Archives par mot-clé : compilateur

Nadège Landon : « Recomposer l’analyse du sentiment du Salon de Lambert ? » (25/02/18)

Recomposer l’analyse du sentiment du Salon de Lambert ? Saint-Hyacinthe, compilateur du Recueil de divers écrits (1736)

Résumé

Le Recueil de divers écrits sur l’amour et l’amitié, la politesse, la volupté, les sentiments agréables, l’esprit et le cœur et appelé communément Recueil de Saint-Hyacinthe, du nom de son compilateur, semble avoir été un véritable best seller dès sa parution : publié à Paris, chez la veuve Pissot, et réimprimé à Bruxelles, chez Foppens, une fausse adresse dissimulant des impressions françaises, les multiples éditions et rééditions datant toutes de 1736 prouvent l’intérêt du public pour cet ouvrage. De nombreux périodiques de l’époque recensent ainsi le volume, louent la qualité des textes qui y sont imprimés et, de ce fait, participent de son succès. Les journalistes le comparent fréquemment avec les recueils de poésie ou d’écrits dits fugitifs. C’est donc l’hétérogénéité des textes, leur caractère instable et court et le travail de compilation qu’ils retiennent en priorité. En revanche, la réception du recueil a posteriori a contribué à fixer une lecture très différente : le recueil aujourd’hui est souvent vu comme la manifestation d’une pensée commune liée au salon de la Marquise de Lambert, autrement dit un recueil qui aurait été composé autour du texte de Lambert, Traité de l’amitié, et des idées qui étaient véhiculées dans le salon qu’elle animait. Néanmoins, cette lecture repose sur une hypothèse car il est impossible aujourd’hui de circonscrire le salon de Lambert et de discerner les fréquentations réelles de la marquise.

Face à ces deux lectures contradictoires, nous avons donc cherché à comprendre la cohérence d’un tel recueil en étudiant le rôle du compilateur, Saint-Hyacinthe. La compilation cherche-t-elle à marquer, à rappeler voire à reconfigurer l’activité d’un groupe, en l’occurrence le salon de Lambert, selon une logique mémorielle, qui reproduirait les réflexions menées sur le « sentiment » comme semblent le croire les lectures aujourd’hui ? Au contraire, invente-t-elle un principe de continuité entre pensées et réflexions composites qui réside dans une lecture singulière et personnelle du sentiment imposée par Saint-Hyacinthe ?

Partant de l’idée que la compilation et l’organisation du recueil contribuent largement à créer un sens homogène, en dépit de l’hétérogénéité constitutive du recueil et des textes rassemblés, notre propos suit un parcours en deux temps :

  1. De l’hétérogénéité des textes à la mise en recueil
  2. La composition du recueil, ou la lecture programmée par Saint-Hyacinthe

De l’hétérogénéité des textes à la mise en recueil

Les textes qui composent le recueil sont tous présentés de manière anonyme, mais ils ont très vite été attribués, car la plupart circulaient déjà de manière manuscrite dans le monde. Il s’agit du Traité de l’amitié d’Anne-Thérèse de Lambert, de la Question sur la Politesse, par Mme de Rochechouart, abbesse de Fontevrault, d’Agathon. Dialogue sur la Volupté, attribué à Rémond le Grec, de la Théorie des sentimens agreables où l’on établit les principes de la Morale de Lévesque de Pouilly, des Réflexions de M. le Marquis de **, sur l’esprit et le cœur, rédigées par le marquis de Charost, auxquels s’ajoutent plusieurs lettres de Saint-Hyacinthe lui-même qui introduisent différents textes ainsi qu’un écrit, Conversation sur la volupté, qu’il composa auparavant.

À cet anonymat, s’ajoute un problème lié à l’acquisition des manuscrits par Saint-Hyacinthe. Plusieurs auteurs refusaient catégoriquement la publication de leurs écrits. C’est le cas notamment de Lambert et la publication de son texte a suscité une vive polémique portée par Voltaire qui dénonçait avec virulence Saint-Hyacinthe d’avoir volé des textes de la marquise, après sa mort.

L’histoire de la publication accuse, en outre, Saint-Hyacinthe d’avoir composé un recueil dans un but uniquement lucratif. Ce dernier, accablé de dettes et vivant dans le plus grand dénuement, cherchait sans cesse à publier des ouvrages et des recueils à partir de textes qu’il possédait pour en recevoir une contribution financière.

Si la compilation semble a priori reposer sur des textes hétérogènes et fugitifs, le succès de ce recueil nous pousse, néanmoins, à interroger le sens du recueil dans son ensemble.

La composition du recueil, ou la lecture programmée par Saint-Hyacinthe

À la lecture du recueil, une cohérence apparaît : la composition semble en effet recréer un espace de débats qui offre au lecteur des réflexions et des théories sur les sentiments, donnant à lire une sorte de pensée morale en action.

L’organisation du recueil et le dispositif énonciatif des textes semblent reconfigurer un espace d’échange et de débats, créant une fiction de discussion et de conversation, grâce à des modalités épistolaires et des énonciations discursives. Ces textes participent ainsi d’une recomposition conversationnelle qui rappelle les sociétés mondaines et le badinage qui les caractérise.

Mais elles permettent surtout de rendre compte de réflexions et de questionnements d’ordre moral : l’amitié, l’amour, la politesse, la volupté, le cœur et l’esprit sont autant de thématiques abordées et discutées dans le but de définir les relations humaines et les sentiments dans une perspective morale.

