Archives par mot-clé : Recueil

Anne Réach-Ngô, « Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance.» (24/10/18 – Résumé)

« Lire, recueillir, inscrire dans le corpus des Thresor de la Renaissance. De la diversité des pratiques intellectuelles à la cohérence d’un discours péritextuel »

Résumé de la communication du 24 octobre 2018

Envisagé d’un point de vue sériel et exhaustif, le corpus des Thresor de la Renaissance  – ces compilations qui rassemblent aussi bien des textes de médecine, de dévotion, de savoirs encyclopédiques que des écrits poétiques, narratifs ou épistolaires – constitue un observatoire fécond pour qui veut analyser la diversité des pratiques de sélection, d’agencement et de promotion des textes chargés de représenter la quintessence d’une époque dans un domaine donné. L’importance quantitative du corpus (environ 150 ouvrages, considérés dans leurs variantes éditoriales) fait en effet apparaître une diversité d’ouvrages, couvrant des domaines de savoirs et d’écriture très divers (médecine, religion, lettres), des formats éditoriaux (traité encyclopédique, atlas portatif, recueils de textes poétiques et narratifs), des types de livres très différents (allant du petit in-16 ou du livret de quelques pages au grand in-folio en plusieurs tomes). Cette diversité même est inhérente à l’objet même des Thresor et nécessite d’être appréhendée comme une donnée structurante. Un tel corpus permet également d’observer des phénomènes particulièrement intéressants de remise en circulation, c’est-à-dire de remise en usage et la réécriture des textes car les péritextes de ces Thresor s’accompagnent souvent d’une invitation à la thésaurisation des écrits et des savoirs, à destination des lecteurs, traducteurs, commentateurs, enseignants, qui sont invités à se réapproprier un matériau qui circule et se transforme au gré de ces diverses réappropriations.

À l’ouverture de ces manuels, traités, sommes, abrégés semble se dessiner un même discours péritextuel, articulé autour de références et mots-clés récurrents, qui tendent à apparenter à un même imaginaire textuel des écrits issus de pratiques intellectuelles et éditoriales pourtant fort différentes. Le corpus des Thresor est à cet égard tout à fait représentatif de la manière dont un même type de discours péritextuel peut concourir à constituer auprès des lecteurs de l’époque un type d’objet – un « genre éditorial » pourrait-on dire – qui suscitent des pratiques de lecture et des usages du livre bien identifiés. La reprise de lieux communs (l’acte de feuilleter, le geste de sélection, le rassemblement et l’unité conférée à la compilation, etc.) fait de ces péritextes le lieu d’élaboration d’un discours topique qui tend à élaborer une représentation concrétisante et relativement unifiée de l’appréhension des textes à la Renaissance (compiler serait « faire trésor »), fondée sur la circulation, le remaniement et la mise en usage des écrits, aussi bien dans leurs modes de production, de diffusion que de réception et de transmission à la postérité. Ainsi, le discours péritextuel des Thresor concourt à l’élaboration d’une rhétorique de la compilation assumée et valorisée en tant que telle, rhétorique elle-même fondée sur la compilation de lieux communs hérités.

Delphine Reguig : « Boileau auteur de recueil » (30/11/17-résumé)

Les Œuvres diverses de 1674 : Boileau auteur de recueil

Résumé de la communication du 30 novembre 2017

 

« Lire par morceaux » : la pratique de la lecture anthologique de Boileau a prévalu dans l’usage scolaire et institutionnel que l’on a fait de l’auteur. Mais Boileau comme auteur entretient un rapport poétique avec la forme du recueil. La discontinuité et l’hétérogénéité apparentes du recueil comptent, chez Boileau, parmi les artifices avec lesquels sa fantaisie sollicite l’acuité lectrice. Nous avons donc proposé d’observer les effets d’organisation, plus ou moins saillants, que Boileau soumet à son lecteur invité à lire le recueil non pas comme un tout (au sens d’organisme fini) mais comme un ensemble (au sens de dispositif signifiant). C’est l’une des manières pour Boileau d’être poète que de produire des « effets » de recueil à rebours de l’arbitraire avec lequel la succession des pièces s’affiche dans ses choix éditoriaux successifs.

