Archives par mot-clé : Manuel

Anne Réach-Ngô, « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance.» (24/10/18 – Résumé)

« Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Envisagé d’un point de vue sériel et exhaustif, le corpus des Thresor de la Renaissance  – ces compilations qui rassemblent aussi bien des textes de médecine, de dévotion, de savoirs encyclopédiques que des écrits poétiques, narratifs ou épistolaires – constitue un observatoire fécond pour qui veut analyser la diversité des pratiques de sélection, d’agencement et de promotion des textes chargés de représenter la quintessence d’une époque dans un domaine donné. L’importance quantitative du corpus (environ 150 ouvrages, considérés dans leurs variantes éditoriales) fait en effet apparaître une diversité d’ouvrages, couvrant des domaines de savoirs et d’écriture très divers (médecine, religion, lettres), des formats éditoriaux (traité encyclopédique, atlas portatif, recueils de textes poétiques et narratifs), des types de livres très différents (allant du petit in-16 ou du livret de quelques pages au grand in-folio en plusieurs tomes). Cette diversité même est inhérente à l’objet même des Thresor et nécessite d’être appréhendée comme une donnée structurante. Un tel corpus permet également d’observer des phénomènes particulièrement intéressants de remise en circulation, c’est-à-dire de remise en usage et la réécriture des textes car les péritextes de ces Thresor s’accompagnent souvent d’une invitation à la thésaurisation des écrits et des savoirs, à destination des lecteurs, traducteurs, commentateurs, enseignants, qui sont invités à se réapproprier un matériau qui circule et se transforme au gré de ces diverses réappropriations.

À l’ouverture de ces manuels, traités, sommes, abrégés semble se dessiner un même discours péritextuel, articulé autour de références et mots-clés récurrents, qui tendent à apparenter à un même imaginaire textuel des écrits issus de pratiques intellectuelles et éditoriales pourtant fort différentes. Le corpus des Thresor est à cet égard tout à fait représentatif de la manière dont un même type de discours péritextuel peut concourir à constituer auprès des lecteurs de l’époque un type d’objet – un « genre éditorial » pourrait-on dire – qui suscitent des pratiques de lecture et des usages du livre bien identifiés. La reprise de lieux communs (l’acte de feuilleter, le geste de sélection, le rassemblement et l’unité conférée à la compilation, etc.) fait de ces péritextes le lieu d’élaboration d’un discours topique qui tend à élaborer une représentation concrétisante et relativement unifiée de l’appréhension des textes à la Renaissance (compiler serait « faire trésor »), fondée sur la circulation, le remaniement et la mise en usage des écrits, aussi bien dans leurs modes de production, de diffusion que de réception et de transmission à la postérité. Ainsi, le discours péritextuel des Thresor concourt à l’élaboration d’une rhétorique de la compilation assumée et valorisée en tant que telle, rhétorique elle-même fondée sur la compilation de lieux communs hérités.

Nicolas Réquédat : « Les téléologies de Jean Racine » (30/11/17-résumé)

 

Résumé de la communication du 30 novembre 2017

En quoi le courant critique sainte-beuvien sur lequel se fondent les anthologies Lagarde et Michard – courant qui porte une grande importance à l’impact qu’ont eu la vie et le caractère de l’auteur sur son œuvre – a-t-il eu, par sa façon de penser la littérature, des conséquences cruciales sur la représentation de l’œuvre de Racine  ? En quoi faire de Racine non plus une personne mais un personnage a pu avoir un impact sur la transmission de l’œuvre elle-même ? Pourquoi l’action de transformer Racine en personnage a-t-elle conduit à en faire le classique par excellence ?

La question est d’autant plus importante que le « Lagarde et Michard » a connu un grand succès dans la seconde moitié du XXe siècle, et qu’il reste encore aujourd’hui un repère important pour concevoir la littérature.

