Du Merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin, à Paris, chez Denys Thierry est placé sous le signe d’Horace, scandé par des pièces paratextuelles et structuré par l’alternance des genres et la continuité de la réflexivité poétique : des Satires au Traité du Sublime, Boileau pratique la poésie mais la prend aussi pour objet de sa réflexion. L’historiographie a souligné l’incohérence de ce recueil opportuniste. Mais l’observation précise du recueil le montre bien structuré par deux pôles : le pôle de la satire d’une part, le pôle du sublime d’autre part, c’est-à-dire la pratique d’un genre d’une part et la revendication d’un idéal esthétique d’autre part. Entre les deux, l’Art poétique fonctionne comme une brillante médiation qui témoigne du fait que Boileau pratique la discontinuité comme un opérateur relationnel : la discontinuité produit paradoxalement du lien entre les œuvres, par juxtaposition signifiante, et produit des effets de lecture, en proposant un type de collaboration original avec le lecteur.

C’est ce paradoxe de la discontinuité structurante du recueil que l’on a cherché à observer en suivant un parcours en trois temps :

  1. Recueil et récit de soi : le recueil comme outil de la construction auctoriale
  2. Recueil et composition : le recueil comme dispositif indiciel pour le parcours de lecture
  3. Recueil et cohérence poétique : le recueil comme médiation pour la formulation d’un propos métapoétique

 

  1. Le recueil de 1674 repose sur le fondement du recueil de 1666 et reprend donc le noyau des satires. Boileau y inaugure la mise en scène de sa propre pratique qui devient une constante chez lui : elle se manifeste dans les mises en abyme, procédés de dédoublement, de distanciation et de construction spéculaire qu’il ménage pour faire la lumière sur sa figure d’auteur et sur son œuvre observée comme œuvre. En témoigne de façon ludique la manière dont Boileau, dans son exploration générique, travaille à la succession organisée de ses satires et ordonne leur lecture par des échos entre elles. Il s’agit de procurer au lecteur les traces d’une construction narrative qui soutient la lecture réflexive du recueil, les pièces s’éclairant les unes les autres et renvoyant à un référent commun, celui de l’œuvre en train de s’écrire. Ces indices qui tendent à organiser le premier recueil comme un récit se propagent dans les recueils suivants, et révèlent la présence d’une conscience organisatrice, une voix auctoriale qui prend à sa charge et assume la production poétique. Car toutes les procédures métadiscursives sont unifiées en vue de fixer un auteur dans sa fonction : il s’agit de garantir une énonciation poétique tout en ne cessant de la questionner, de faire miroiter une représentation idéale de l’auteur tout en soulignant la difficulté à coïncider avec elle. Ce foyer de sens qu’est la voix du poète garantit une continuité esthétique en attestant l’existence d’une intentionnalité d’auteur.

 

  1. La composition du recueil de 1674 témoigne de la manière dont Boileau exploite la discontinuité comme un facteur d’ouverture herméneutique. L’ « Avis au lecteur » annonce une démarche qui enrichit le sens de la démarche imitative : il ne s’agit pas de se placer dans une filiation verticale à l’égard d’Horace mais de faire apparaître une logique de création. La présence du Traité du Sublime aux côtés de l’Art poétique permettrait de mieux comprendre à la fois le propos poétique et la généalogie de ce propos. Le lecteur est invité à se demander de quel ordre serait la cohérence entre les deux œuvres apparemment hétérogènes. Boileau se détache explicitement de la paraphrase horatienne et semble neutraliser la lecture étroitement comparatiste avec le modèle de l’Épître aux Pisons : en indiquant un mode de composition, il indique aussi un mode de lecture. Le geste de composition du recueil est présenté comme un élément essentiel de la pratique imitative : des Satires au Lutrin, le cheminement est lisible. Placé dans les Œuvres diverses de 1674 entre l’Art poétique et le Traité du sublime, Le Lutrin tranche avec l’ambition ouvertement métapoétique de ces deux textes encadrants et lui fait écho à la fois en donnant une version en acte de cette ambition. La traduction du pseudo-Longin vient achever l’ensemble en désignant un idéal poétique absolu.

 

  1. Retrouver la cohérence du recueil, contre la « lecture par morceaux » qui isole et durcit les vers du poète, c’est aussi contribuer à enrichir le sens de chacune de ses œuvres. L’unité du recueil tient au fait que s’y pose constamment la question de la grandeur poétique, de la possibilité d’écrire en 1674 — alors que l’épopée meurt et que s’impose la poésie galante —, une grande poésie qui ne soit pas emphatique ni creuse. Le recueil de 1674 trace un chemin qui mène de la colère satirique au Traité du Sublime, de l’expression d’un désenchantement à la désignation d’un idéal, en passant par la parodie d’épopée du Lutrin et par l’Art poétique, poème pour temps de crise où la poésie semble incapable d’atteindre une grandeur qui ne soit pas enflure.

 

Conclusion – Le jeu du recueil : recueillir, imiter, assembler, pour se construire

Le parcours de cet ensemble éditorial nous permet d’envisager la mise en recueil non pas comme un processus de fixation mais comme un processus esthétique dynamique :

– Boileau pratique le recueil comme un archi-genre, pour se situer en surplomb au-dessus des genres ; le recueil possède chez lui une forte dimension métapoétique : il constitue un instrument pour interroger ce qu’est la poésie.

– Boileau se sert de l’architecture du recueil pour diffuser un propos esthétique synthétique, qui ne peut se lire qu’à l’échelle du recueil et qui se délie avec la dispersion des œuvres en « morceaux ». Le recueil constitue donc aussi un instrument pour interroger ce qu’est la pratique poétique bolévienne.

– Boileau se construit comme auteur, c’est-à-dire comme figure fictionnelle, dans la succession narrative des œuvres : le recueil constitue un instrument pour interroger qui est Boileau comme auteur. Or cette figure fictionnelle va le poursuivre, très longtemps, dans notre histoire littéraire, jusqu’à nous faire oublier qu’il fallait un poète pour composer un authentique recueil.

Delphine Reguig, Université Jean Monnet – Saint-Etienne, IHRIM

Citer ce billet: "Delphine Reguig : « Boileau auteur de recueil » (30/11/17-résumé)," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 07/12/2017, https://recueils.hypotheses.org/213.