L’histoire éditoriale des « pièces » de Boileau (pour éviter de parler d’œuvre), ne commence par la forme du recueil que de manière apparemment accidentelle en 1666 (publication chez Barbin du premier recueil des Satires) et s’achève (de son vivant toutefois) à l’autre extrémité de la carrière du poète avec l’édition dite « favorite » de 1701, conférant au recueil un rôle essentiel dans un processus patrimonial. Entre l’accident et le monument, la précipitation et la fossilisation, l’édition de 1674 présente un cas de réflexion particulièrement intéressant sur la structure du recueil. L’ensemble éditorial intitulé Œuvres diverses du Sieur D*** avec le Traité du Sublime ou Du Merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin, à Paris, chez Denys Thierry est placé sous le signe d’Horace, scandé par des pièces paratextuelles et structuré par l’alternance des genres et la continuité de la réflexivité poétique : des Satires au Traité du Sublime, Boileau pratique la poésie mais la prend aussi pour objet de sa réflexion. L’historiographie a souligné l’incohérence de ce recueil opportuniste. Mais l’observation précise du recueil le montre bien structuré par deux pôles : le pôle de la satire d’une part, le pôle du sublime d’autre part, c’est-à-dire la pratique d’un genre d’une part et la revendication d’un idéal esthétique d’autre part. Entre les deux, l’Art poétique fonctionne comme une brillante médiation qui témoigne du fait que Boileau pratique la discontinuité comme un opérateur relationnel : la discontinuité produit paradoxalement du lien entre les œuvres, par juxtaposition signifiante, et produit des effets de lecture, en proposant un type de collaboration original avec le lecteur.

C’est ce paradoxe de la discontinuité structurante du recueil que l’on a cherché à observer en suivant un parcours en trois temps :

  1. Recueil et récit de soi : le recueil comme outil de la construction auctoriale
  2. Recueil et composition : le recueil comme dispositif indiciel pour le parcours de lecture
  3. Recueil et cohérence poétique : le recueil comme médiation pour la formulation d’un propos métapoétique

 

  1. Le recueil de 1674 repose sur le fondement du recueil de 1666 et reprend donc le noyau des satires. Boileau y inaugure la mise en scène de sa propre pratique qui devient une constante chez lui : elle se manifeste dans les mises en abyme, procédés de dédoublement, de distanciation et de construction spéculaire qu’il ménage pour faire la lumière sur sa figure d’auteur et sur son œuvre observée comme œuvre. En témoigne de façon ludique la manière dont Boileau, dans son exploration générique, travaille à la succession organisée de ses satires et ordonne leur lecture par des échos entre elles. Il s’agit de procurer au lecteur les traces d’une construction narrative qui soutient la lecture réflexive du recueil, les pièces s’éclairant les unes les autres et renvoyant à un référent commun, celui de l’œuvre en train de s’écrire. Ces indices qui tendent à organiser le premier recueil comme un récit se propagent dans les recueils suivants, et révèlent la présence d’une conscience organisatrice, une voix auctoriale qui prend à sa charge et assume la production poétique. Car toutes les procédures métadiscursives sont unifiées en vue de fixer un auteur dans sa fonction : il s’agit de garantir une énonciation poétique tout en ne cessant de la questionner, de faire miroiter une représentation idéale de l’auteur tout en soulignant la difficulté à coïncider avec elle. Ce foyer de sens qu’est la voix du poète garantit une continuité esthétique en attestant l’existence d’une intentionnalité d’auteur.