De fait, nombre de professeurs actuels dans le secondaire ont été formé avec ces manuels, ou du moins les ont utilisés comme complément, à la faculté ou en classe préparatoire. Le nombre actuel d’ouvrages publiés est difficile à estimer, mais il est certain que le tirage de la totalité des tomes de l’anthologie Lagarde et Michard représente un des records de l’édition pédagogique en France. Dans les années 1980, l’éditeur Bordas annonçait déjà avoir franchi le cap des 20 millions d’exemplaires. Ces manuels ne sont plus prescrits dans le secondaire à partir de 1992, mais ils demeurent cependant un « usuel » de référence.

Cette conférence s’est attachée à montrer le lien entre approche psychologique de l’auteur et téléologie de son œuvre, entre l’école Sainte-Beuvienne et l’adoubement définitif de Racine comme classique suprême. Racine est présenté dans le Lagarde et Michard comme l’auteur par excellence du “siècle de Louis XIV” : de même que ce siècle est voué par une illusion rétrospective à devenir “le siècle du classicisme”, Jean y est voué à devenir Racine.

Dès lors nous avons pu voir que dans ce “siècle de Louis XIV” dressé comme un théâtre où se croisent les personnages illustres, la psychologisation des classiques mène à adhérer à leur discours. En invitant l’élève-lecteur à savourer le spectacle des grands personnages du XVIIe siècle et à écouter ce qu’ils ont à dire sur leur temps, l’anthologie se méprend sur la nature d’une parole auctoriale toujours en quête de légitimité, toujours stratège.

Finalement, prendre l’auteur au mot comme l’a fait l’anthologie Lagarde et Michard a mené à essentialiser l’œuvre de Racine.
Malgré une ambition affichée des auteurs d’éviter de présenter un siècle figé en image d’Epinal, on se retrouve in fine avec une représentation téléologique du siècle : tout mène au classicisme, apogée ultime et nécessaire. De même, Racine apparaît comme le point d’orgue du « parfait équilibre classique ».

Certes l’attrait pour la psychologie des grands personnages dans le Lagarde et Michard s’inscrit dans une école de pensée que l’on pourrait qualifier de sainte-beuvienne : l’homme est l’œuvre. Mais plus profondément, il s’agit aussi d’une posture pédagogique : écrire le roman du XVIIe siècle c’est donner au jeune lecteur-élève des clefs pour plus rapidement embrasser l’état d’esprit de cet époque, le Zeitgeist. C’est aussi lui donner des images qui, pour reprendre l’expression d’autres manuels des années 1950, “frappent les jeunes esprits et leurs donnent des exemples”. Bref, l’anecdote est utile à la mémorisation et à l’implication de l’élève. Mais ce choix s’est finalement révélé un écueil, puisqu’en voulant être au plus près des auteurs classiques, André Lagarde et Laurent Michard sont surtout restés au plus près de leur discours sans distinguer radicalement le rhétorique du psychologique : cette approche, que l’on pourrait qualifier de romantique, fait finalement manquer à l’élève la contingence de la condition classique, tout absorbé qu’il est par le roman du siècle de Louis XIV.

C’est une des grandes problématiques de l’anthologie qui se pose ici : compiler des extrait, c’est déjà tenir un discours sur ces extraits (même en ôtant l’appareil critique). En dernière instance, c’est d’ailleurs toujours le même discours qui est tenu : ces extraits méritent d’être compilés, méritent d’être choisis, transmis. En intégrant les passages moins connus de Mithridate et de Bajazet, les auteurs n’ont pas permis au lecteur d’appréhender une autre facette du classique : ils ont rendu classiques ces extraits, au sens étymologique (”enseigné dans les classes”). Parce qu’ils ont inscrit ces extraits dans un ordre, une nécessité, ils les ont enlevés à leur contingence.

Dès lors, comment retrouver dans l’extrait la vitalité et la contingence de l’œuvre, tout en tenant un propos intéressant et mémorisable pour les élèves ? En premier lieu, en étant conscient des imaginaires qui nous ont construits et en interrogeant sans cesse les structures dans lesquelles nous situons les textes qui nous ont été transmis.

Nicolas Réquédat, Académie d’Amiens