Un véritable parcours intellectuel se construit donc à la lecture des textes, qui passent en revue les différents sentiments dans le but d’atteindre la vertu et le bonheur qui la caractérise. Ainsi a lieu, au fil des pages, une réhabilitation de la nature humaine dans son ensemble. Dès lors, en recomposant ainsi et dans cet ordre le recueil, Saint-Hyacinthe a créé une sorte de « fiction de totalité » de la définition morale des sentiments et de la vertu. Les différents auteurs ont ensemble expliqué en quoi consistait la perfection humaine, soutenue par la vertu, sentiment positif, qui permet à elle seule d’être véritablement heureux.

Finalement, un projet de lecture avec une véritable visée prescriptive est à l’œuvre dans ce recueil et nous interdit de le lire comme une simple compilation de textes hétérogènes et fugitifs. En revanche, cette cohésion ne peut être lue comme une recomposition d’un groupe ou d’une société mondaine précise qui serait le salon de Lambert car elle n’est due qu’au travail de Saint-Hyacinthe qui, en compilateur, a offert sa lecture personnelle des sentiments et a, de la sorte, programmé une lecture totale et fictive d’un débat sur la nature humaine. En ce sens, le recueil se révèle être une simple représentation, une illustration de l’état d’esprit d’un moment incarné par une seule personne : le compilateur.

Nadège Landon

Citer ce billet: "Nadège Landon : « Recomposer l’analyse du sentiment du Salon de Lambert ? » (25/02/18)," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 02/02/2018, https://recueils.hypotheses.org/239.

Maxime Cartron : « Mémoire, oubli et invention historiographique des recueils collectifs du XVIIe siècle dans l’anthologie poétique (1961-2009) ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017

Les anthologies de poésie française du XVIIe siècle composées aux XXe et XXIe siècles semblent au premier chef constituer des réservoirs de textes, dans lesquels chacun pourrait puiser à sa guise. Dans cette perspective, quel rôle assignent-elles aux recueils collectifs du XVIIe siècle, leurs devanciers ? S’il semble à première vue que les anthologies les oublient, ne citent-elles pas pourtant, directement ou indirectement, à partir d’eux ? Ne seraient-ils pas en somme des recueils collectifs de seconde main ou au second degré ? L’anthologie offrirait ainsi une oscillation entre une visée historique et/ou critique et un projet esthétique nouveau pouvant lui-même être tributaire d’un but théorique, voire idéologique et/ou politique.

Nous étudions dans cette communication la représentation des recueils collectifs par le discours anthologique, afin de mettre en place les conditions d’analyse des constantes de compilation et de canonisation, perceptibles entre les deux interfaces.

Le premier trait saillant relevant de l’usage des recueils collectifs par les anthologies est la tendance à les utiliser comme des outils d’appui historique, comme des documents de travail aidant à mieux comprendre la période poétique étudiée. Mais plus qu’un simple document de travail, le recueil collectif est pour l’anthologiste une preuve critique : il entre dans le cadre d’une démarche qui se veut historienne (bien qu’il ne soit pas étudié pour lui-même, mais soit pris comme source transparente de textes) le recueil collectif est garant d’un choix anthologique établi en pleine connaissance de cause (G. Mathieu-Castellani) et se mue par-là en source permettant de (re)trouver et de compiler les textes représentatifs de la poésie du temps.

Partant, le recueil collectif serait en somme un modèle pour l’anthologie « moderne », modèle à imiter car il constitue le reflet d’un « moment » réactivant une mémoire culturelle. C’est l’anthologie comme prototype ; comme modèle original d’une démarche historienne indissoluble d’un projet esthétique (M. Jeanneret).

Cependant, les anthologies construisent une fiction de lecture : les bibliographies (en particulier celle d’A. Niderst, la plus étoffée) font de l’anthologie la mémoire des événements littéraires vers lesquels ils font signe : un travail critique qui par sa tentation du miroir se veut la reconstruction « moderne », l’adaptation fidèle des recueils collectifs (M. Jeanneret et T. Cave).

Citer d’après un recueil collectif, c’est donner corps à un projet historien mais c’est aussi (A. Blanchard) subordonner ce dernier au projet esthétique en réagençant l’ordre des textes. Cette tendance s’oppose à celle qui consiste à créer une anamorphose du recueil collectif (R. Picard), à exhiber une archéologie délivrant à l’anthologie la même valeur critique et historique qu’aux recueils collectifs.

En définitive, les anthologies citent-elles les textes dans une optique proprement historique (parce qu’ils plaisaient au public du temps) ou dans le but de présenter un choix relevant de nouveaux critères, notamment esthétiques ? Le tropisme baroque influe fatalement sur le choix des textes, et il conviendrait, pour prolonger l’analyse, de réfléchir plus précisément aux procédés de reprise des textes en prenant en considération l’interférence dans la réception causée par l’influence de Jean Rousset, lui-même anthologiste et propagateur de la notion de baroque littéraire.

Maxime Cartron, Université Jean Moulin-Lyon 3, IHRIM

Citer ce billet: "Maxime Cartron : « Mémoire, oubli et invention historiographique des recueils collectifs du XVIIe siècle dans l’anthologie poétique (1961-2009) ». Résumé de la communication du 16 nov. 2017," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/11/2017, https://recueils.hypotheses.org/188.