 

  1. La composition du recueil de 1674 témoigne de la manière dont Boileau exploite la discontinuité comme un facteur d’ouverture herméneutique. L’ « Avis au lecteur » annonce une démarche qui enrichit le sens de la démarche imitative : il ne s’agit pas de se placer dans une filiation verticale à l’égard d’Horace mais de faire apparaître une logique de création. La présence du Traité du Sublime aux côtés de l’Art poétique permettrait de mieux comprendre à la fois le propos poétique et la généalogie de ce propos. Le lecteur est invité à se demander de quel ordre serait la cohérence entre les deux œuvres apparemment hétérogènes. Boileau se détache explicitement de la paraphrase horatienne et semble neutraliser la lecture étroitement comparatiste avec le modèle de l’Épître aux Pisons : en indiquant un mode de composition, il indique aussi un mode de lecture. Le geste de composition du recueil est présenté comme un élément essentiel de la pratique imitative : des Satires au Lutrin, le cheminement est lisible. Placé dans les Œuvres diverses de 1674 entre l’Art poétique et le Traité du sublime, Le Lutrin tranche avec l’ambition ouvertement métapoétique de ces deux textes encadrants et lui fait écho à la fois en donnant une version en acte de cette ambition. La traduction du pseudo-Longin vient achever l’ensemble en désignant un idéal poétique absolu.

 

  1. Retrouver la cohérence du recueil, contre la « lecture par morceaux » qui isole et durcit les vers du poète, c’est aussi contribuer à enrichir le sens de chacune de ses œuvres. L’unité du recueil tient au fait que s’y pose constamment la question de la grandeur poétique, de la possibilité d’écrire en 1674 — alors que l’épopée meurt et que s’impose la poésie galante —, une grande poésie qui ne soit pas emphatique ni creuse. Le recueil de 1674 trace un chemin qui mène de la colère satirique au Traité du Sublime, de l’expression d’un désenchantement à la désignation d’un idéal, en passant par la parodie d’épopée du Lutrin et par l’Art poétique, poème pour temps de crise où la poésie semble incapable d’atteindre une grandeur qui ne soit pas enflure.

 

Conclusion – Le jeu du recueil : recueillir, imiter, assembler, pour se construire

Le parcours de cet ensemble éditorial nous permet d’envisager la mise en recueil non pas comme un processus de fixation mais comme un processus esthétique dynamique :

– Boileau pratique le recueil comme un archi-genre, pour se situer en surplomb au-dessus des genres ; le recueil possède chez lui une forte dimension métapoétique : il constitue un instrument pour interroger ce qu’est la poésie.

– Boileau se sert de l’architecture du recueil pour diffuser un propos esthétique synthétique, qui ne peut se lire qu’à l’échelle du recueil et qui se délie avec la dispersion des œuvres en « morceaux ». Le recueil constitue donc aussi un instrument pour interroger ce qu’est la pratique poétique bolévienne.

– Boileau se construit comme auteur, c’est-à-dire comme figure fictionnelle, dans la succession narrative des œuvres : le recueil constitue un instrument pour interroger qui est Boileau comme auteur. Or cette figure fictionnelle va le poursuivre, très longtemps, dans notre histoire littéraire, jusqu’à nous faire oublier qu’il fallait un poète pour composer un authentique recueil.

Delphine Reguig, Université Jean Monnet – Saint-Etienne, IHRIM

Citer ce billet: "Delphine Reguig : « Boileau auteur de recueil » (30/11/17-résumé)," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 07/12/2017, https://recueils.hypotheses.org/213.

Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17

Jean de Piochet a vécu dans la deuxième moitié du XVIe siècle et jusqu’au premier tiers du XVIIe à Chambéry. Descendant de bourgeois anoblis, docteur en droit, lieutenant du capitaine de la ville, père de 18 enfants, il est le cousin du poète Marc-Claude de Buttet, lui-même en relation avec plusieurs gloires poétiques du temps, comme Ronsard. Piochet a réuni une bibliothèque de plus de 500 ouvrages, nombre considérable pour l’époque.

Guillaume Peureux présente dans cette séance trois objets ayant appartenu à cette vaste bibliothèque :

– son « livre de raison », où il notait, parmi ses comptes ou les cours des prix du froment par exemple, les titres des livres prêtés (« livres a recouvrer »), et un « rolle et denombrement de mes livres […] en l’an 1578 » (ce manuscrit de plusieurs milliers de pages est conservé aux Archives départementale de Savoie et a été numérisé) ;

– un ensemble d’exemplaires imprimés de Ronsard annotés de la main de Piochet ;

– un recueil manuscrit de la main de Piochet et présenté comme rassemblant des textes « non imprimez » (id est, des inédits et des textes retranchés des éditions ronsardiennes).

Le « rôle » livré par le livre de raison a permis au collectionneur et bibliophile Jean-Paul Barbier-Mueller de reconstituer le contenu de la bibliothèque de Piochet : bibliothèque variée, importante, qui laisse entrevoir un intérêt particulier pour les libelles des ligueurs. On peut, à partir de cet indice, prêter au propriétaire un tropisme catholique militant, d’autant que, dans son goût pour Ronsard, il semble privilégier les discours anti-protestants.

Les trois objets extraits de cette bibliothèque relèvent de l’activité de « recueil » en ses diverses modalités : collecte d’informations destinée à servir d’aide-mémoire, enregistrement de traces de lecture (recueil de commentaires), copie de sauvegarde de textes en danger d’être perdus. Recouvrant ces multiples opérations, le mot de « recueil » désigne aussi bien le geste d’assemblage que l’artefact, entre anthologie et sanctuaire.

G. Peureux s’attache tout particulièrement aux volumes de Ronsard annotés par Piochet et au recueil qu’il a constitué, considérant dans ces deux objets les traces d’un processus de mainmise du lecteur-commentateur sur l’œuvre du poète. Ces traces sont des deux sortes :

1) Les marques de possession que Piochet appose aux exemplaires de Ronsard qu’il se procure : nom, devises, dates, citations latines, et même un sonnet manuscrit en l’honneur de la Franciade signé par son cousin Buttet, ce qui laisse entrevoir l’intention de faire valoir un milieu familial cultivé et introduit.

2) Les marginalia : Piochet a collationné des variantes qu’on peut supposer auctoriales, mais aussi apporté des corrections de son cru, en fonction de son idée de la justesse poétique. La poésie se prête à ce type d’intervention (gymnastique du vers incitative ?), et la poésie lyrique en particulier semble appeler un investissement esthétique et idéologique (ce qui explique sans doute les commentaires anti-protestants en marge du Discours sur les misères de ce temps).

Enfin, G. Peureux présente le « Recueil de plusieurs compositions de P. de Ronsard, gentilhomme vendômois, non imprimées », manuscrit qui prolonge la démarche d’annotation par une démarche de collection et de sélection. Volume entièrement fabriqué à la main dès 1573, composé selon la forme éditoriale du recueil, avec préface, épigrammes, etc. Il contient des inédits, mais aussi des textes que Ronsard a fait disparaître de ses éditions ultérieures. Les usages et la destination de ce recueil restent incertaines. Était-il destiné à la publication imprimée ? Ou seulement à une circulation restreinte ? Son propos de réunir des pièces que l’imprimé ne prenait pas ou plus en charge ouvre l’hypothèse qu’il joue le rôle d’un sanctuaire. Quoi qu’il en soit, l’objet est bien une anthologie (au sens d’ensemble de pièces choisies) qui soutient un projet esthétique et idéologique à la gloire du poète, mais produit aussi l’image d’un Piochet lettré, averti et bien placé, capable de rivaliser avec, par exemple, le commentateur Marc-Antoine Muret, dans une forme de proximité avec Ronsard, qui passe, non par la fréquentation personnelle, mais par l’appropriation scripturaire.

Ce que l’on peut ainsi saisir grâce à ces archives exceptionnelles, c’est le point d’interface, représenté par le travail de Piochet, entre l’activité de recueillir comme pratique de lecture, et la constitution d’un ensemble de textes choisis et rassemblés selon un propos qui les projette vers une nouvelle circulation, un nouveau sens, qu’est le recueil en tant qu’objet.

Guillaume Peureux, Université  Paris-Nanterre

Citer ce billet: "Guillaume Peureux, « Un Ronsard à sa main. Un recueil manuscrit dans la bibliothèque de Jean de Piochet (1532-1624) ». Résumé de la communication du 19/10/17," publié sur Lire par morceaux. Recueils et anthologies, le 24/10/2017, https://recueils.hypotheses.org/152.